Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Walking Dead - Tome 26 : L'appel aux armes

October 31 2016 Published on #Walking Dead, #Bande-dessinée, #Comics, #Coups de coeur

Retrouvons la série de comics Walking Dead qui prouve avec brio qu'il n'y a pas que les super-héros qui font recettes dans ce média ! Nous en sommes au tome 26 intitulé "L'appel aux armes" !

Si vous ne voulez pas être spoilés, n'allez pas plus loin ! Bon vous voila prévenus, continuons !

Rick Grimes en est encore à gérer les retombées des actes d'Alpha et des Chuchoteurs qui menacent nos quatre communautés : Alexandria, la Colline, le Royaume et les Sauveurs. D'une part, les membres de ces "vestiges" de la civilisation s'entraînent de manière intense au maniement des armes à feu afin de constituer une armée dans l'optique inévitable d'une entrée en guerre - d'où le titre du tome - mais d'autre part Rick Grimes fait peindre des slogans contre les Chuchoteurs - bref de la propagande ! - pour que la haine de son groupe ne se retourne pas contre lui !

Kirkman mets en place le début d'une autre intrigue qui prendra sûrement tout son sens dans l'avenir : en effet, Eugène - qui a perdu Rosita - répare un poste de radio cb et... entre en contact avec une autre personne ! D'autres survivants organisés ailleurs ? A suivre...

A côté de cela, tout un tas de "petites intrigues" se poursuivent, telles la relation entre Carl et sa nouvelle amie entre autres !

Mais revenons à l'intrigue principale ! Negan fait son grand "come-back" ! Avec l'aide d'un "complice", il prend la "clé des champs" et rejoint les Chuchoteurs ! Le détenteur de Lucille a-t-il dans l'idée de se servir de ceux-ci pour se venger de Rick ? On peut apprécier le style inimitable de Negan - qui fait par ailleurs beaucoup parler de lui dans la Saison 7 du show télé éponyme !

En fait, Negan va faire la rencontre d'Alpha et cette confrontation est très intéressante et nous rendrait l'ancien chef des Sauveurs presque sympathique ! De fait, il est un personnage très apprécié des fans - à juste titre ! Et il le confirme à la fin de ce tome en faisant une chose complétement folle et inattendue - dans ce qui est sûrement le plus gros twist/retournement de situation de la série jusqu'à présent !

Cela augure d'une guerre dans le tome suivant ! C'est en effet à partir du numéro 157 et jusqu'au numéro 162 en VO chez Images Comics - qui seront regroupés dans le tome 27 : la "Whisperers War" - qu'on peut traduire par "Guerre des Chuchoteurs" !

Mais il faudra patienter car désormais je ne chronique plus les tomes de Walking Dead deux par deux mais un par un !

A bientôt !

Walking Dead - Tome 26 : L'appel aux armes
Read more

Aliens, le retour - James Cameron

October 31 2016 Published on #Cinéma, #Coups de coeur, #Science-fiction, #Horreur

Le Alien de Ridley Scott a fait date dans l'Histoire de la Science-Fiction sur grand écran au même titre que Star Wars, en ouvrant de nouveaux horizons ! Donc, à priori, il n'était pas facile de succéder à Scott et parvenir à apporter quelque chose de nouveau !

Et pourtant, pari réussi pour James Cameron - lui-même une "pointure" - avec son Aliens, le retour qui prends une direction différente et est aussi devenu, à ce jour, un classique !

Le film est sorti en 1986 et s'inscrit aussi dans le genre horrifique ! Pour ma part, étant gamin, les xenomorphes m'ont toujours terrifié ! Ce sont véritablement des créatures de cauchemar ! Des machines à tuer sans pitié !

On retrouve Ellen Ripley, seule survivante du précédent film qui cette fois accompagne un détachement de marines coloniaux sur la petite planète LV-426 où une infestation par les aliens est suspectée ! En réalité, c'est la Compagnie qui orchestre tout !

Donc, ce film a aussi un côté action ! Les marines ne font pas dans la dentelle et sortent les gros flingues ! Et pourtant, c'est un carnage et ils se font tous massacrés ! A la fin, il ne reste que Ripley, la petite colon Newt, le caporal Hicks et l'androïde Bishop ! Au casting donc, Sigourney Weaver qui obtiendra un Saturn Awards cette année là pour sa prestation récompensant ainsi pour la première fois une actrice dans un film de genre ! On retrouve aussi l'acteur Lance Henriksen qui joue Bishop !

James Cameron confirmait ici tout son talent après son premier succès de Terminator ! Il reste dans une tonalité très guerrière avec une imagerie concernant les soldats clairement inspirée du Viet-Nam !

Le film a reçu un accueil critique extrêmement positif et fut un succès commercial et obtint deux Oscars - pour le Meilleur Montage Son et les Meilleurs Effets Visuels ! La scène du nid où la Reine Alien ponds ses oeufs fut particulièrement difficile à réaliser ! A cette époque, on n'utilisait pas encore les effets numériques pas développés comme maintenant mais encore des maquettes et diverses astuces ! Un peu de l'artisanat !

Aliens, le retour ajoute un côté émotionnel au personnage de Ripley - sa relation avec l'orpheline Newt - ainsi que de nouveaux éléments sur les xenomorphes concernant leur cycle biologique ! Ces sales bestioles sont, vous l'aurez compris, légions dans ce film !

A voir séance tenante !  Ou à revoir ! Le film existe en version "salles" et en version "longue" !

A bientôt !

Aliens, le retour - James Cameron
Read more

Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne

October 30 2016 Published on #Erotique, #Bande-dessinée, #Coups de coeur

Erma Jaguar est une héroïne et une trilogie de bandes-dessinées érotiques d'Alex Varenne, publiée entre 1988 et 1992. Je vous ai déjà parlé du tome 1, retrouvons la suite de ce conte érotique dans le tome 2.

Il s'agit d'un récit onirique. Erma - pour Hermaphrodite - est une jeune femme qui rêve secrètement d'être un homme. Elle est un androgyne - en référence au Mythe de Platon ! Elle parcourt la ville la nuit à bord de sa Jaguar... Cette BD, c'est un peu l'emblème de la vie libertine qui a vu le jour dans les années 1980 - 1990 : échangisme, voyeurisme, exhibitionnisme, parties fines et bisexualité.

Qui est Erma Jaguar ? Un homme ou une femme ? Difficile à dire car Varenne ne nous laisse jamais voir son entrecuisses ! Elle reste un mystère, de même que ses motivations ! Elle commence - dans ce tome 2 - une nouvelle virée nocturne entre parkings souterrains glauques - lieux du "sexe furtif" - et les fastes du Château de Versailles - et la Chambre de la Reine !

D'abord, Erma donne une bonne leçon à un vieux pervers qui recours aux services tarifées d'une "occasionnelle" qui n'a pas trop de choix et oblige le bonhomme, pris à son propre jeu, à lui pratiquer une fellation ! Puis, elle s'amuse avec un cadre en informatique, repartant avec ses vêtements et l'abandonnant habillé en femme sur le bord de la route !

A une fête de mariage, Erma fait la rencontre de Nina, sosie de la Cicciolina, et aux moeurs aussi libérées ! Nina n'a pas froid aux yeux et excite les foules de mâles en s'exhibant au risque de se faire violer ! Erma, notre héroïne, lui sauve plus d'une fois la mise !

Puis, Erma et Nina retrouvent Charlotte - la jeune femme du tome précédent - dont c'est en réalité le mariage ! Mais Nina fait tourner la tête au mari et celui-ci fini par "honorer" la belle délurée - avec l'aide d'un comparse car elle est gourmande - sous le grand escalier de Versailles ! La pauvre Charlotte joue très bien l'éploration et se console une fois de plus dans les bras d'Erma ! Puis, c'est le temps de se réveiller !

Les albums d'Erma Jaguar  sont la seule série sur la longueur d'Alex Varenne - plus habitué aux récits érotiques one-shot ! Sur les conseils de George Wolinski, Varenne se lance dans la BD érotique. A la fin des années 1980, Alex cesse sa collaboration avec son frère Daniel, scénariste de la série culte Ardeur. Ne pas dessiner de femmes le frustrait énormément ! Avant Erma Jaguar, son premier album de BD érotique sera le recueil d'histoires courtes, Carré noir - référence au Carré blanc qui agrémentait alors, dans les années 1970 et 1980, les films jugés trop violent ou érotiques à la télévision !

Cela reste une bonne BD  - érotique donc - qui allie plaisir, désir et esthétisme !

A bientôt !

Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne
Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne
Read more

Encyclopédie Star Wars - Les modèles TIE

October 30 2016

L'Empire Galactique de Palpatine tire sa force militaire essentiellement du nombre de ses contingents et des vastes ressources dont il dispose ! Contrairement aux Rebelles dont le soldat est plus multivalent que le Stormtrooper de base, l'Empire espère remporter ses victoires - outre la politique de la terreur qui repose sur des symboles aisément identifiables - en écrasant l'ennemi sous le nombre. C'est vrai dans le domaine du combat spatial où les amiraux impériaux ont opter pour un appareil à faible coût, facile à produire en masse, le chasseur TIE !

A l'origine, le chasseur TIE - qui est le modèle de base de la gamme TIE et le plus fréquemment rencontré - a pour prototype, le modèle T.I.E. dont l'acronyme signifie "Twin Ion Engine" qui représente son double moteur ionique. Le principe est simple, l'appareil expulse un gaz ionisé par ses moteurs, qui selon le principe actoin/réaction le propulse en avant !

Le chasseur TIE - ainsi que la plupart des modèles de TIE, bombardier, intercepteur et les variantes, ne possèdent pas de boucliers déflecteurs, ni de dispositif d'hyperpropulsion - ce qui les rends d'une part assez facile à dégommer - et oblige leurs pilotes à "faire des prouesses" - et d'autre part les rattache à un "capital ship", comme un Star Destroyer - et donc réduit les risques de désertion ! Ce sont des choix d'équipement de ces chasseurs stellaires qui sont délibérés dans cette politique !

La gamme TIE est développée par la société Sienar Fleet Systems. Ces appareils, dépourvus aussi d'équipement de survie hormis la combinaison du pilote, sont aussi caractérisés par leurs panneaux solaires (6 de chaque côté sur un chasseur TIE).

Il y a de nombreuses variantes de TIE ! Mentionnons d'abord ceux qui apparaissent dans les films puis ceux de l'Univers "Légendes" !

Les Bombardiers TIE ont donné bien du soucis à l'équipage du Faucon Millénium lors de sa fuite de Hoth dans le champ d'astéroides du Système Anoat. Ces appareils oeuvrent en tant que vaisseaux d'escorte et sont équipés de lance-missiles, de lance-torpilles, d'un assortiment de bombes à portons, de mines orbitales et de détonateurs thermiques. ils peuvent faire de gros dégats sur des installations fixes, telles des bases ennemies ou de gros vaisseaux mais sont démunis face aux chasseurs plus rapides - d'où la nécessité de les escorter !

L'Intercepteur TIE apparaît peu avant la Bataille d'Endor ! C'est une amélioration du chasseur TIE, disposant d'une plus grande ergonomie grâce à ses ailes incurvées. Il est de ce fait plus véloce mais encore en trop petit nombre dans la Marine Impériale !

Dark Vador disposait pour sa part, durant la Guerre Civile Galactique, d'un modèle spécial - pourvu d'un Hyperpropulseur, le TIA Avancé X1 qui fit des ravages dans la tranchée de l'Etoile Noire mais ne put empêcher la destruction de la Station. Toutefois le Seigneur Noir des Sith doit sa survie à cet appareil - et à ses talents de pilote !

Toujours dans l'Univers Canon Disney, on a le TIE Avancé v1 qui est une version modifiée du TIE de Vador mais destiné aux Inquisiteurs Impériaux qui traquent les derniers Jedi tel Kanan Jarrus et Ezra Bridger !

Le Premier Ordre, lui, utilise des TIE modifiés, les modèles de Sienar-Jaemus Fleet Systems : le TIE/FO et le TIE/SF - aux carlingues noires !

Enfin, pour en terminer avec les vaisseaux "officiels", on a les chasseurs TIE de la Guilde des Mineurs qui sont des chasseurs TIE de base alloués à la Guilde en question par l'Empire pour protéger leurs installations. On leur a retiré deux panneaux solaires à chaque aile pour plus de visibilité et on les a peint en jaune, la couleur de la Guilde, pour les différencier de leurs homologues impériaux !

Pour être vraiment complet sur les TIE des films, je mentionnerais juste un modèle dont on ne sait pas encore grand-chose, le TIE Striker qu'on verra bientôt dans Rogue One. Apparemment, c'est un modèle conçu pour le combat en-atmosphère !

Passons à l'Univers Etendu "Légendes" et je vais être plus rapide et ne décrire que quelques appareils par une seule phrase à chaque fois car il doit y avoir plus d'une trentaine de variantes ! On trouve de très bonnes vidéos sur le sujet sur Youtube et j'en mets d'ailleurs une pour illustrer cet article - en anglais !

Allons-y !

Nous avons d'abord le Défenseur TIE, caractérisé par ses trois panneaux solaires,  son générateur d'Hyperdrive et ses boucliers déflecteurs ! Il était réservé aux pilotes ayant survécus à leur vingt dernières missions. On le voit apparaître pour la première fois dans le jeu vidéo Tie Fighter !

Le Fantôme TIE apparaît dans un autre jeu vidéo Star Wars à savoir Rebel Assault II : The Hidden Empire ! Que dire, sinon que c'est un appareil capable de disparaître - de se faire invisible ! - grâce à son champ d'auscultation - à base de cristaux de Stygium - , dispositif dont disposait déjà le Scimitar de Dark Maul, déjà conçu à l'époque par Raith Sienar !

Les Griffes Chiss n'ont en commun avec les modèles TIE que la capsule de pilotage qu'elles reprennent ! Passons !

L'Oppresseur TIE est un mixte entre un chasseur et un bombardier, un peu l'équivalent du BTL Y-Wing des Rebelles ! Ce TIE est pourvu d'un Hyperdrive ! Appareil là encore très minoritaire en effectifs et réservé à la crème des pilotes de l'Empire !

Conçu en très petite série avant la Bataille de Yavin, le TIE Agressor dispose d'une tourelle laser capable de tirer sur ses poursuivant - donc vers l'arrière ! Sa production a très vite été abandonnée !

Le TIE Interdictor est une version "renforcé" du Bombardier TIE, plus lourd avec ses 4 nacelles pourvu de bombes en plus de sa nacelle de pilotage !

Le TIE Hunter est la réponse de l'Empire au X-Wing T-65 des Rebelles ! Avec ses ailes à la configuration variable comme celles du X-Wing, il apparaît dans le jeu vidéo Star Wars: Rogue Squadron III - Rebel Strike !

Le TIE Droide est un chasseur de l'Empire sans pilote, entièrement automatisé comme l'étaient les Chasseurs Vautour de la Fédération du Commerce et de la CSI. Ils furent utilisés par l'Empereur Ressuscité lors de la Bataille de Mon Calamari et montrèrent très vite leurs limites face à de vrais pilotes de chairs et de sang !

Le TIE Predator est un chasseur de la Flotte du Nouvel Empire Galactique de Roan Fel en 130 après la Bataille de Yavin ! Il était capable de moduler sa configuration en vol en rétractant ou étendant ses ailes !

Le TIE Scimitar fut développé lors de la Campagne du Grand Amiral Thrawn pour remplacer le Bombardier TIE. Ils combattirent ensuite contre les Yuuzhan Vong ou pour l'Amiral Daala.

Le TIE Vengeur est né du projet qui allait conduire au TIE Avancé. Mais le chef de projet, le Grand Amiral Demetrius Zaarin était un traître - qui roulait pour son propre compte et il utilisa ces/ses  appareils contre l'Empire. Un autre traître, l'Amiral Harkov, eut aussi recours à ces engins lors du conflit Sepan ! Là encore, ces événements sont relatés dans le jeu vidéo Tie Fighter - excellent jeu dont je vous parlerais bien un jour ! Lors de la trahison de Zaarin, Thrawn - alors encore seulement Amiral - le contra en utilisant les prototypes de Defenseur TIE. Zaarin répliqua en détruisant les usines de TIE Vengeur et de Défenseur TIE !

Voilà pour ce tour d'horizon finalement assez long mais loin d'être exhaustif tant l'Univers de Star Wars est riche !

A bientôt !

Encyclopédie Star Wars - Les modèles TIE
Encyclopédie Star Wars - Les modèles TIE
Encyclopédie Star Wars - Les modèles TIE
Read more

Dark Vador - Tome 3 : La Guerre Shu-Torun

October 29 2016 Published on #Star Wars, #Marvel, #Bande-dessinée, #Comics

La destruction de l’Étoile Noire à Yavin a ravivé la flamme de la Rébellion en même temps qu'elle a affaiblit les ressources de l'Empire Galactique. Des gouvernements locaux osent se révolter et c'est le cas - de façon à demi-couverte - du monde volcanique de Shu-Torun qui fournit par ailleurs la machine de guerre impériale en minéraux !

Or, pour citer Vador, "l'Empire se renforce" et le Seigneur des Sith est envoyé sur Shu-Torun pour mater la révolte !

Ce récit - qui formera le tome 3 de la série régulière Dark Vador - et donc intitulé "La Guerre Shu-Torun", regroupe l'Annual Dark Vador #1 et les issues 16 à 19 ! Ce tome 3 n'est pas encore paru en album relié en France à l'heure où j'écris ces lignes mais les numéros concernés ont tout de même vus le jour dans la revue comics Star Wars - toujours chez Panini ! J'adopte donc ici la même démarche que pour le récit "Prison rebelle" et vous en parle de manière anticipée !

Dans l'Annual 1, Vador arrive une première fois sur Shu-Torun, accompagné des droïdes malveillants du Docteur Aphra ! Droïdes dont j'ai oublié le nom ! Il va mettre au pas le roi, en le trucidant en fait, et porter la fille de celui-ci sur le trône comme Reine Trios !

Dans les issues #16 à 19, l'arc "Guerre Shu-Torun" à proprement parlé, Vador est de retour sur ce monde de feu pour contrer les Ducs Minéraux en rébellion à leur tour contre Trios ! Le Seigneur Noir est aidé pour cela du scientifique cyborg immortel et cloné Cylo et les "créations" de celui-ci, à savoir Voïdgazer et les jumeaux Morit et Aiolin. Mais Cylo joue double jeu et va trahir Vador et de ce fait l'Empire en prenant le parti des Ducs renégats !

La bataille se déroule donc dans les profondeurs de la planète, entre deux fleuves de magma ! Cylo parvient à s'enfuir mais, après Karbin - dans "Vador : abattu" - , perds encore des serviteurs. Vador rétablit la situation sur Shu-Torun !

On s'approche du dénouement et du retour en grâce de Vador auprès de Palpatine/Sidious après l'échec de Yavin ! Cette série ne comptera au final que 25 numéros et je vous donne rendez-vous pour le dernier acte !

Ah oui ! On gère aussi les effets et conséquences de "Vador : abattu" dans les deux séries régulières ! En effet, Vador a envoyé des chasseurs de primes sur les traces du Docteur Aphra, capturée par les Rebelles à la fin de l'arc précédent, le fameux cross-over précité ! D'où des recoupements avec "Prison Rebelle" le tome 3 de la série mère Star Wars !

Le scénario de Kieron Gillen, en lui-même est assez satisfaisant, même si ses "délires" de cyborgs autour de Cylo font bien peu "esprit Star Wars" de l'avis de beaucoup de fans !

Par contre le problème reste le dessin de Larroca. Cet artiste est certes doué pour dessiner les robots et les armures - ayant officié sur Iron Man chez Marvel - et s'en tire bien avec Vador mais les visages des persos humains ! Pitié ! Je préfère largement un Mike Deodato Jr. !

Voilà ! Bientôt, très bientôt même, je vais commencer à publier ici des billets sous le label "Encyclopédie Star Wars" qui évoqueront en détails divers aspects de cet univers ! Enjoy !

A bientôt !

Dark Vador - Tome 3 : La Guerre Shu-Torun
Read more

Chute libre - Joel Schumacher

October 29 2016 Published on #Cinéma

Chute libre est un film américain de Joël Schumacher, sorti sur les écrans en 1993 avec Michael Douglas dans le rôle titre, un employé de la défense américaine au chômage qui pète littéralement les plombs un jour de grande chaleur !

J'avoue ne pas trop savoir quoi penser de ce film ! Est-ce une comédie ? Est-ce un drame ? En fait, Chute libre  est référencé comme comédie dramatique ! Certes, il cultive l'humour mais c'est un humour noir, cynique et cruel ! Et la fin, dramatique, ôte définitivement tout envie de rire !

Mais ce film de Schumacher est aussi une critique de la société contemporaine, mercantile, où chacun tente de tromper son prochain pour se faire un maximum d'argent ! Vendeurs qui volent les clients, chefs d'entreprise magouillant des faux devis etc...William Foster - "D-Fens" - joué par Douglas, va donner un bon coup de pied là-dedans, à coup de batte de base-ball et même de lance -roquettes !

Car le film n'est pas exempt de violence !

William Foster se trouve pris dans un embouteillage, à Los Angeles, au début du film ! Il fait très chaud ! Le type quitte alors son véhicule et l'abandonne. Il se rends à l'anniversaire de sa très jeune fille confiée à la garde de sa mère et que Foster n'a pas le droit d'approcher suite à une séparation houleuse. En chemin, Foster passe ses nerfs sur vendeurs de Coca, employées de fast-food, petites frappes et vieillards joueurs de golf !

Le Sergent Prendergast - joué par Robert Duvall - et qui a traversé jadis un drame personnel concernant un enfant en bas âge - est à un jour de la retraite du LAPD ! Il entends parler des frasques de "D-Fens" et va se mettre en tête de le stopper pour éviter un drame familial!

Pendant ce temps, Foster exerce sa rage sur la société actuelle et son mercantilisme ainsi que sa pauvreté !

Ce film pourrait être l'histoire d'un simple fait divers si il n'y avait pas un propos social derrière ! Il faut aussi être conscient qu'on peut tous "péter les plombs" même si je suis d'accord pour dire qu'on ne devient pas fou "en un jour". L'antihéros de ce film a connu divorce et licenciement économique, choses sommes toutes banales depuis les années 1990 !

Je citerais pour terminer un petit fait amusant ! Ce film a inspiré la culture populaire et il y est fait référence chez des comiques, dans des séries télé et dans des chansons, notamment dans le "tube" de 2000 du rappeur Disiz la Peste intitulé J'pète les plombs qui en reprends le scénario !

1993, c'était aussi la période où Michael Douglas était au fait de sa carrière (Basic Instinct) !

Le film fut aussi en compétition à Cannes cette année là !

A bientôt !

Chute libre - Joel Schumacher
Read more

Trajectoires Eclectiques N°1

October 28 2016 Published on #Divers

Aujourd'hui, je vais vous parler de la genèse de trois de mes passions, pour les comics Marvel, pour Star Wars et enfin, pour les séries télé !

Marvel et moi, c'est une histoire qui remonte en 1978 pour moi ! A l'époque, j'étais allé voir les tous premiers films de Spider-Man - ceux qui dataient de la fin des années 1970 - bien avant les opus de Sam Raimi donc ! C'était également le temps de la série Hulk avec Bill Bixby et Lou Ferrigno ! Je participais d'ailleurs à un concours sur le Titan Vert et gagnait des lots ! Mon premier magazine sur les super-héros fut un Strange ! Je crois bien que c'était le numéro 131 ou par là ! Tous les mois, j'allais ensuite retrouver les aventures de Daredevil, Iron Man, Spider-Man et Rom, le chevalier de l'espace ! Par la suite, j'achetais toutes les revues des Editions LUG : Strange, Titans, Nova, Spidey, Special Strange et les albums des Fantastiques, de l'Araignée et des X-Men ! Je devais poursuivre cette collection jusqu'en 1986 ou par là où je passais à autre chose, l'informatique et les jeux vidéos (Atari ST) notamment !

Après un bref épisode en 1995 - où je suivais la série passée chez Semic : "L'Ere d'Apocalypse" - je ne repris réellement les comics Marvel qu'en 2005 - soit après une pause de plus de 20 ans qui avait vu notamment passer l'Ere Jim Lee ! Les revues étaient passées dans le giron de Panini - connu pour ses albums d'images autocollantes ! J'avais été engrainé lors d'un séjour en formation à l'AFPA par un certain KGBen qui faisait notamment des traductions sur les éditions de Superman pour Semic ! Je retrouvais donc l'univers Marvel à partir d'Avengers Disassembled et House of M ! Je n'ai jamais plus arrêté depuis !

Mon histoire d'"amour" avec la saga de George Lucas - Star Wars - date de 1977 - ou plutôt de l'été 1978, date à laquelle je voyais "Un Nouvel Espoir" qui ne s'appelait pas encore comme cela - au cinéma de Ouistreham : Le Cabieu ! J'achetais par la suite les comics Star Wars - chez Marvel déjà !

Mais en fait, n'ai commencé ma collection Star Wars qu'en 1987 - avec le jeu de rôles de West End Games - traduit par Jeux Descartes ! Au début, je me limitais à accumuler les livres de ce jeu de rôles - et allait même jusqu'à descendre à la boutique "L'Oeuf Cube" à Paris Jussieu avec mon grand-père pour avoir les dernières publications en VO - ce qui me permit en passant d'acquérir un bon niveau en anglais !

Puis, en 1991, sortait coup sur coup le roman "L'Héritier de l'Empire" et la BD Dark Horse "L'Empire des Ténèbres" - lancement de l'Univers Etendu véritablement ! J'élargissais ainsi le scope des produits Star Wars que je collectionnais !

En ce qui concerne une autre de mes passions, à savoir les séries télé - avant Lost et Game of Thrones, et bien que je ne connus pas de véritable engouement pour X-Files, cela a véritablement commencer avec Buffy contre les vampires  et Stargate SG-1 ! En fait, à cette époque, c'était en 1997, alors que j'étais étudiant en cité U, je ne tombais sur ces deux séries que par hasard et prenait les deux saisons 1 respectives qu'en cours ! Par la suite, je devins accro et suivis chaque rebondissement de ces deux séries, notamment en achetant toute la presse spécialisée qui leur était consacrée !

Voilà, un échantillon de mes passions ! Cela fait-il de moi un geek pour autant ?

A bientôt !

Read more

Star Wars - Clone Wars - Tome 6 : Démonstration de Force

October 28 2016 Published on #Star Wars, #Comics, #Bande-dessinée

Les chroniques de la Guerre des Clones - estampillées Univers "Légendes" - continuent dans le tome 6 de la série Clone Wars intitulé "Démonstration de Force". Cet album regroupe trois nouveaux récits et fait intervenir des artistes comme le duo "inséparable" Ostrander et Duursema ou encore Randy Stradley et Brandon Badeaux !

Le premier récit de cet album s'intitule "Démonstration de Force" et donne son titre au recueil ! En dehors de l'éternel affrontement Bien/Mal, Rebellion contre Empire, Star Wars dépeints le monde de la "Fringe" - en VO - autrement dit la Pègre, les racailles, les contrebandiers et les chasseurs de primes ! C'est de la Guilde des Chasseurs de Primes dont il est ici question ! Il se trouve que ces marginaux ont osé répondre à des offres de récompenses mises sur la tête de Jedi et cela n'est guère du goût de Mace Windu qui a formé une "Task Force" pour "remettre les pendules à l'heure" ! La discussion va être musclée ! Ce qui est intéressant ici, c'est précisément la composition de ce groupe d'intervention qui regroupe les mêmes Jedi qui vont tenter d'interpeller Palpatine dans son bureau dans l'Episode III et se faire éliminer à plate couture ! Pourtant, on voit dans le récit ici présent que ce sont loin d'être des novices puisqu'à eux quatre, tout seul, il rétame tout une guilde de méchants ! Cela donne donc une idée de l'échelle de puissance avec Dark Sidious !

Le second récit revient sur Anakin et Obi-Wan qui se trouve sur un nouveau théâtre d'opérations, une planète glacée où se trouve des ruches géonosiennes qui sont en réalité des fabriques de droides de combat ! "Immortel" se déroule en effet sur le monde de Laadja et montre le sacrifice d'une Jedi pour accomplir sa mission, ce qui confronte une fois de plus Anakin à l'idée de perte et d'impuissance face à ces pertes ! J'adore particulièrement ici le trait stylé de Brandon Badeaux !

Le troisième et dernier récit mets en scène Aayla Secura et son commandant clone Bly qui se rendent sur la planète Honoghr, monde des Noghri pour récupérer un pack concernant une arme chimique, le THX 1138 ! Cette histoire recoupe donc ce que l'on savait sur les Noghri dans la trilogie de Timothy Zahn de 1991, à savoir que leur planète avait été contaminée par un agent chimique lors d'un conflit ! Est également mis en scène un temple Rakata ! On constate ici que les aliens à la peau grise et au tempérament guerrier sont redoutables et ne font pas de quartier ! Enfin, Aayla - qui fait tout pour récupérer le pack - est confrontée à Quinlan Vos et amenée à s'interroger pour savoir si il a vraiment rejoint le Côté Obscur ! Intrigue générale de fond à suivre donc !

Voilà un album avec des récits disparates et qui poursuit ses schémas narratifs sur le long terme ! Pour ma part j'aime assez cette série de manière générale ! Je vous donne rendez-vous au tome 7 dorénavant !

A bientôt !

Star Wars - Clone Wars - Tome 6 : Démonstration de Force
Read more

Mais où est donc passée la septième compagnie ? - Robert Lamoureux

October 24 2016 Published on #Cinéma

La Seconde Guerre mondiale fut un moment tragique de notre Histoire ! Pour ma part, j'ai eu droit aux témoignages de ma grand-mère Ginette qui me racontait les privations par les soldats allemands qui confisquaient la nourriture après la terrible épreuve de l'Exode ! Et je ne parle même pas de la Shoah !...

Mais en 1973, l'heure est venu de dédramatiser et on se permet des comédies sur le sujet ! C'est le cas de Robert Lamoureux, cette année-là avec le premier film d'une trilogie, film portant un titre cocasse et à rallonge : Mais où est donc passée la septième compagnie ? - pour se moquer de la "Drôle de Guerre" en 1940 et de la Débâcle qui a suivi ! Peut-on rire de tout ? Oui dira plus tard Desproges, encore qu'aujourd'hui, en 2016, cette maxime serve souvent d'alibi et de justification à des gros connards pour diffuser des blagues antisémites ou racistes !

Lors de la Débâcle de juin 1940 donc, la septième compagnie de transmission est entièrement capturée par les Allemands hormis trois hommes qui sont partis en éclaireurs ! Il y a les soldats Pithivier (Jean Lefebvre) et Tassin (Aldo Maccione), encadrés par le sergent-chef Chaudard (Pierre Mondy). Il va leur advenir maintes mésaventures cocasses au milieu des bois, dans une grande partie de cache-cache improbable avec l'ennemi !

On retrouve dans ce film trois valeurs sûres de la comédie de l'époque, Lefebvre, Maccione (remplacé dans le même rôle par Henry Guybet dans le deuxième opus !) et Mondy. Ces trois-là sont des soldats bien maladroits qui cumulent les gaffes mais vont aussi avoir une chance insolente qui va les sortir de toutes les situations un tantinet dangereuses !

Enfin, nos trois "guerriers" aimeraient bien faire profil bas mais c'est sans compter sur la rencontre  avec le lieutenant Duvauchel - joué par Erik Colin - dont l'avion de chasse a été abattu et qui a la fibre plus héroïque. Ce dernier recrute et embarque nos trois "héros" dans quelques missions de sauvetage et de harcèlement périlleuses ! Pithivier, Tassin et Chaudard vont bien devoir obéir du moins donner le change !

Finalement, le groupe d'éclaireurs mets la main sur une dépanneuse allemande et par un jeu de circonstance permet aux hommes de le Septième de se faire la belle !

Le film se termine sur une scène en 1944 où nos héros sont parachutés sur la France !

Ce film se classe 3ème au box-office pour l'année 1973 et engagea donc deux suites, toujours de Robert Lamoureux, dont il sera question en temps et en heure ici !

Au chapitre des petits faits divers au sujet de ce film, Robert Lamoureux fait une apparition dans le rôle du colonel Blanchet et s'est par ailleurs inspiré de son expérience personnelle durant la Débâcle pour écrire son scénario ! Les scènes ont été tournées dans le sud de la région parisienne, dans les Yvelines et en Essonne. La collection d'avions anciens de Jean Salis a été également utilisée car il n'existait à cette époque plus aucun avion de guerre français de 1940 ! Ce sont donc aussi les "passionnés" qui transmettent cette mémoire !

Un film savoureux et cocasse, diffusé, rediffusé, bref archi-multi-diffusé sur nos chaînes nationales depuis 40 ans ! Mais bon, c'est un classique de nos comédies à la française ! Encore que dans le même genre et se situant à la même époque, pour être exacte, on avait eu des précédents comme La Grande Vadrouille !

A bientôt !

PS : Ce billet me fait passer - en comptant les quelques 48 billets coquins de mon blog secret - à plus de 1700 articles écrits dans ma "carrière" de blogueur ! Cela fait aussi le 450ème article sur mes Skyblog ! Encore faut-il signaler que ce décompte et cette numérotation n'ont rien de fiable vu que j'intercale, déplace, reposte des billets ! L'idéal et mon "rêve" à terme est d'avoir un jour un site web à moi où je regrouperais mes nouvelles, travaux pour la fac et tous mes billets ! Plus tard !...

Mais où est donc passée la septième compagnie ? - Robert Lamoureux
Read more

De la vie heureuse - Sénèque

October 23 2016 Published on #Philosophie

Dans sa correspondance avec Élisabeth de Bohème - qui fera l'objet d'un prochain billet ici même, Descartes s'entretient avec la princesse en exil des écrits de Sénèque? En effet, la jeune femme est accablée de maux - sa santé, sa famille - et le philosophe du Cogito s'emploie à la soulager ! Mais de quel texte du précepteur de Néron s'agit-il ?

De vita beata  - traduit par De la vie heureuse, La vie heureuse ou encore Du bonheur est un texte de Sénèque écrit vers 58 après J.-C. C'est un texte incomplet en 28 courts chapitres ou paragraphes dédié à Gallion, frère aîné de l'auteur. C'est aussi un dialogue avec un interlocuteur  imaginaire où Sénèque s'entretient du bonheur, de la vertu, de la volupté, de richesses, d’Épicure, de la Sagesse et du Bien Souverain !

Une certaine interprétation pose ce texte non comme un traité de sagesse mais comme une tentative de justification par son auteur de son mode de vie à qui il avait été reproché précisément de ne pas vivre selon ses principes philosophiques !

Dans une première partie, Sénèque pose que le chemin de la sagesse n'est pas forcément celui que suit la foule et le plus grand nombre ! La foule est en effet "le pire interprète de la vérité" ! Ensuite, l'auteur cherche une définition du Souverain Bien qui est en accord avec la Nature ! Les Stoïciens, "école" de pensée et tradition philosophique dont fait partie Sénèque posent en effet que certaines choses dépendent de nous et d'autres non ! Ce que l'on peut modifier, c'est la représentation que l'on se fait des choses et non les choses en elles-mêmes ! Il faut, donc, de plus, vivre selon la Nature sur laquelle on ne peut agir mais à laquelle il faut s'adapter comme le navigateur qui règle ses voiles sur le vent en pleine mer !

La Vertu doit dicter notre conduite - et en cela Sénèque rejoint la tradition et la pensée de Platon. Il faut "mépriser les événements extérieurs" de la Fortune et entrer en nous même, ne fait qu'un avec nous même ! De plus, il faut se fier à la Raison !

Puis, Sénèque s’attaque à Épicure et condamne la vision comme quoi le Bonheur se résumerait au Plaisir ! Le Plaisir est vice et l'"École d’Épicure est maîtresse d'ignominie" ! Le Plaisir, enfin amollie l'homme et n'est pas source de Vertu !

On aura compris que le Bonheur se fonde sur la Vertu à ce stade !

S'ensuit une seconde partie où Sénèque se justifie à proprement parler sur son mode de vie jugé dispendieux par ses détracteurs ! Quel comportement doit adopter le philosophe par rapport aux biens de ce monde !

En fait, Sénèque établit que le philosophe n'est pas esclave de ses biens et est parfaitement conscience de la Fortune peut les lui arracher ! Si cela lui arrivait, il n'en demeurerait pas moins un philosophe ! Donc, en résumé, ce n'est pas la richesse matérielle qui fait l'homme ! Toutefois, rien n'oblige le sage à vivre dans la pauvreté !

De plus, la richesse permet la générosité, la libéralité et la prodigalité ! Sénèque termine an ajoutant qu'il n'est pas parfait mais aspire à la sagesse tandis que ses ennemis sombrent dans la faute et le mal !

Un petit texte philosophique par sa taille mais important et grand par ses implications !

Nous y reviendrons !

A bientôt !

De la vie heureuse - Sénèque
Read more
1 2 3 > >>