Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Cold Case : Affaires classées - Présentation générale

November 30 2008 Published on #Série télé, #Policier, #Coups de coeur

De manière générale, hormis la franchise des Experts, je ne suis pas trop fan des séries policières ! Pourtant la série US de Meredith Stiehm et du pape de la télévision Jerry Bruckheimer, la très bien ficelée Cold Case : Affaires classées a retenu mon attention ! Je ne loupais pas un seul épisode de ce show dans le courant de l'année 2005 puis progressivement mon intérêt s'est relâché !

De quoi s'agit-il ? Dans le jargon des flics et des inspecteurs de police, un "Cold Case" est un dossier "classé" sur lequel l'enquête s'est arrêtée - au point mort ! faute d'éléments probants ! Cette série va donc exhumer des Cold Cases, le jour où un nouvel indice fait surface, parfois des décennies après !

C'est ainsi qu'on va suivre des enquêtes se déroulant, au choix, dans les années 1960, 1970, 1980, 1990 voire même dans les années 1940 ou 1920 ! Des histoires très différentes les unes des autres, des énigmes sur lesquelles s'échine l'inspectrice Lillian - "Lilly" Rush - une héroïne donc ! - incarnée à l'écran par la blonde et talentueuse Kathryn Morris ! Elle est épaulée par une équipe de choc, des inspecteurs aussi tenaces qu'elle pour découvrir qui est le coupable qui est passé entre les mailles du filet jusque là ! On a donc l'élégant Scotty Valens - joué par Danny Pino, le vétéran John Stillman, son supérieur, incarné par John Finn. Jerémy Ratchford joue le débonnaire - ne pas s'y fier ! - Nick Vera et on peut compter sur Will Jeffries - joué par Thom Barry - pour tirer les vers du nez !

Le "schéma" d'un épisode est grosso-modo le même à chaque fois ! Un indice inattendu refait surface qui conduit notre équipe d'inspecteurs à réinterroger les témoins ! Chaque confession amène à un nouveau témoin et, à un moment, il y a une contradiction qui amène à réinterroger les témoins du début jusqu'à la confrontation finale, sachant que dans le lot il y en a un qui ment !

La série compte en tout sept Saisons et a été diffusée aux Etats-Unis entre 2003 et 2010 ! En France, elle passe sur Canal + à partir de la rentrée 2005 - jusqu'en 2012 puis avec un léger décalage sur France 2 ! Et enfin sur France 4 !

L'enquête la plus éloignée dans le temps fait "voyager" nos enquêteurs jusqu'en 1910 !

Un des aspects remarquables de cette série est sa bande sonore ! En effet, si chaque enquête nous entraîne sur une année précise de l'Histoire des Etats-Unis, l'épisode concerné est illustré musicalement par des standards propres à l'année en question ! Et de grands titres généralement ! Mais ces B.O. d'exceptions posent un problème de taille au niveau de l'exploitation en DVD car en effet, les droits des chansons utilisées sont difficiles à négocier ! C'est pourquoi, à ma connaissance, la série Cold Case : Affaires classées ne sera pas disponible sur ce support avant longtemps !

Signalons enfin que le générique d'ouverture est la chanson Nara du groupe E.S. Posthumus !

Voilà, ruez-vous sur votre trench-coat de détective pour exhumer quelques vieux cartons !

A bientôt !

Cold Case : Affaires classées - Présentation générale
Read more

Rencontre Cosmique - Jeux Descartes

November 29 2008 Published on #Jeu de plateau, #Science-fiction, #Coups de coeur

Séquence nostalgie aujourd'hui avec un jeu de plateau de la fin des années 1980 de la défunte société d'édition dans ce domaine, Jeux Descartes ! Parlons d'un jeu fun et simple - mais pourtant si riche en possibilités : Rencontre Cosmique ou Cosmic Encounter en VO !

Dans ce jeu, vous êtes le leader d'une race extraterrestre exotique et pacifique et devez à la fois faire preuve de stratégie et de diplomatie ! Vous partez à la conquête du cosmos et vous trouvez en butte face à d'autres races !

Concrètement, vous avez un plateau modulaire où vous disposez un certain nombre de jetons - qui représentent vos forces - sur des "bases", au départ celles de vos colonies d'origine ! Pour gagner, vous devez établir cinq bases hors de votre système solaire d'origine, c'est à dire hors de votre morceau du plateau de jeu ! La particularité de votre race - et le gros point fort du jeu ! - est que vous possédez un "pouvoir spéciale" spécifique à votre race ! Et vous devez faire aussi une bonne utilisation du "Zap cosmique" !

Quels sont les Pouvoirs Extraterrestres qui vous permettront ou pas de remporter des Duels ? On a différentes races : le Chercheur (qui peut poser des questions à ses adversaires auxquelles ils sont forcé de répondre par oui ou par non en disant la vérité), la Machine (qui peut jouer plus de deux Duels par tour), l'Amibe (qui peut augmenter ou diminuer le nombre de ses pions), le Chronos (qui peut voyager dans le temps et rejouer les Duels), le Clone (qui peut conserver ses cartes de Duel), le Laser (qui oblige son adversaire à jouer à l'aveuglette), le Macron (chacun de ses pions en vaut quatre), le Mutant (qui peut toujours avoir sept cartes en main) ou encore le Philanthrope (qui peut faire don d'une carte).

Les Duels, vous l'aurez compris se déroule en comparant nos nombres de pions en jeu et en ajoutant des valeurs de cartes ! Mais la liste de pouvoir ne s'arrête pas là ! Il y a  encore le Sorcier (qui peut permuter les cartes jouer), le Vide (qui élimine définitivement les pions de ses adversaires) ou le Virus (qui se multiplie au cours des Duels).

Et pourrez-vous vous défaire du Vulch, du Zombie, de l’Échangeur, de l'Empathe, l'Oracle, l'Esprit, l'Insecte ou le Voleur !? Tant de peuples exotiques dans cette galaxie !

Et je n'ai pas mentionné que les alliances sont possibles aussi bien en attaque qu'en défense !

Le jeu a connu des extensions ! Dans les années 2010, il est repris par Edge - en VO - qui publie toute une série d'extensions ! Citons les rapidement ! Il y a, outre la boite de base : "Incursion cosmique", "Conflit cosmique" (permet de jouer jusqu'à 7 joueurs au lieu des 4 joueurs de la boite de base), "Alliance cosmique" (8 joueurs ! Possibilité de jouer en équipe de deux !), "Orage cosmique" (introduit des stations spatiales), et enfin "Domination cosmique" (une extension désignée par les fans) !

Bref un jeu très riche ! J'y avais joué à la grande époque avec mes potes Cyril, Hervé ou David ! Et j'avoue que la rédaction de ce billet m'a redonné envie d'y jouer !

Un jeu qui remporte un succès phénoménal aux Etats-Unis ! Mais bizarrement plus discret en France !

A bientôt !

Rencontre Cosmique - Jeux Descartes
Rencontre Cosmique - Jeux Descartes
Read more

La Brèche - Christophe Lambert

November 28 2008 Published on #Littérature XXIème, #Science-fiction, #Coups de coeur

Vous ne saviez sans doute pas que Christophe Lambert écrivait des romans de SF ! Mais ne vous y trompez pas ! Il ne s'agit pas de l'acteur de Greystoke ou d'Highlander mais bel et bien d'un homonyme ! Ce Christophe Lambert là est né en 1969 et a passé un diplôme de réalisation audiovisuelle - ce qui explique sans doute pourquoi son écriture est si épurée et cinématographique ! Après avoir travaillé pour la télévision et la vidéo, il s'est tourné ver le roman jeunesse ! Auteur prolifique, chez Mango, il alterne les genres (polar, fantastique, historique) mais préfère la SF ! La Brèche - dont il va être question maintenant - ressort de ce dernier genre puisque c'est une histoire de voyage dans le temps !

Nous sommes en 2060 et le concept de télé-réalité a été relancé par un grand Network des médias tandis qu'on a percé le voyage dans le temps ! Vous l'aurez deviné, il s'agit d'envoyer des reporters dans le passé filmer des événements historiques !

Mais le show est en perte de vitesse et pour relancer l'émission, on décide d’envoyer un historien et un journaliste le 5 juin 1944, la veille du Débarquement en Normandie ! Seulement voilà, le duo constate rapidement des anomalies temporelles ! Des gens mal intentionnées tentent de changer l'Histoire et de faire gagner les nazis ! Bientôt des Méchas viennent épauler les troupes du Reich sur les plages ! Une "brèche" temporelle ! C'est le risque à jouer les apprentis-sorciers !

Un roman adulte - façon thriller ! - avec un journaliste suicidaire et un historien excentrique - qui joue une fois de plus sur les "boucles temporelles" et les paradoxes du voyage dans le temps et qui mélange références historiques, horreurs de la guerre et SF ! Un récit rapide, spectaculaire et mali ! Avec un beau twist à la fin ! Un livre de divertissement mais qui pose aussi des questions sociétales notamment sur la responsabilité et l'engagement, le sacrifice, des hommes !

A lire pour voir le passage de Lambert du rayon jeunesse au rayon adulte ! J'ai bien aimé pour ma part !

A bientôt !

La Brèche - Christophe Lambert
Read more

Moon Patrol - Irem

November 27 2008 Published on #Jeu vidéo, #Nostalgie

Moon Patrol est un shoot-them-up de 1982 d'abord sorti en bornes d'arcades. Il est caractérisé par un défilement horizontal.

En effet, vous dirigez un véhicule de patrouille lunaire qui se déplace vers la droite de l'écran, peut accélérer ou ralentir et doit sauter par dessus les cratères, éviter les autres véhicules qui arrivent en face ou les engins spatiaux venus du ciel qui lui tire dessus !

Vous disposez de deux boutons de tir ! Un canon vous permet de tirer vers l'avant pour détruire ce qui arrive en face et un autre canon tire lui vers le haut pour éliminer les soucoupes volantes !

Vous avez aussi un bouton de saut pour éviter cratères, rochers et mines ! La moindre erreur est fatale et vous fait perdre une vie !

Au début des jeux vidéo, dans les années 1980, les shoot-them-up avec des vaisseaux spatiaux était monnaie courante ! On a ainsi eu Space Invaders, Galaga, Asteroids, Defender ou encore Moon Patrol. Ces deux derniers jeux partageaient la caractéristique d'un scrolling horizontal linéaire. Ils utilisent aussi la technique du "défilement différentiel", à savoir la présence d'un décor dans le fond qui défile moins vite et donne ainsi une illusion de perspective !

La musique est bien sympa aussi quoique que répétitive !

Le jeu fut bien évidemment porté sur les consoles et ordinateurs de l'époque ! Je ne détaille pas, vous les connaissez depuis le temps : Atari 2600, Apple II, Commodore 64, Atari ST, ColecoVision, ZX Spectrum puis plus tard :Playstation, PC, Dreamcast et Game Boy Color !

Une période "héroïque" pour le jeu vidéo ! Certes les jeux des années 2000 sont plus aboutis techniquement mais ont moins d'âme ! Encore que cela se discute !

A bientôt !

Moon Patrol - Irem
Moon Patrol - Irem
Read more

Frogger - Konami

November 26 2008 Published on #Jeu vidéo

Dans les premiers temps du jeu vidéo, on eut droit à toute une panoplie de héros improbables devenus des icônes de la pop-culture - regardez le film de 2015, Pixels, pour vous en convaincre ! - qui n'était souvent que de simples amas de pixels justement et qui n'avaient pas tout un background personnel développé comme on pu l'avoir par la suite des personnages comme Lara Croft pour ne citer qu'un seul exemple !

On eu ainsi dans cette galerie de héros une petite boule jaune vorace, un lutin rouge ou orangé sautillant, un plombier courageux, un mille-patte véloce, des vaisseaux intergalactiques ou encore... une grenouille !

Une grenouille en effet car il va être question maintenant de Frogger, jeu en borne d'arcade du géant japonais du secteur Konami, sorti en 1981 et par la suite disponible sur toute une gamme de plateformes - les modèles habituels et les plus populaires à l'époque comme les consoles Atari 2600 ou Atari 5200, Colevision, ou plus récemment Playstation, Super-NES ou X-Box 360 et les ordinateurs ZX Spectrum, Sinclair ZX81, Apple II, Commodore 64, Amstrad CPC ou MS-Dos pour les PC !

De quoi s'agit(il ? Dans ce jeu très simple - comme souvent du temps des "pionniers" du secteur, vous dirigez une famille de grenouille qui doivent d'abord traverser une autoroute dont les véhicules roulent dans un certain sens et dans un autre alternativement.  Puis, dans une deuxième moitié de l'écran, sauter de rondins de bois en rondins de bois  - ou à dos de grenouilles mais qui plongent de temps en temps  ! - sur une rivière s'écoulant dans l'autre sens pour regagner votre "maison" ! Il s'agit donc de ne pas vous faire écraser ou de ne pas tomber à l'eau - sachant que vous ne pouvez pas revenir en arrière ! Quoi que finalement si, je ne me souviens plus très bien de ce point !

Vous pouvez également attrapez des mouches ou des "demoiselles grenouilles" pour des bonus - en évitant les serpents et les crocodiles !

Voilà comme vous le voyez, c'est assez simple et il n'y a pas beaucoup plus à en dire ! Si vous n'avez pas connu cette époque glorieuse -  par exemple si vous êtes nés dans les années 2000, ce genre de jeu doit vous paraître "ridicules" ! Dites vous que certains jeux pour téléphones portables adaptent souvent des mécanismes similaires voire sont des adaptations de jeux de cette période faciles à transposer ! Et parfois on s'amuse plus avec des jeux très simples - mais pas simplistes ! - regardez le succès phénoménal de jeux comme Tétris, Lemmings, Worms ou Angry Birds !

A bientôt !

PS : Si l'Histoire des Jeux Vidéo vous intéresse, je vous renvoie à l'encyclopédique site - en anglais ! - GamingHistory.com !

Frogger - Konami
Read more

Encore - Eminem

November 25 2008 Published on #Musique

Le 12 novembre 2004 sortait le cinquième album studio du très polémique artiste de rap blanc Eminem, album intitulé Encore.  Cette production était le fruit conjugué des efforts d'Aftermath Entertainment, de Shady Records et d'Interscope Records. Sa sortie fut avancée de 4 jours car les titres avaient fuités sur internet !

Ce fut un succès immédiat et massif ! Plus de 700000 exemplaires vendus en trois jours et 1,5 millions de copies aux Etats-Unis les deux premières semaines ! Pour finir à un score final, sur le monde, de 11 millions d'exemplaire ! Eminem est un artiste toujours très attendu qui sait susciter le buzz ! Que contient cet opus qui explique un tel succès ?

Dans cet album, Eminem aborde sa vie familiale, sa relation avec son ex-femme, Kim ("Puke" et "Love You More"), leur fille Hailie Jade Mathers à travers le titre "Mockingbird", l'enfance du chanteur ("Yellow Brick Road"), ses rapports avec ses parents ("Evil Deeds") et son opposition au Président américain d'alors, George W. Bush ("Mosh" et "We As Americans").

Les titres emblématiques sont centrés autour de "Just Lose It", parodie de "Billie Jeans" de Michael Jackson ! Des "morceaux" de transition organisent aussi l'album - "Curtains Up" - comme pour l'album précédent The Eminem Show ! Sens du spectacle très développé chez l'artiste donc !

Une fois n'est pas coutume, Eminem fut victime de la censure notamment pour "We As Americans" et son "president dead" ("président mort" !) ! Les références violentes ou sexuelles ou encore les allusions à la drogue posent toujours problèmes ! Mais les rappeurs sont coutumiers du fait, c'est même d'ailleurs leur "marque de fabrique" - voir le logo "Explicit Lyrics" !

L'album bénéficia d'une bonne campagne marketing, on s'en doute ! Il fut édité avec deux couvertures/ jaquettes différentes !

Le mieux est encore de l'écouter ! Si vous n'avez pas les oreilles trop fragiles !? L'album contient 20 plages !

Pour ma part, j'ai pu l'écouter grâce à mon voisin Eric et ai bien apprécié même si je ne me suis pas livré à une étude approfondie des textes ! Textes ciselés comme des couteaux !

A bientôt !

Encore - Eminem
Read more

Q*Bert - Gottlieb

November 24 2008 Published on #Jeu vidéo

A l'origine, la firme Gottlieb produit des flippers mais au début des années 1980, elle se lance dans le jeu vidéo avec des bornes d'arcades comme Reactor ou l'emblématique Q*Bert - un petit personnage rouge presque aussi célèbre que Pac-Man - dont il va être question ici !

Q*Bert est un jeu vidéo sorti en 1982, en arcade donc, dans le genre jeu d'action/réflexion. C'est devenu un classique dès cette époque ! Vous dirigez un petit personnage sur les marches d'un damier - ou plutôt d'une pyramide ! - et chaque fois que vous atteignez une marche, vous changez la couleur de celle-ci ! Le but est de recolorier toute la pyramide pour changer de niveau ! Bien entendu, des ennemis se baladent sur la pyramide et essaient de vous attraper pour vous faire "Game Over" !

Les différents ennemis réduisent vos possibilités de déplacements et il vous faudra faire preuve autant de stratégie/tactique que de dextérité ! Un parcours à compléter ? Sur le principe, cela rappelle un peu Pac-Man qui devait manger toutes les pastilles d'un labyrinthe en évitant lui aussi le contact mortel d'autres créatures ! De fait, Q*Bert est le grand rival du héros de Namco !

Parmi les types d'ennemis, certains vont vous poursuivre tandis que d'autres se déplacent aléatoirement ! vous pouvez en manger certains - ennemis ! - pour en figer d'autres ! Enfin, une dernière catégories réinitialisent la couleur des marches, vous compliquant la tâche ! Vous pouvez aussi utiliser un nombre limité de fois des téléporteurs qui vous ramènent au sommet de la pyramide !

Dans les niveaux plus avancés, la difficulté augmente, les ennemis sont plus coriaces, plus malins et vous devez passer chaque fois sur chaque marche pour les recoloriser ! Un jeu qui ne s'arrête qu’après épuisement du joueur !

Q*Bert a ensuite été porté sur différentes machines de salon : Vidéopac G7000, Atari 2600, ColecoVision, Commodore 64, Intellivision, TI99/4A, NES, Game Boy et Game Boy Color, Playstation, PC, Dreamcast, téléphones mobiles et Playstation 3 - entre autres - entre 1982 et 2007 ! Un succès jamais démenti donc ! Comme le montre aussi le nombre de contrefaçons et de clones !

Le jeu est - signalons le ! - le fruit du travail de Warren Davis et Jeff Lee. il a donné lieu à deux suites : Q*Bert's Qubes (1983) et Q*Bert's 3 (1992) ! Enfin, il y eut aussi Q*Bert's Quest, un flipper de Gottlieb toujours - sur le marché dès mars 1983 pour profiter de l'engouement du jeu vidéo !

Q*Bert  a suscité nombre de produit dérivés : figurines, cartes à jouer, puzzles, livre et même show télé ! Mais il passa vite de mode après le krach du jeu vidéo de 1983 ! On le rencontre aussi au cinéma dans deux films : Les Mondes de Ralph et Pixels !

Une icône de la culture vidéoludique en vérité ! Que seuls les pionniers et les plus anciens ont connu - dont votre serviteur qui y jouait dans le bar-tabac que tenait son parrain, Serge, dans ces années-là !

A bientôt !

Q*Bert - Gottlieb
Q*Bert - Gottlieb
Read more

Vie de George Lucas - Les Années "American Graffiti"

November 23 2008 Published on #Biographies, #Star Wars, #Cinéma

Au milieu des années 1950, George Lucas, le papa de Star Wars, entrait dans l'adolescence ! C'est toute une époque de l'Amérique qu'il a dépeint par la suite avec nostalgie dans le deuxième long-métrage de sa carrière, American Graffiti ! Ce qui en fait donc un film autobiographique d'une certaine façon !

Comment peut-on sortir de l'enfance ? C'est la question qu'à du se poser à un moment je jeune Lucas. Affecté non seulement par un désordre physique, le petit homme doit aussi comprendre le monde et s'affirmer lui-même. C'est aussi ce que raconte le "Voyage du Héros" des films Star Wars à propos de l'évolution de Luke Skywalker ! Les peuples sauvages avaient organisé ce passage avec des rites initiatiques. Mais de nos jours, le monde est moins simple et plus difficile à décoder ! Et le temps de l'enfance a tendance à s'allonger !

Dans la famille de George Lucas, on pourrait considérer que le père est défaillant ! Le patriarche entend préserver son pouvoir  - voir à ce propos la relation Luke / Vador ! Lucas fils avait des relations tendus avec son géniteur, un être qu'il perçoit comme extrêmement dur faisant régner une discipline de fer. George rêve alors d'évasion ! Ce seront les mondes imaginaires et la couse automobile ensuite !

Pourtant, il serait simpliste de trop comparer la relation entre les deux Lucas et celle des personnages emblématiques de Star Wars ! Lucas père était un self-made man conservateur avec plein de préjugés mais il a toutefois laissé à ses enfants une grande liberté d'action. Le jeune Lucas en vint à un moment à effectuer un stage dans la papeterie familiale mais ce boulot ne lui plu guère ! Il était alors évident qu'il ne prendrait pas la succession du paternel ce qui généra de nouvelles tensions ! Ce dernier pensa alors que son fils n'arriverait à rien dans la vie ! Il fallut trouver un compromis !

Lorsque George eut 15 ans, la famille quitta sa maison du 530 Ramona Avenue pour emménager dans un petit ranch au milieu des arbres. George s'éloignait alors encore plus de Modesto et s'investit dans la musique et la photographie, ses deux passions d'alors ! Il se laissa pousser les cheveux et mis de longue chaussures noires à bouts plombés, changement de look que ses parents ne comprirent pas. C'est alors qu'il se découvrit une passion pour les voitures !

George Lucas eut sa première voiture à 15 ans, avant même d'avoir son permis de conduire. Il se sentit alors plus libre ! Il adorait le frisson de la course, presque au point de perdre el contrôle du véhicule ! La police lui infligeait souvent des contraventions !

Le cruising était un mode de vie parfaitement décrit dans American Graffiti, très répandu dans les années 50 ! La journée de George était "faire la course en voiture, glander, s'amuser, l'interminable "chasse aux filles" ! Par les voitures, George s'affirmait socialement ! Les bagnoles, la musique, le sexe !

Mais le mardi 12 juin 1962, George eut un accident dans sa Fiat Blanchina qui faillit lui coûter la vie ! La voiture fit pas moins de cinq tonneaux en voulant éviter un autre véhicule ! George atterrit sur le ventre puis perdit conscience. il se réveilla le lendemain à l'hôpital. L'accident n'avait fait par chance aucune victime mais plus de peur que de mal ! Ce fut pour George une prise de conscience. il était un miraculé et pris le temps de méditer sur son lit de convalescent !Il décida qu'il devait alors faire quelque chose de sa vie. Il veut se ranger ! Ce flirt avec la mort lui a ouvert les yeux !

Dès lors Lucas junior sent qu'il est prédestiné et commence à faire confiance à son instinct, une impression qu'il retrouvera lorsqu'il se lancera dans le projet de sa vie, Star Wars ! Et qui se révèlera largement payante !

A la sortie de l'hôpital, George avait accompli son "rite de passage" et était adulte ! Les portes d'une école de cinéma s'ouvriraient bientôt pour lui !

A bientôt !

Vie de George Lucas - Les Années "American Graffiti"
Read more

Le Convoyeur - Nicolas Bouhkrief

November 22 2008 Published on #Cinéma

Le Convoyeur est un film français de 2004 - tourné en 2003 par Nicolas Bouhkrief. C'est un film violent et sans concession qui se déroule dans le milieu des convoyeurs de fonds et montre leurs missions difficiles et qui ne se passent pas toujours bien ! En effet, parfois ceux-ci se font braquer !

Parmi les acteurs du film, on retrouve un Albert Dupontel ravagé, détruit et très poignant qui s'accroche à sa vengeance ! On comprends pourquoi dans un flash-back ! Celui-ci conduisait tranquillement sa voiture sur une route en forêt avec son jeune fils à bord lorsqu'ils furent pris au milieu d'un braquage de fourgon ! Les gangsters décidèrent de ne laisser aucun témoin ! Lui en réchappa mais pas l'enfant ! Un début digne d'une tragédie grecque ou latine ! Le fatum !

Dupontel endosse le rôle d'Alexandre Demarre et se présente un matin au centre-fort de la société Vigilante, une petite boite de transport de fond qui a subit trois braquages dans l'année qui n'ont laissé aucun survivant - dont celui qui toucha notre homme personnellement !

Très vite, les collègues de Demarre s'interrogent sur son compte, en particulier Jacques - joué par Jean Dujardin qui trouve la un beau rôle ! Demarre, dans le contexte difficile d'une reprise de Vigilante par une société américaine avec plan social à la clé est-il une "taupe" chargée de sélectionner les employés à licencier. Jacques ne se doute pas qu'en réalité notre homme cherche des complices de braqueurs !

Bon à vrai dire, je me rends compte que j'ai dévoilé des moments-clés de l'intrigue ! J'enfoncerais le clou en ajoutant que Dujardin tient ici un rôle à sa mesure, à contre-emploi, un rôle de salaud ! Après Un gars, une fille, personne ne voulait l'employer et il n'était pas encore oscarisé pour The Artist ! Par la suite, il va connaître ses premiers succès dans les années 2000 qui vont le mener là où on sait !

On retrouve aussi Aure Atika dans ce film qui joue Isabelle, une belle jeune femme qui tente de percer le secret de Demarre !

J'avais vu ce film à l'époque et cela m'avait permis de faire une sortie avec ma copine Barbara !

Mais je répète ma mise en garde un film dur, violent qui se termine d'ailleurs dans un bain de sang ! La preuve aussi que les Français savent réaliser des thrillers efficaces !

A bientôt !

Le Convoyeur - Nicolas Bouhkrief
Read more

Starship Troopers - Paul Verhoeven

November 21 2008 Published on #Cinéma, #Coups de coeur

Le réalisateur néérlandais Paul Verhoeven est-il un réalisateur subversif ? On serait porté à le penser au regard de sa filmographie, de Basic Instinct - qui lança la carrière de Sharon Stone avec sa fameuse scène de croisé-décroisé de jambes, au regard aussi de Showgirls qui décrit les fastes et les excès peu ragoutants de Las Vegas ! Citons aussi Robocop, film assez violent, qui interroge à la fois sur l'idée de justice et sur la nature de notre humanité !

Mais ce jour, il sera question de Starship Troopers, à la fois film de SF et film de guerre, sorti en 1997 - et qui malgré un succès relatif au box-office, remporta pas mal de critiques positives !

Le film, inspiré vaguement du roman de Robert Heinlein, Étoiles, garde-à-vous !, décrit une planète Terre regroupée politiquement sous l'autorité d'une société militaire, la Fédération ! Dans cette société, pour pouvoir être reconnu citoyen, il faut en effet s'engager dans l'armée, et ainsi jouir de ses droits civiques !

En réalité, ce film, sous des apparences de sitcoms mettant en scène de jeunes adultes et jouant avec les codes du film de propagande, c'est une véritable critique de la société contemporaine à laquelle se livre son réalisateur et en particulier de tous les impérialismes, notamment américain ! Toutefois, le métrage est assez subtil pour ne pas tomber dans l'anti-américanisme primaire !

Les militaires du film font penser par bien des aspects aux néo-nazis notamment, ne serait-ce qu'avec leurs uniformes - et c'est donc bien à une dénonciation des sociétés fascisantes et totalitaires à laquelle nous avons ici affaire !

Les héros principaux sont Johnny Rico - joué par Casper Van Dien - et Dizzy Flores - jouée par Dina Meyer ! Le fantasme masculin de l'époque, à savoir Denise Richards (aperçue aussi dans un James Bond avec Pierce Brossan !) - tient le rôle du lieutenant Carmen Ibanez, une femme pilote, ce qui permet d'entretenir le côté sitcom - avec un trio amoureux ! - du film !

La Fédération est en guerre avec le monde des Arachnides, originaires d'une planète nommée Klendathu ! Ces sales bestioles ne font pas de cadeaux et déchiquettent près de cent mille soldats humains lors d'un débarquement qui se solde par un désastre - avec pour ma part, une scène déchirante de cette jeune soldate qui lors de la scène précédente parlait d'avoir un bébé après la guerre et qui est happée dans un tunnel par un Arachnide pour connaître un sort funeste !

Rico et Dizzy - ayant survécus aux fiascos initiaux - vont rejoindre l'unité d'élite des Francs-Tireurs et se rendre en mission sur la Planète P en aide à un avant-poste de civils ! là, ils vont faire face à une armée entière d'Arachnides dans une séquence qui ce veut un hommage à la bataille - et au film éponyme dédié - de Fort Alamo !

Starship Troopers vaut aussi beaucoup pour ses effets spéciaux : maquettes de vaisseaux, grand nombre de personnages animés par ordinateur lors de la bataille citée à l'instant... Les sociétés impliquées sont Sony Imageworks, Industrial Light & Magic et Boss Film. Le film est d'ailleurs nominé pour l'Oscar des meilleurs effets visuels à la 70ème Cérémonie des Oscars en 1998 face à Le Monde perdu : Jurassic Park et Titanic. L'Oscar est remporté par ce dernier film.

Par la suite, le film de Verhoeven donna lieux à des suites, nettement moins intéressantes et/car plus basées sur le seul côté action plutôt que sue l'aspect subversif et contestataire ! On eut ainsi droit, dès 1999, à une série télévisée en infographie, puis à trois vidéofilms en 2004, 2008 et 2012 !

Starship Troopers a différents niveaux de lecture et peut se voir aussi bien comme un film pop-corn que comme un manifeste polémique ! Il prouve que les réalisateurs étrangers ont des choses à apporter à la machinerie hollywoodien, un autre point de vue, moins américano-centré !

A bientôt !

Starship Troopers - Paul Verhoeven
Read more
1 2 3 > >>