Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

La Boissière - Gilles Letournel

February 24 2009 Published on #Littérature XXIème

A coté des grands classiques de la littératures, des auteurs incontournables du moment et de ma passion pour le fantastique, la SF et la paralittérature, je présenterais sur ce blog de temps à autres des petits écrivains locaux - le terme petit n'a ici rien de péjoratif.

Gilles Letournel est né en 1942 dans l'Orne et a à ce jour publié trois romans dont un sur Guillaume le Conquérant qui lui a rapporté deux prix.

La Boissière se déroule donc dans l'Orne, moins d'une décennie après la guerre.

C'est une histoire d'enfants, Milo, Sylvain, Laurent et leurs copains. Le livre retrace d'ailleurs des moments typiques de l'enfance : les vacances, la venue du cirque, les premières bêtises... On pourrait se demander si ils sont autobiographiques. Le style est plaisant, simple et accessible. Certes ce roman ne révolutionnera pas la littérature mais il est bien construit. C'est aussi et surtout l'histoire d'un drame de la Guerre - celle de 39 - 45. En effet, le père de Laurent est allemand et Louise, sa mère espère le retour de celui-ci. Elle cherche à savoir ce que le soldat est devenu et l'apprendra à la fin. Mais je vous laisse le découvrir. En résumé, une lecture que j'ai trouvé intéressante, bien qu'au départ, j'ai tendance à me méfier de la littérature du "terroir" mais là non! Il me tarde de lire le livre sur Guillaume le Conquérant. Habitant dans la même petite ville que l'auteur, je vais m'enquérir de savoir si il travaille à un nouveau livre. La Boissière est publié chez L'Ecir.

Read more

La Reserve - Russell Banks

February 23 2009 Published on #Littérature XXème, #Littérature étrangère

Ce mois-ci, j'ai découvert un auteur que je ne connaissais pas. Il s'agit de Russell Banks.
La Réserve est un roman paru chez Actes Sud, qui relate des relations hommes-femmes, en l'occurrence au coeur du quatuor Jordan et Alicia Groves, Hubert Saint Germain et Vanessa Cole.

L'action se situe au nord-est des USA, dans les années 1930, dans la Réserve.

Jordan Groves est un artiste, un peintre, qui va se retrouver entrainé, comme Hubert Saint Germain, dans un drame familial.

La famille Cole cache en effet un secret inavouable. A moins qu'il ne s'agisse d'un délire issu de l'esprit perturbé de Vanessa. Le roman laisse le lecteur juger si Vanessa affabule ou pas.

En arrière-plan de ces intrigues, se profile la Grande Histoire. On y voit l'avénement des nazis, le dirigeable Hindenburg, les débuts de la lobotomie, la Guerre Civile Espagnole.

Par ailleurs, il serait intéressant de faire une étude sur les registres des quatre éléments: eau (le lac), air(l'avion, le dirigeable), terre (la tombe) et feu (l'incendie).

En résumé, une lecture agréable et il me tarde de découvrir d'autres oeuvres de cet auteur. J'aurais sans doute l'occasion de reparler de lui et d'nclure dans mon post une présentation complète.

Read more

Le colonel Chabert - Honoré de Balzac

February 18 2009 Published on #Littérature XIXéme

Le colonel Chabert se situe à mi-chemin entre la longue nouvelle et le court roman.

Composé en 1832, sous le titre de La Transaction, le texte connu plusieurs versions et correction comme Balzac en avait l'habitude.

Finalement, il s'insère dans La Comédie humaine dans les "scènes de la vie privée" juste après Le père Goriot.

Le récit raconte l'histoire d'un officier de l'armée napoléonienne, supposé mort à la bataille d'Eylau mais qui en réalité s'est retrouvé nu dans un charnier, avec une blessure à la tête (évocation qui rappelle le romantisme noir!) et s'en est réchappé.

Privé d'identité, après une longue errance, le colonel Chabert - ou celui qui se prétend être le colonel Chabert - retrouve la France de la Restauration et se rend dans l'étude de Derville afin de récupérer son identité et sa femme, remariée depuis lors et devenue comtesse de Ferraud.

Je ne saurais que trop vous recommandé le livre de Aude Déruelle, dans la collection Foliothèque ( numéro 143) qui est une étude pertinente du texte de Balzac. A coté d'un essai sur Le colonel Chabert, vous y trouverez un dossier sur l’œuvre.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, je vais juste évoqué deux points de l'étude.

Tout d'abord, le texte de Balzac propose une version dégradée de l'épopée. Par le registre familier de la langue, d'une part.

Chabert sort de la fosse en s'aidant d'un bras d'un cadavre démembré. Il devient donc un être à trois bras. Il est "une caricature inversée de Cerbère". Chabert tente de sortir de l'enfer au lieu d'en gagner la porte.
D'autre part, un des clerc de l'étude lance une boulette de papier à la tête de Chabert lorsqu'il se rend à l'étude. La boulette fait contrepoint au boulet de la grande bataille. De plus, la boulette féminise le boulet et marque la victoire de la femme sur le colonel, à savoir la comtesse de Ferraud.
On peut aussi voir dans Le colonel Chabert un intertexte avec L'Odyssée ,et la figure d'Ulysse.

Chabert veut rentrer chez lui. Il semble un vieillard aux yeux de ceux qui l'ont connu. Dans l’œuvre d'Homère, Ulysse est reconnu par sa nourrice et hébergé chez un porcher. Ici, Chabert est logé chez Vergniaud qui produit du lait pour Paris.

Voilà quelques arguments tirés de l'étude fascinante de A. Déruelle. Je vous en recommande la lecture
Je suis un grand admirateur de Balzac et j'aurais l'occasion de présenter d'autres parties de la Comédie humaine.

Bonne lecture et à bientôt pour une autre chronique !

Read more

Vampire : La Mascarade - White Wolf

February 9 2009 Published on #Jeu de rôle, #Fantastique

Vampire : La Mascarade fut une petite révolution dans le monde du jeu de rôles ! Il y eut un avant et un après ! En effet, avant la parution de ce jeu de l'éditeur White Wolf, les jeux de rôles reposaient principalement sur la simulation, privilégiant la mécanique ! Avec Vampire, cet aspect de simulation du réel n'est certes pas délaissé - avec le recours aux dès à 10 faces représentant des pourcentages pour les actions de jeu - mais le jeu inaugure surtout l'ère du story-telling et des backgrounds fournis, l'approche "narrative" de l'art du Conteur !

Vampire : La Mascarade  surfe aussi sur la mode dans les années 1990 du "gothique-punk", le retour des vampires avec les films Dracula de Francis Ford Coppola ou Entretien avec un vampire d'après les romans d'Ann Rice ! Le jeu qui nous intéresse ici sort en 1991 et inaugure l'univers de jeu de White Wolf intitulé "Le Monde des Ténèbres" ! D'autres jeux partageant le même univers suivront : Loup-garou, Mage, Wraith, Changelin,... ainsi que des versions alternatives de ces jeux se déroulant, selon les jeux, au Moyen-âge, à l’Ère Victorienne, en Asie, en Afrique, au Far-West, à la Renaissance, etc,...

A l'époque, j'avais investit dans ce jeu, du moins financièrement - et avais acquis le livre de base ainsi que quelques suppléments, Chicago by Night, Le Succubus Club, etc.. Mais en réalité, cela demandait niveau investissements, encore plus de travail au niveau de la préparation et de la mise en oeuvre des parties de jeu et je fut bien vite découragé ! Au point que j'ai revendu tous mes manuels sur eBay au début des années 2000 !

Le monde est sous la domination secrète des vampires, qui dans l'ombre, tirent les ficelles - cette aspect, "être qui craint la lumière du jour mais en fait dirige tout", m'a toujours paru délirant ! Ces vampires se rangent en divers clans, au doux noms de Brujah, Gangrels, Malkaviens, Nosfertaus, Toréadors, Tremeres ou Ventrues, chacun représentant un  archétype de vampire et donc une sorte de classe de personnage ! Les clans que je viens de citer font partie de la Camarilla, une organisation millénaire qui mets en œuvre la Mascarade du titre qui vise à protéger le secret de l'existence des vampires ! Elle s'oppose au Sabbat, des sortes de renégats qui prônent la violence à outrance et la domination par ce biais des humains, et mettent ainsi en péril le secret ! Le Sabbat a aussi ses (anti-)clans dont les Lasombras et les Tzimisces ! Enfin, il y a des clans neutres : les Assamites, les Giovannis, les Ravnos et les Sethites ! Je passe sous silence les Lignées du Sang qui sont des clans disparus !

Il y a donc de quoi faire au niveau des intrigues même si tout parait au final assez cadré et paradoxalement, de ce fait, réduit un peu la liberté du Conteur ! Il y a la Quête de secrets millénaires, les luttes entre jeunes et anciens, les plus anciens vampires étant les Mathusalems - et au dessus les légendaires Antédiluviens - en sommeil ! Vous, vous incarnez un vampire récemment étreint entre la 13ème et 15ème génération ! Tout cela, à tout les niveaux, n'est finalement qu'une question de luttes d'influences ! Enfin, il s'agit aussi pour les PJ de contrôler la Bête qui est en eux !

Vampire : La Mascarade est au final un excellent jeu - mais fort exigeant, complexe - et qui connu plusieurs éditions, aussi connu pour les magnifiques illustrations de Tim Bradstreet ! Pour ma part donc, n'ai hélas pas eu beaucoup l'occasion d'y jouer dans mon club de jeux de rôles Sortilèges, dans les années 1990 - n'ai donc pas vraiment accroché et préférais de beaucoup le cinquième jeu de la gamme "Monde des Ténèbres" à savoir Changelin : le Songe, un peu plus "optimiste" ! Car en effet, c'est une caractéristique de Vampire et de ce "Monde des Ténèbres" en général, comme l'indique le nom même, d'être sombre et désespéré - certes avec des degrés selon les jeux concernés !

Enfin, Vampire : La Mascarade a fait l'objet d'une adaptation assez rapidement en GN - Grandeur Nature - où vous pouviez vous mettre dans la peau de vos personnages au sein du projet "Mind's Eye Theatre"!

La première édition du jeu est signée Mark Rein-Hagen et il y eut aussi des jeux vidéo et des jeux de cartes à jouer et à collectionner dans la mouvance de la mode lancée à la même époque par Richard Garfield et son Magic : L'Assemblée !

Aiguisez vos crocs !

A bientôt !

Vampire : La Mascarade - White Wolf
Vampire : La Mascarade - White Wolf
Read more

Journal intime d'un marchand de canons - Philippe Vasset

February 8 2009 Published on #Littérature XXIème

Le narrateur de ce roman est un marchand de canons. Menacé par un scandale et des poursuites judiciaires, il décide de détruire l'impressionnante masse de documents qu'il a rassemblé au cours de sa carrière.
Alors qu'il brûle ses archives, le remord l'étreint et il se dit que tout ceci ferait un bon roman d'espionnage.

Notre marchand de canons a toujours voulu vivre sa vie comme un roman de John Le Carré. Le récit nous mène de l'Irak de Saddam Hussein à l'Afrique du Sud de l'Apartheid, en passant par la Géorgie, le Vénézuela et d'autres zones de tension de la planète.

Le roman use d'une écriture journalistique, oscillant en cela entre la fiction et le reportage. L'auteur clame que toutes les dates et les noms sont vrais.

Le Journal intime d'un marchand de canons est le premier volume d'une série sur l'envers de la Mondialisation qui comprendra Le Journal d'un affameur et Le Journal d'un manipulateur.

Sans être un chef d’œuvre, ce livre se laisse lire facilement.

A éviter toutefois si vous êtes allergiques aux romans à la Tom Clancy ou au film Lord of War.

Read more

Star Wars Rebellion - LucasArts

February 7 2009 Published on #Star Wars, #Jeu vidéo

LucasArts, la filiale jeux vidéo de LucasFilm, a toujours eu à cœur de diversifier son offre de produits, se reposant essentiellement, à partir des années 1990, sur la licence Star Wars revenue en force et travaillant avec des sous-traitants comme Totally Games, Coolhand, Electronic Arts etc,...

Donc Star Wars devait faire plusieurs immersions dans le domaine du jeu de stratégie /Wargames ! On eut Force Commander, Galactic Battleground et Empire at War  ! Mais avant cela, il y eut Star Wars Rebellion en 1998 !

Star Wars Rebellion  est un jeu de stratégie avec gestion de ressources ! Il n'y a pas de phases de combats à la Warcraft / RTS - c'est à dire avec des animations à gogo ! - comme on trouvera dans les jeux qui suivront ! Ce n'est donc pas un Real-Time Strategy Game ! Plutôt un jeu qui se déroule par fenêtres !

Vous pouvez jouer la Rébellion ou l'Empire ! Évidemment, comme dans les films, l'Empire a plus de ressources mais l'Alliance a un meilleure réseau d'espions et pratique un travail de sape ! La carte de la galaxie comporte 200 mondes qu'il faut contrôler pour s'en approprier les ressources, construire des usines, des casernes et des chantiers navals qui produiront ensuite vos troupes vous permettant d'étendre votre influence !

Vous disposez aussi de personnages-clés : les héros des films ! Luke, Han, Leia, Dark Vador, l'Empereur mais aussi tirés de tout l'Univers Étendu de l'époque ! Soixante personnages en tout qui feront, selon leurs compétences, de la diplomatie, du sabotage, de l'espionnage, de la Recherche-Développement !

Dire que ce n'est pas un RTS est aller un peu vite car on a quand même droit à des phases de combats spatiaux en 3D où vous pourrez disposer vos vaisseaux, forcer des blocus et prendre les planètes ! Mais pour les combats terrestres, on n'a pas de telles phases de jeu - ce n'est donc pas un RTS !

Attention car vos personnages peuvent se faire capturer voire tuer ! C'est une des conditions de  victoire : capturer certains héros ! Ou alors prendre le contrôle de toute la galaxie ! Il est aussi possible de construire des Étoiles de la Mort ! Mais attention car des actions trop brutales peuvent entraîner des revirements de loyauté des planètes !

Le jeu dispose aussi d'une encyclopédie qui vous fournira informations à gogo sur les personnages et les planètes !

Un jeu très prenant - comptez une dizaine d'heures pour une partie ! J'adorais jouer à ce jeu à l'époque - qui n'est pas d'une difficulté folle mais demande tout de même du doigté ! Heureusement, il y a les sauvegardes pour revenir sur une partie mal engagée !

A bientôt !

Star Wars Rebellion - LucasArts
Read more

Drogues et Littérature

February 6 2009 Published on #Divers, #Littérature XXème, #Littérature XIXéme

Un des questionnements des théoriciens de la Littérature est de savoir d'où vient l'inspiration ! Le poète est-il "guidé par les muses" ou son oeuvre résulte-t'elle d'un travail acharné ? Sans doute un peu des deux ? 5% d'inspiration et 95% de sueur !

Dans cet optique, il existe un imaginaire de la drogue comme substance capable d'ouvrir les "portes de la perception" et de mener l'écrivain vers une meilleure connaissance du réel ! Ou a contrario de le faire sombrer et de tuer sa création !

Je vais maintenant vous exposer succinctement les rapports entre drogues et Littérature - à traits grossier certes ! - en me basant sur un dossier du Magazine Littéraire N°542 d'avril 2014 dont je fais ici la synthèse !

Depuis le XIXème siècle, l'univers des drogues tient une grande place dans la Littérature ! Par un imaginaire produit via le recours aux drogues, la nécessité de s'altérer et aussi par l'image que la littérature donne des drogués - qu'on pense à un exemple célèbre, celui de Sherlock Holmes chez Conan Doyle ou plus proche de nous dans le roman American Psycho de Bret Easton Ellis. La drogue et l'addiction deviennent une figure de récit.

En 1821, Thomas de Quincey livre son récit autobiographique, Les Confessions d'un mangeur d'opium anglais et son consommateur de laudanum, mélange d'opium et d'alcool. Rappelons que l'opium est alors de consommation courante en médecine et pas encore prohibé ! Cet écrivain est le premier à réfléchir sur les modifications physiques et psychiques occasionnées par les drogues !

Par la suite, on peut rapprocher d'une expérience de toxicomane les hallucinations de Raphaël de Valentin dans le magasin d'antiquités dans La Peau de Chagrin de Balzac. De même, la possibilité de fumer de l'opium en pipe est évoquée dans Mademoiselle de Maupin  de Théophile Gautier. Dans les Confessions de Musset, l'auteur semble partir dans un délire, rien qu'à imaginer l'effet du laudanum ! Il est aussi question de haschich chez Nerval dont on sait qu'il finira par se pendre à un réverbère !

Pourquoi les écrivains font-ils usage de drogues ? Pour calmer une douleur morale - chez Cocteau - ou physique - chez Sagan après son accident de voiture ! Aussi pour manifester le rejet des conventions sociales - chez la Beat Generation, Kerouac et Ginsberg, Burroughs aussi ! Mais il existe aussi des écrivains qui revendique la prise de drogues à titre expérimental. Ainsi Aldous Huxley relatera ses tentatives sous mescaline dans Les Portes de la perception ! Chez Michaux, c'est une expérience "par les gouffres " et par le langage !

Mais se drogue-t'on pour écrire ou bien par ce que l'écrivain, décrivant un réel trop insupportable sur lequel il est très lucide doit prendre des substances psychoactives afin d'oublier ? L'énigme reste entière !

Dans l'Histoire littéraire, les Surréalistes affirmeront que " le Surréalisme est le carrefour des enchantements du sommeil, de l'alcool, du tabac, de l'éther, de l'opium, de la cocaïne, de la morphine" bien que Breton condamna la drogue avec fermeté dans son exploration du subconscient !

On peut aussi se demander si Sartre aurait écrit La Nausée si il n'avait absorbé de l'extrait de cactus, la mescaline, suite à quoi il fut hanté pendant des années par la vision de petits crabes ! Il y aurait des drogues pour littéraires et d'autres pour philosophes !

Dans des temps plus contemporain, c'est une vision moins "romantique" qui apparaît avec notamment l'emphase sur l'addiction et la phase difficile de sevrage - aussi les ravages de la drogue ! Entre temps, ces substances - médicinales au XIXème siècle - ont été proscrites et leurs usages réprimés pénalement ! Dans Mille morceaux, l'écrivain américain raconte, dans  un récit semi-autobiographique sa dépendance au crack et les tentatives de sevrage ! Dans Produit,  Kevin Orr raconte les symptômes du manque ! La drogue exprime alors un rejet du réel et une tentative de fuite !

On le voit ici les choses ne sont pas si simples et les rapports entre drogues et Littérautre sont complexes et changeant selon les époques !

A bientôt !

Drogues et Littérature
Read more

Rastan Saga - Taito

February 5 2009 Published on #Jeu vidéo, #Nostalgie

Conan le Barbare, film de John Milius d'après Robert E. Howard, sort en 1982 et marque les esprits par son imaginaire ! La Sword & Sorcery et la Fantasy reviennent alors en force ! Le jeu vidéo qui surfe sur les modes va alors récupérer cet univers de fiction et produire Barbarian, Dragon Buster ou Black Tiger selon les firmes ! Rastan Saga est un jeu d'arcade à l'origine, développé et édité par Taito dans le genre Beat'em all ! Il sort en 1987 !

Vous y incarnez un barbare en plein environnement hostile fait d'acier, de roc et de feu ! Vous maniez l'épée et terrassez vos adversaires divers et variés avant qu'ils ne vous touchent et fassent baisser votre jauge de vie !

Le jeu se déroule en chapitres comme pour un roman de Howard ! Vous devez triompher de 6 niveaux  - ou Rounds ! - divisés eux-même chacun en trois parties ! Pour la gloire d'une princesse, vous vous lancez à la chasse au dragon, le boss final du jeu ! Celle-ci vous a promis toutes les richesses de son royaume contre la tête de la bête !

Vous progressez épée en avant, sautez de plateforme en plateforme, vous accrochant aux lianes ! Le tout au rythme d'une musique obsédante et épique toute en percussions ! Évitez les puits de feux avec geyser, cascades d'eau, hallebardes animées et autres pièges !

Il est permit de ramasser des bonus, principalement d'autres armes : hache, masse d'arme, épée de feu... à durée de vie limitée ! Ainsi que des armures, potions et trésors en plus de ces armes !

Parmi vos adversaires, vous croiserez toute la panoplie mythologique : Centaures, Harpies, Chimères, Méduses etc... Tous prêts à vous tomber dessus et vous entraîner vers le "Game Over" ! Et aussi Sorciers et Guerriers adverses ! Bref, c'est très varié là aussi!

Le jeu est en scrolling de profil et chaque chapitre se termine par un boss final ! Avant le Dragon !

Rastan Saga  fut porté sur Apple II GS, Amstrad CPC, ZX Spectrum, Sega Master System ou tout simplement PC-DOS ! Il eut deux suites et connut aussi quelques clones !

Un jeu parfait pour se détendre mais un peu ardu !

A bientôt !

Rastan Saga - Taito
Rastan Saga - Taito
Read more

Fantômas - André Hunebelle

February 4 2009 Published on #Cinéma, #Comédie

A l'origine, Fantômas est un personnage de romans crée par Pierre Souvestre et Marcel Allain qui date de 1910 - 1911 : C'est donc une icône de la littérature populaire Belle Epoque, une sorte d'Arsène Lupin retors un maître du crime au coeur de sérials !

Le personnage sera l'objet de maintes adaptations au cinéma, dès 1913 avec Louis Feuillade en films muets puis des productions en noir & blanc et parlantes dans les années 1930 et 1940 !

Ce qui va m'intéresser ici, ce sont les films en couleurs et parlants des années 1960 avec Louis de Funès, Jean Marais et Mylène Demongeot, la trilogie d'André Hunebelle : Fantômas, en 1964, Fantômas se déchaine, en 1965 et Fantômas contre Scotland Yard, en 1967 qui clôt le triptyque !

Nous allons parler ici uniquement du premier opus de 1964, Fantômas, qui pose les bases !

Ce Fantômas là est un peu la réponse française à James Bond ! James Bond contre Dr No, le premier film date de 1962 ! Il n'y a pour s'en convaincre qu'à se fier à l'importance des cascades dans ces deux séries de films, réalisées pour les films de Hunebelle par Rémy Julienne qui oeuvra aussi par la suite sur 007 !

Fantômas est un voleur de haute volée dont on ignore l'identité réel ! Il commets au début du film un méfait dans une bijouterie tandis que le commissaire Juve - joué par De Funès - annonce son arrestation prochaine ! En réalité le fonctionnaire de police piétine ! Il va pourtant être assisté du journaliste Fandor - joué par Marais - et fiancé d'Hèlene - jouée par Demongeot !

Fandor est dubitatif et croit que Fantômas - qui apparaît toujours masqué - est une invention de la police ! Il bricole une fausse interview du maître du crime, ce qui mets en rage celui-ci qui enlève le journaliste et lui donne 48 heures pour se rétracter !

Les choses en se passent pas bien  - quand Juve s'en mêle ! - et un second article parait et Fandor est à nouveau kidnappé et placé sous la garde de Lady Maud Beltham, la compagne de Fantômas -jouée par Marie-Helène Arnaud ! Juve tends alors un piège au bandit en le mettant au défi de dépouiller un défilé de mode ! Fantômas réussit alors le "casse" en prenant les traits de Fandor ! Juve est alors persuadé que Fantômas et Fandor ne font qu'un !

Fantômas prends alors les traits de Juve et mitraille la devanture d'un cinéma afin que le commissaire soit mis en cellule ! Il a aussi enlevé Hélène mais celle-ci et son fiancé sont libérés par Lady Beltham qui a compris que son amant a un faible pour la petite amie du journaliste !

L'inspecteur Bertrand - joué par Jacques Dynam - mets alors Fandor en cellule avec Juve ! Un vieux gardien les aide alors à s'évader dans une voiture, c'est en réalité Fantômas qui veut se venger des deux hommes ! S'ensuit une série de poursuites en voiture, en moto, en train, en hélicoptère, en bateau - tout y passe ! - et qui se termine sur un sous-marin où s'échappe le grand vilain jusqu'au prochain film !

Comme vous le voyez, on est, avec cette comédie d'aventures qui attira à l'époque plus de 4 millions et demi de spectateurs, dans le Grand-Guignolesque et le divertissement pur ! Le rôle de Juve devait à l'origine être incarné par Bourvil mais celui-ci déclina l'offre !

Concernant les cascades précisément, Marais et De Funès ont donné de leurs personnes, le second se faisant même un étirement musculaire à l'épaule dont il mis des années à se remettre !

C'est donc du cinéma populaire, diffusé maintes fois depuis en boucle à la télé au même titre que la série des Gendarme de Saint-Tropez - avec le même De Funès  - ou La Septième Compagnie  ! De la grande comédie dans la tradition française des années 1960 !

Enfant, j'étais fasciné et un peu inquiété par le personnage de Fantômas et souhaitait qu'on l'arrêta mais celui-ci s'en sortait toujours, notamment grâce à ses gadgets - là encore James Bond !

A bientôt !

Fantômas - André Hunebelle
Read more

Les 55 Jours de Pékin - Nicholas Ray

February 3 2009 Published on #Cinéma

Arrêtons-nous maintenant sur une superproduction américaine de 1963, vaste reconstitution historique romancée, de Nicholas Ray, Les 55 jours de Pékin !

Au début du XXème siècle, alors que l'Europe colonisait toute la planète, les imaginaires des Occidentaux étaient envahis par l'idée du "Péril Jaune"  -qu'on retrouve dans le personnage de Fu Manchu de Sax Rohmer ! Ceci avait une origine, en 1900, la Révolte des Boxers, où quand des milliers de Chinois montrèrent leur hostilité aux Américains, aux Russes, aux Britanniques, aux Français, aux Allemands et à tous les Européens qui se coalisèrent pour résister !

Ce sont ces événements que relate ce film ! Et le double jeu des autorités chinoises qui sont alorsdivisées : le général Jung-Lu presse l'impératrice Tsu-Hsi d'arrêter les fanatiques, tandis que le prince Tuan lui conseille de les aider à chasser les étrangers ! Les délégations étrangères organisent leur défense au Quartier des légations !

Les Américains ont envoyé le major Matt Lewis à Pékin à la tête d'un détachement pour protéger l'ambassade américain ! Lewis est interprété par Chartlon Heston ! Il ne tarde pas à s'entretenir avec la baronne Natacha Ivanoff - la sublime Ava Gardner ! - et l'ambassadeur britannique, Sur Arthur Robertson - joué par David Niven, tout flegmatique ! L'Américain représente l'action, la baronne russe, la charme et le britannique, la diplomatie et la discussion ! Ils devront allier leurs talents pour sauver les délégations !

Il y a comme on pouvait s'en douter une romance amorcée entre le major et la baronne ! Le siège des ambassades commence le 20 juin 1900 et va durer 55 jours qui donneront autant de scènes d'action dans le film, dans un Pékin reconstitué sur 100 hectares à Las Rosas de Madrid !

Ce film est une sorte de western qui se passe en Chine ! On pense évidemment à Alamo,  film de John Wayne de 1960 : Une superproduction donc, avec de grands décors, de nombreux figurants, des tas de personnages, des combats etc,... Toutefois on remarque des incongruîtés historiques comme la composition des délégations ou dans la reconstitution du protocole de la Cour de l'Impératrice !

Un film fleuve aussi puisqu'il dure 2 heures 34 pas moins !

A bientôt !

Les 55 Jours de Pékin - Nicholas Ray
Read more
1 2 > >>