Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Autobiographie d'un épouvantail - Boris Cyrulnik

April 22 2010

Né en 1937, Boris Cyrulnik est un neurologue, psychiatre, ethologue et psychanalyste. il enseigne d'ailleurs l'éthologie (l'étude du comportement) à Toulon. Il est surtout connu pour avoir développé le concept de "résilience".

La résilience, c'est précisément de cela dont il est question au long des 274 pages d'Autobiographie d'un épouvantail. Ce livre, brillant et savant, a d'ailleurs obtenu le prix Renaudot de l'Essai en 2008.

Le quatrième de couverture commence ainsi : " Face à la perte, à l'adversité, à la souffrance que nous rencontrons tous un jour ou l'autre au cours de notre vie, plusieurs sratégies sont possibles : soit s'abandonner à la souffrance et faire une carrière de victime, soit faire quelque chose de sa souffranc epour la transcender..."

Il me parait difficile de faire un compte-rendu exhaustif et fidèle de ce livre qui aborde la "résilience" sous beaucoup d'aspects. Pour faire oeuvre de résilience, il faut pouvoir mettre des mots sur le traumatisme et pour cela bénéficier d'un entourage adéquate.

En effet , quelquefois les discours que forgent les victimes sur leur traum ne veulent pas être entendu par les proches et par la société, par la culture. D'autres discours viennent les parasiter -et je ne parle même pas des discours des négationnistes!

Au long de l'ouvrage, Cyrulnik s'appuie sur nombres de témoignages de victimes : de la Shoah, du génocide arménien, des "enfants de boches", du génocide Rwandais de 1994, des enfants maltraités, des événements du 11 septembre 2001. En bas de pages, une bibliographie bien pensée vient donner un cachet scientifique supplémentaire à l'ouvrage.

Le livre se découpe en quatre chapitres.

Je signalerais le chapitre deux sur l'appauvrissement affectifs, sur le narcissisme et l'empathie, sur la perversion, "force sociale ?".

Je signalerais de même le chapitre trois sur "obéissance et soumission" où Cyrulnik analyse les processus qui pousse les populations à obéir à des dictateurs. En effet, la soumission causerait moins de stress que la désobéissance. Il est aussi question à un moment dans l'ouvrage du concept de "bouc-émissaire".

Bref, pour vous faire une idée plus précise, je ne peux que vous recommander de lire ce livre.

A bientôt !

Read more

La Mort d'Ivan Illitch - Léon Tolstoï

April 21 2010 Published on #Littérature XIXéme, #Littérature étrangère

Les œuvres les plus connues de Tolstoï demeurent La Guerre et la Paix et Anna Karénine.

Je vais ici m'interesser à un petit corpus de nouvelles (deux nouvelles) parues notamment en Folio 3011 : La Mort d'Ivan Illitch, Trois morts et Maitre et serviteur. Je m'attarderais plus longuement sur la première, parlerais un peu de la seconde et ferais abstraction de la dernière que je n'ai pas encore lue (mais ca ne saurait tarder!). On le voit, ces trois textes ont en commun la mort.

La mort a toujours été pour Tolstoï une préoccupation. En effet, il a vu mourir nombre des siens : sa mère est décédée alors qu'il n'avait que deux ans, son père, les deux tantes qui l'ont élevé, et son frère.

La littérature est un moyen de saisir les derniers instants d'un individu. Il ne viendrait pas à l'idée de quelqu'un de demander à un mourant ses impressions! L'écrit permet de parler de ce tabou.

La mort n'a pas toujours été tabou dans nos sociétés occidentales. au Moyen-Age, elle était acceptée. Au XX ème et XXIème siècle, elle fait peur en même temps qu'elle s'est médicalisée et technicisée.

Revenons à Tolstoï et d'abord à La Mort d'Ivan Illitch. C'est une nouvelle écrite à la fin des années 1870 après que l'écrivain ait traversé une autre de ses crises spirituelles. En effet, Tolstoï s'est plusieurs fois détourné au cours de sa vie de l'écriture qu'il prenait alors en dégout pour se consacrer notamment à l'éducation des paysans russes.

Le récit débute par l'annonce de la mort du protagoniste principal, puis revient sur sa vie. On constate qu'Ivan Illitch sortit de l'Ecole de Jurisprudence, porte un grand intérêt à sa carrière juridique. il gagne vite de hautes reponsabilités. Il se marie mais bien vite son idylle se gâte car sa femme a mauvais caractère. Il se réfugie alors davantage dans le travail.

Un jours, il obtient un poste à cinq mille roubles et fait aménager un luxueux appartement à Saint-Petersbourg. En tendant des rideaux, il chute et se blesse - sans gravité croit-il -au côté. Plus tard, des problèmes de santé vont apparaitre.

Les derniers chapitres de la nouvelle nous montrent la déchéance progressive d'Ivan Illitch. Sa blessure au côté n'est pas bénigne. Les médecins n'identifient pas précisément ce qu'il a, ou du moins ne veulent pas lui dire (la focalisation se fait de son point de vue). On évoque un rein décollé ou une pathologie au caecum.

La douleur persistante va alors lui rappeler constamment son état puis le fait qu'il va mourir.

Bientôt, il ne peut plus quitter son fauteuil et ne trouve du réconfort qu'auprès d'un domestique, gars de la campagne, qui en lui soulevant les jambes des heures durant apaise un peu sa douleur.

Lors des ultimes moments, Illitch s'interroge : pourquoi ne peut-il pas vivre? Sa vie a-t'elle été vaine? L'opium et la morphine ne le calment plus, la confession ne lui apporte qu'un bref répit.

Pourtant à la toute fin, il ne voit pas la mort mais la lumière et semble libéré, de son point de vue. Encore que peut-on donner un point de vue a ce qui n'est plus?

Cette nouvelle interroge chacun de nous sur sa conception de la mort, que l'on soit croyant ou athée.

Trois morts est une nouvelle plus courte, nous montre comment trois êtres -une dame, un paysan et un arbre - acceptent la mort. La thèse de Tolstoî est la suivante : plus on est proche de la Nature, plus on accepte l'échéance. L'écrivain russe avait lu Rousseau et avait de l'affection pour la paysannerie.

Voila un auteur et des textes bien intéressants !

A bientôt !

PS - Lecture complémentaire :

Philippe Ariès; Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen-Age à nos jours; Points Histoire H31

Read more

L'Adversaire - Emmanuel Carrère

April 20 2010

Rebonjour! J'ai pris une semaine de congés !

Comme je ne pars pas en voyage (crise économique et accessoirement éruption volcanique et grève SNCF), je reste à la maison et en profite pour faire de nouvelles lectures -et de nouveaux compte-rendus pour ce blog!

Par ailleurs, je travaille à un nouveau texte : "la Corne d'ébène".

Mais bon, je divague... Je vais vous parler aujourd'hui du roman d'Emmanuel Carrère : L'Adversaire. C'est un des virages que prend la littérature en ce début de XXI ème siècle, la tendance n'est plus à la pure fiction mais à raconter des histoires qui se sont vraiment produites, des faits-divers, et ce sans même changer les noms des protagonistes.

L'affaire Jean-Claude Romand commence le 9 janvier 1993 lorsqu'il est le seul survivant de l'incendie de sa maison. Accident ? Nullement ! En fait Romand a assassiné sa femme, ses deux jeunes enfants et ses parents.

Pourquoi ce geste absurde ? Parce qu'en réalité, depuis le début de sa vie d'adulte, l'homme vivait dans un mensonge inimaginable.

Il se prétendait médecin à l'OMS mais tout ceci était un montage. il n' a en réalité jamais passé l'examen de deuxième année de médecine mais a fait croire le contraire.

En août 1993, en pleine instruction, Emmanuel Carrère le contacte par courrier et lui explique son intention d'écrire un roman sur lui pour tenter de comprendre.

Loin d'être seulement une enquête journalistique, L'Adversaire, tente d'expliquer comment un homme se retrouve poussé à commettre l'irréparable, piégé par son propre mensonge. Pourtant au fond, même si le livre montre comment cette falsification démentielle a été possible, il est loin de répondre à la question.

J'ai trouvé ce livre à la fois effrayant, hallucinant et émouvant. Un film en a été tiré (avec Daniel Auteuil il me semble).

Bien qu'il ne justifie pas l'acte de Romand, ce roman n'en reste pas moins dérangeant. Une lecture a entreprendre !

A bientôt !!

L'Adversaire - Emmanuel Carrère
Read more

Bartleby le scribe - Herman Melville

April 19 2010

Herman Melville est né à Manhattan le 1er août 1819 et décédé le 28 septembre 1891. C'est donc un romancier, essayiste et poète américain.

Son oeuvre maitresse reste Moby Dick (1851), oeuvre quasiment ignorée à sa mort mais redécouverte dans les années 1920.

Moby Dick raconte l'obsession du capitaine de baleinier Ackab qui pourchasse sans répit le cétacé blanc qui lui a couté sa jambe.

Mais mon propos d'aujourd'hui n'est pas de m'attarder sur ce livre mais plutôt de vous parler de Bartleby le scribe, publié en 1856 dans les Contes de la Véranda.

La nouvelle a connu d'autres titres : Bartleby : une histoire de Wall Street ou plus simplement Bartleby.

Ce récit, atypique, a beaucoup marqué les écrivains du XXème siècle par son côté absurde.

Bartleby est un scribe - qui recopie des textes - et qui est engagé par un homme de loi de Wall Street (le narrateur).

Au début, Bartleby se montre consciencieux et efficace mais un jour son employeur lui demand ede procéder à une vérification. La surprise est grande quand Bartleby lui répond "Je ne préfère pas" ("I would prefer not to" dans la version originale).

Dès lors, le scribe va adopter un comportement de plus en plus bizarre, refusant d'accéder à toute demande, cessant de travailler, refusant même de quitter le cabinet de l'homme de loi, même lorque l'on vide les meubles pour un déménagement.

Quel est donc le propos de Melville dans cette nouvelle? J'avoue que j'ai un peu de mal à le cerner. Pour ceux qui désireraient une analyse plus poussé je les renvoie au texte de Gilles Deleuze : Bartleby ou la formule dans Critique et clinique.

Doit-on y voir la description d'un cas clinique? Je ne le pense pas. Ce serait trop restrictif. Je verrais plutôt cette nouvelle comme une allégorie sur le refus de la vie. A la fin du récit, Bartleby meurt comme il a vécut : allongé sur la pelouse d'un asile.

Les dernières pages nous révèlent le secret de Bartleby, son passé, dont le narrateur est informé, bien que ce ne soit qu'une rumeur.

A bientôt !

Read more

Cannibale - Didier Daeninckx

April 18 2010

Si j'ai bonne mémoire, j'avais déja eu l'occasion de vous parler de Didier Daeninckx à propos de Play-Back, un roman policier sur le Top 50. L'auteur est un écrivain engagé à gauche et après avoir dénoncé les tactiques abusives du star-system, cette fois, c'est à une attaque en règle contre le colonialisme , à laquelle il se livre dans Cannibale.

Certes, on pourrait voir le sort de ces indigènes de Nouvelle-Calédonie sous un jour pessimiste. Après tout, dans le livre, ils sont trimballés à Paris, dans le cadre de l'Exposition coloniale de 1931 où on les exhibe comme des animaux, niant leur véritable nature, celle d'êtres humains.

Mais le récit est conduit non sans un certain humour et on ne pourra qu'être frappé par le cocasse de certaines situation bien que l'on ne soit pas dans Un indien dans la ville. Pourtant, l'issue sera fatale pour un des "cannibales" et le roman se clos sur une note en mi-ton.

Ce livre est plutôt court. On pourrait parler de longue nouvelle ou de petit roman. J'ai pris énormément de plaisir à sa lecture, à suivre le périple de Gocéné et Badimoin à travers Paris.

De plus, l'intrigue de 1931 est inséré dans un récit cadre qui se passe dans les années 1980 sur fond de revendications indépendantistes.

Bref un très beau récit, humain, drôle et poignant. Un récit sur la différence, la tolérence et l'amitié.

A bientôt !

Read more

Star Wars - Le Nouvel Ordre Jedi

April 17 2010

En 1991, Lucasfilm relance la machine du merchandising pour renouer le contact avec les fans et financer la prélogie ( à ce propos, ce sont pourtant les contrats avec Pepsi et Kentucky Fried Chicken qui rapportèrent la plus grosse manne, loin devant les livres).

Ce sera la sortie de "L'Héritier de l'Empire". C'est alors Bantam qui se charge de l'édition de ces ouvrages.

Mais à la fin du millénaire, la licence passe des mains de Bantam à celles de Del Rey. A ce moment, les romans s'essouflent un peu : ce sont les peu convaincants titres de Barbara Hambly (qui invente des néologismes SF peu en accord avec l'univers de Star Wars) ou Kristine Kathryn Rusch. Pourtant la société de Lucas a l'habitude de faire appel à des auteurs SF qui ont déjà fait leurs preuves.

En 1999, la licence des romans prend une nouvelle direction. Une nouvelle série qui correspond à une nouvelle époque qui fait progresser la chronologie dans le temps voit le jour: ce sera "le Nouvel Ordre Jedi".

Attention la suite de cet article révèle l'intrigue des deux premiers romans des dix-neuf (sans le prologue "Planète Rebelle") que compte la série.

Le premier titre est "Vecteur Prime" écrit par R.A. Salvatore à qui l'on doit aussi la novélisation de l'Episode II. Le Vecteur Prime c'est le vecteur d'entrée du premier navire Yuuzhan Vong dans la "galaxie lointaine". En effet, alors que Luke Skywalker semble prêt à réinstituer le Conseil Jedi et que le Nouvelle République est aux mains de politiciens ambitieux, une nouvelle menace se profile, celle de l'invasion extragalactique.

Les Vong sont une race de non-humains (on ne dit pas extraterrestres !) qui vénèrent la douleur et utilisent des armes et des vaisseaux vivants. Depuis quelques années, des espions Vong préparent l'arrivée de la flotte tel Nom Anor aperçu dans la BD "L'Empire Ecarlate II". Ainsi Nom Anor déclenche un conflit entre Osarians et Rhommamol pour distraire l'intention des autorités. Pendant ce temps, trois vaisseaux mère Vong lancent une attaque sur les mondes de Belkadan, Sernpidal, Dubrillion et Destrillion, près du Bras de Tingel.

Les héros de la Saga, Luke, Han Solo, Leia Organa Solo, leurs trois enfants et Chewbacca sont mêlés à ces événements.

Le point marquant de ce premier tome est la mort de l'un des héros les plus emblématiques des films, ce qui a provoqué des réactions diverses chez les fans. Ceci a pour but de montrer que, face à la nouvelle menace, les héros ne sont plus invincibles.

J'ai particulièrement aimé la conduite des batailles spatiales qui sont acharnées et haletantes, ainsi que les liens et les connections avec les romans précédents de Bantam et avec le deuxième roman de la série : "Assaut" (première partie de la duologie "La Marée des Ténèbres").

Dans "Assaut", Leia essaye vainement de prévenir Coruscant et retourne, dépitée, organiser la résistance. Luke envoie ses étudiants et ses neveux dans diverses missions sur Belkadan, Bimmiel et Dantooine. La lutte continue. on en apprend un peu plus sur les Vong ! Mais j'entame déjà le tome 3 : "Naufrage" !

Star Wars - Le Nouvel Ordre Jedi
Read more

Les bibliothèques municipales

April 10 2010

Les bibliothèques municipales sont une institution vieille de deux siècles (effets des lois Guizot et Ferry). Elles connaissent un fort développement depuis les années 1970.

En 1969, on comptait 900000 personnes inscrites pour presque 7 millions en 2005 ! Entre temps, la demande s'est accrue et s'est accompagnée d'une politique d'offre accrue également.

Les bibliothèques municipales sont parties intégrantes dans la vie culturelle d'une commune. Elles ont rôle patrimoniale (conservation des collections), un rôle de diffusion culturelle (acquisition et prêt de livres, de magazine, de CD et DVD), un rôle d'animation (exposition, débats, séances de dédicace, heure du conte, ateliers d'écriture). La bibliothèque est un véritable lieu de redynamisation des quartiers.

Certaines bibliothèques de commune ont une architecture remarquable édifiées par des architectes de renom: Norman Foster à Nimes, Paul Chemetov à Montpellier ou Christian de Portzamparc à Rennes. Ceci contribue à améliorer l'image de la ville.

Les générations,tout niveaux sociaux et scolaires confondus, peuvent s'y rencontrer.

Les étudiants constituent 19 pourcent du public de ces bibliothèques. Or depuis trente ans, on assiste à un boom des effectifs des universités... d'où la demande accrue.

Les bibliothèques municipales jouent donc un rôle dans les loisirs mais aussi dans la réussite scolaire des enfants.

La bibliothèque est un lieu d'étude qui se doit d'être conviviale.

L'offre se diversifie : prêt de DVD, accès à internet. Les catalogues sont désormais informatisés, ainsi que les opérations de prêt dans la plupart des établissements.

Cependant, plus de 60 villes de 10000 habitants n'ont toujours pas de bibliothèque municipale.

Pour ma part, je suis un assidu des bibliothèques. J'y emprunte beaucoup des livres critiqués sur biblio-drizzt. Je participe depuis 2008 à un atelier d'écriture dans une Bibliothèque Pour Tous et je souhaite orienter ma carrière professionnel dans ce secteur.

Pour plus de détails sur ce secteur d'activité, consulter l'ouvrage :

Anne-Marie Bertrand; les bibliothèques; Collection Repères la Découverte

A bientôt !

Les bibliothèques municipales
Read more

La Science-Fiction - Historique - 2ème partie

April 9 2010

Après une période où la SF n'est pas encore constituée où elle oscille encore entre le merveilleux et l'utopie, après une période où elle n'est encore tournée que vers la vulgarisation scientifique née des progrès du XIXème siècle, après le projet et la définition de Scientifiction donnée par Gernsback, la Science-fiction connait une période de productions idéales, un véritable "Age d'or" comme en connait aussi le roman policier à la même époque!

I - L'age d'or de la Science-fiction

On pourrait en situer le début à la Crise Economique de 1929 qui a eu des effets sur une SF proliférante mais de qualité plutôt médiocre.

En effet , de nombreuses revues vont , pour des raisons économiques, cesser de paraitre et celles qui survivront devront hausser le niveau de leur texte pour être perennisées.

Selon Jacques Sadoul, cette phase de mutation se poursuit jusqu'en 1938 et produira les fruits de ce qu'il appelle "la moisson" de 1939 à 1949.

Pour Don Wolheim, l'Age d'or de la SF débute en 1930 et se termine en aussi en 1949.

En fait, cette période s'achève en 1949 avec une oeuvre emblèmatique, les textes de l'ensemble Fondation de Isaac Asimov et qui constituent une rupture. il y a un avant et un après Fondation.

II - L'Histoire des revues

A partir de 1926, Hugo Gernsback publie les nouvelles de la jeune SF américaine dans Amazing Stories Quaterly.. On y relèvera les noms de Lovecraft, du Dr Keller, de Williamson, de Merritt et de John W. Campbell

En 1929, Gernsback quitte Amazing et crée Science Wonder Stories puis Science Wonder. A la même époque la revue Argosy donne des nouvelles et des romans en feuilleton, parmi lesquelles les textes d'Abraham Merritt et Ray Cummings.

A la même époque, Weird Tales publie également Lovecraft, Edmund Hamilton et un certain Thomas Lanier Williams plus connu sous le nom de Tennessee Williams. C'est aussi dans Weird Tales que Robert E. Howard publie les aventures de Conan le Barbare.

Puis entre 1934 et 1938, Amazing Stories va lentement péricliter. Les meilleurs auteurs passeront à Astounding.

En 1935, la revue crée par Gernsback, Wonder Stories , commence à avoir de sérieuses difficultés et s'effondre l'année suivante.

Argosy abandonne les récits de SF pour se consacrer à la littérature générale. Weird Tales survit petitement et sans grand nom à son catalogue.

La Crise de 1929 et des années 1930 opère une selection. C'est dans ce cadre qu'apparait une revue destinée à devenir la meilleure pour les vingt années à venir : Astounding Stories; En 1937, John W. Campbell succède à F. Orlin Tremaine à la tête de cette publication. Dans ses pages, on lira Donald Wandrei, Nat Schachner, Jack Williamson,Murray Leinster, Doc E.E. Smith; Don A. Stuart et Stanley Weimbaum parmi d'autres...

Par la suite, Campbell sera un découvreur de talents : A. E. Van Vogt, Isaac Asimov, Theodor Sturgeon, Ray Douglas Bradbury, Frederic Pohl, Fritz Leiber, Fredric Brown, Raymond F. Jones ainsi que ceux déja nommés.

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, on sent un regain d'intérêt pour la SF et les lecteurs se multiplient. Jack Sadoul impute cet engouement au succès du feuilleton radiophonique d'Orson Welles, La Guerre des Mondes, en 1938. C'est aussi du probablement à l'intérêt des jeunes américains pour les histoires extraordinaires qu'ils peuvent aussi lire dans les comic-books, Superman nait en 1938, Batman en 1939 et l'avènement de Flash Gordon.

C'est aussi l'explosion d'un mouvement "fanique" avec le premier World Con en juillet 1939 à New-York. Le "fandom" est né du courrier des lecteurs des revues de SF. Ceux-ci se sont regroupés en clubs.

C'est cette SF qui va déferlet en France après la Guerre avec le Plan Marshall. En 1951 sans véritable but autre que commerciale apparait dans l'Hexagone la collection "Anticipation" du Fleuve Noir.

Nous parlerons de l'emergence de la SF dans ces années-là en France dans la troisième partie de cette présentation.

En attendant, je vous recommande la lecture du livre Paralittératures de Daniel Fondanèche, excellent pavé qui traite également du roman policier, du roman fantastique, du roman érotique, de la BD , du roman historique et du roman rural... aux éditions Vuibert !

A bientôt !

Read more

Les Experts : Manhattan - Saison 3

April 5 2010

Parlons un peu de série télé. Attention ce billet dévoile des éléments de l'intrigue !

CSI : NY est une série policière d'investigations scientifiques développée par Ann Donahue, Anthony E. Zuiker et Carol Mendelsohn.

Après Les Experts et Les Experts : Miami, après l'ambiance nocturne des casinos de Las Vegas et les plages ensoleillées de Miami, les producteurs nous emmènent dans la Cité qui ne Dort Jamais.

Le personnage principal est le policier Mac Taylor (joué par Gary Sinise). C'est un ancien marine et il a perdu sa femme dans les attentats du 11 septembre. il est assisté par Stella Bonasera (interprétée par Melina Kanakaredes). Autour de ce duo, toute une équipe d'experts enquête : Danny Messer (Carmine Giovinazzo), Lindsay Monroe (Anna Belknap) et les légistes.

A mon avis la série décolle vraiment à la saison 3. Généralement, dans ce genre de série, les enquêtes et la collecte des indices sont mises en avant et la vie intime des personnages passe au second plan,v oir n'est pas abordée. Pourtant, dès la saison 3, des intrigues secondaires apparaissent qui courent sur plusieurs épisodes et nous en dévoilent sur les personnages.

Ainsi, au début de la saison, il y a une intrigue sur un tueur en série qui envoie des messages codés sur des T-shirts. Un peu plus tard, il est question du fils de la femme de Mac Taylor (qui sera d'ailleurs mis en danger lorsqu'il approchera une fraternité étudiante).

Au milieu de la saison, l'enquêtrice Lindsay Monroe quitte New-York pour témoigner à un procès remuant de douloureux souvenirs.

Mais l'intrigue la plus complexe met en jeu un autre tueur en série qui se retrouve libéré de prison lorsque Mac Taylor permet l'arrestation d'un flic ripoux. Ce sinistre personnage va tuer de nouveau. Lors de l'ultime confrontation entre le héros et le tueur sur un toit, le monstre se jette dans le vide et Mac Taylor se retrouve au coeur d'une procédure et d'une tempête médiatique; cette intrigue va s'étendre sur 3 ou 4 épisodes à la fin de la saison.

Enfin, signalons le final "explosif", l'épisode "Journée blanche" qui met en jeu des dealers liés à l'IRA dont il était question déja à la mi-saison.

Bref une série qui vaut le coup d'oeil !

A bientôt !

Les Experts : Manhattan - Saison 3
Read more

Histoire de l'informatique

April 3 2010

De nos jours, l'informatique est partout. Dans les ordinateurs, dans les téléphones portables, sur les i-pod.... Le développement d'internet, projet universitaire des années 1970, a été une surprise. De multiples fichiers voient le jour, bases de données, jeux en réseaux, cinéma en images de synthèses, supercalculateur... Et que nous réserve l'avenir?

Quand j'avais dix ans, ce n'était que le temps des Z-80 et des Oric 1 Atmos aux capacités risibles aujourd"hui.

Voici un rapide panorama de ces évolutions depuis la "préhistoire" de la discipline jusqu'à nos jours.

1642 : Blaise Pascal, le philosophe et mathématicien, met au point la Pascaline,qui pouvait

traiter les additions et les soustractions. Elle est souvent considérée comme la première machine à calculer de l'histoire.

1679 : Leibniz découvre et met au point une arithmétique. Il invente aussi en 1694 une machine à calculer dérivée de la Pascaline mais capable de traiter les multiplications et divisions.

1720 : Falcon construit le premier métier à tisser utilisant les cartes perforées pour fonctionner.

1820 : Charles-Xavier Thomas de Colmar invente l'arithmométrie sur la base de la machine de Leibniz. Comme c'est un engin pratique à utiliser et portable, la machine remporta un grand succès. Plus de 1500 exemplaires en seront vendus en 30 ans. La machine obtint la médaille d'or de l'Exposition de Paris en 1855.

1833 : Charles Babbage imagine et tente de réaliser une machine à différences puis une machine analytique qui contient les concepts de ce que sera l'ordinateur moderne : unité de calcul, mémoire, registre et entrée des données par carte perforée. Babbage, bien trop perfectionniste, ne pourra jamais mener à bien ces réalisations.

1840 : Collaboratrice de Babbage (et fille de Lord Byron), Ada Lovelace, mathématicienne, définit le principe des itérations successives dans l'exécution d'une opération. Elle nomme le processus logique d'exécution d'un programme : algorithme.

1854 : Boole publie un ouvrage dans lequel il démontre que tout processus logique peut être décomposé en une suite d'opérations logiques (ET, OU, NON) appliquées sur deux états (ZERO-UN, OUI-NON, VRAI-FAUX, OUVERT-FERME).

1937 : Alan M. Turing publie un document sur les nombres calculables. Il résolvait des problèmes mathématiques en utilisant une sorte d'ordinateur logique très simple appelé depuis Machine de Turing : une bande de papier comportant des cases, des pions à mettre sur ces cases, un trombone pointant sur la case courante et un tableau d'instructions conditionnelles à réaliser. Turing contribua au déchiffrement des codes nazi durant la Seconde Guerre Mondiale.

1945 : John Von Neuman publie le premier rapport décrivant ce que devrait être un ordinateur à programme enregistré qu'il appelle l'EDVAC (Electronic Discrete Variable Automatic Computer).

1946 : Création de l'ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer).

La programmation de ce calculateur s'effectue en recablant entre eux, ses différents éléments. Composé de 19000 tubes, il pèse 30 tonnes, occupe une surface de 72 m2 et consomme 140 kilowatts. Horloge : 100 KHz. Vitesse : environ 330 multiplications par seconde.

Les tubes sont alors l'équivalent des transistors. Dès lors la machine tombe en panne lorsqu'un insecte rentre dans un tube. De là vient l'expression "il y a un bug".

Décembre 1947 : Invention du transistor dans les laboratoires de Bell Telephone.

1951 : Mise au point du tambour de masse magnétique ERA 1101. Il s'agit de la première mémoire de masse. Capacité : 1 Mo

Novembre 1971 : Intel met en vente le premier microprocesseur : l’Intel 4004,

Processeur 4 bits tournant à 108 KHz, permet d'adresser 640 octets de mémoire, 60000 instructions par seconde, 2300 transistors en technologie 10 microns, prix : 200 US $

Avril 1980 : La société Française Lambda Systèmes commercialise le Victor Lambda au prix de 4000 F. Il est équipé d'un microprocesseur Intel 8080A à 4 Mhz, de 2 Ko de Rom, de 16 Ko de Ram et d'un lecteur de cassettes intégré. Il a pour particularité d'afficher du texte et des graphiques assez grossiers : texte en 12 lignes sur 17 colonnes et graphiques en 113x77 pixels

Février 1982 : Intel lance son nouveau processeur 16 bits tournant à 6 MHz : le 80286. Il comporte 134000 transistors, développe une puissance de 0.9 MIPS, est capable d'adresser 16 Mo de mémoire et est vendu 360 $.

Juin 1982 : Sony présente un prototype du premier lecteur de disquettes 3"1/2.

Août 1982 : Microsoft commercialise un logiciel tableur Multiplan

Mars 1983 : IBM commercialise son IBM PC XT équipé d'un disque dur de 10 Mo et d'un port série pour le prix de 5000 $. Il tourne sous MS/DOS 2.0 qui amène le support des disques dur jusqu'à 10 Mo, les disquettes de 360 Ko et la notion d'arborescence de répertoires sur le disque dur ou les disquettes.

Janvier 1984 : Sortie de l'Apple Macintosh. Processeur 68000 tournant à 8 MHz, de 128 Ko de Ram, 64 Ko de Rom, d'un lecteur de disquettes 3"1/2 400 Ko, d'une souris et d'un écran noir et blanc intégré 9" d'une résolution de 512x384 pixels. Il s’utilise entièrement à la souris grâce à son interface graphique.

Par la suite, les évolutions se sont encore accélérées. Les débuts de l'internet grand public datent de 1991.

A bientôt !

Histoire de l'informatique
Read more