Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Tout l'Art de Rogue One - A Star Wars Story - Huginn & Muninn

December 31 2016 Published on #Cinéma, #Star Wars, #Coups de coeur, #Arts

Comme pour les précédents films, Rogue One fait l'objet d'un "Art of" !

C'est Doug Chiang, directeur de la création et vice-président de Lucasfilm, qui est chargé de mener l'équipe des "Concepts Artists". Comme pour chaque film, la préproduction débute par d'intenses séances de brainstorming où les artistes dessinent à tout va toutes sortes d'idées dont seule une petite partie sera retenue pour le projet final !

Chiang n'est pas un nouveau venu car il a œuvré sur les Episodes I, II et VII.

Ce superbe ouvrage nous montre un grand nombre de ces dessins, regroupés par planète : Lah'Mu, Yavin 4, Jedha, Eadu, Mustafar et Scarif - par ordre d'apparition dans le film !

Petit à petit le scénario va se faire visuel. L'idée de base vient de John Knoll, un gars des effets spéciaux, qui pense à une équipe d'espions qui va subtiliser les plans de l'Etoile de la Mort. a l'origine, ce pitch devait être utilisé pour l'hypothétique série télé Star Wars en Live Action, évoquée à partir de 2005 mais qui est devenue depuis une Arlésienne !

Le défi pour les concepteurs - et Gareth Edwards le réalisateur - était de trouver un bon compromis entre fidélité et innovation ! Sur ce point, c'est parfaitement réussi ! On est en terrain connu et pourtant, on est surpris ! Il faut dire que cette Galaxie est très vaste !

Ralph McQuarrie est vraiment l'artiste dont tout est parti, qui a posé les fondations ! En effet, on retrouve dans ces dessins et dans le film, le Château de Vador, qui à l'origine est une création du dessinateur de Boeing, pour Le Retour du Jedi - mais qui n'avait pas été retenue à l'époque !

L'intérêt de ces "Art of" est qu'on voit l'évolution des concepts et il y a  fort à parier que des idées non retenu sur Rogue One seront recyclées dans l'avenir !

On constate aussi que les décors des différentes planètes, au fil du film, s'éclaircissent - pour signifier que Jyn Erso, l'héroïne principale, a les idées de plus en plus claires !

Voilà, je ne développe pas plus car l'expérience de ce livre est avant tout visuel et ne passe pas forcément avec des mots !

Je vous dis à bientôt avec le "Rogue One - Le guide visuel ultime" !

PS : Et évidemment alors que 2016 se termine, une petite pensée pour Carrie Fisher et Kenny Baker qui nous ont quitté !

Tout l'Art de Rogue One - A Star Wars Story - Huginn & Muninn
Tout l'Art de Rogue One - A Star Wars Story - Huginn & Muninn
Read more

Donkey Kong - Nintendo

December 28 2016 Published on #Jeu vidéo, #Nostalgie

Quasiment un an après mon article sur Pac-Man, voici un article sur une autre légende du jeu vidéo, Donkey Kong !

Sur ce blog, je vous parle aussi régulièrement des ancêtres de ce loisir - le jeu vidéo ! - outre Frogger, Centipede, Space Invaders - car ils font parties de l'Histoire ! J'avoue avoir été accroc dans les années 1980 aux jeux vidéo puis m'en être un peu détaché dans les années 1990 et carrément dans les années 2000 - où je me consacrais plutôt à l'écriture et la littérature ! - et n'avoir jamais accroché aux consoles Playstation ou Xbox - à l'exception de la Game Boy/ du Game Boy ?

Donkey Kong est un des premiers jeux de plateformes du genre ! Il vit le jour en 1981 - et j'y jouais chez Serge, mon parrain, qui tenait un bar-tabac ! Le jeu introduit les personnages de Donkey Kong - avatar de King Kong  - et du plombier Mario - appelé alors Jumpman !

Notre plombier, à travers quatre niveaux, doit secourir une "demoiselle en détresse" - en escaladant des échafaudages, en grimpant à des échelles, et en évitant les tonneaux que lui balance dessus l'"âne-gorille"! Un scénario encore une fois simple mais déjà assez développé pour l'époque ! Un des premiers jeux qui suit un "schéma narratif complet" !

Donkey Kong est devenu une icône de la culture occidentale ! En fait, il est l'animal de compagnie de Jumpman et s'est libéré puis a kidnappé Lady ! Il est le méchant de l'histoire cette fois-ci ! Par la suite, dans les années 1990 - en mettant de côté toutes les incarnations de Mario, le personnage de Donkey Kong fut développé, notamment dans des jeux comme Donkey Kong Country, au côté de Diddy Kong !

Les quatre niveau comportent des variantes ! Ici, on a des tapis roulants, là des élévateurs et des boules de feu ou encore là huit crochets que l'on doit retirer pour faire s'écrouler la plateforme sur laquelle se tient le singe !

Un jeu qui fit la renommée de Nintendo ! Avec son style cartoon, Donkey Kong  fut l'œuvre du Japonais Shigeru Miyamoto, qui repoussa toujours plus loin les limites techniques !

Par la suite, donc, Mario et Donkey Kong devinrent des icones populaires, déclinés sur des boites de céréales !

Voilà pour cette page d'Histoire !

A bientôt !

Donkey Kong - Nintendo
Read more

Heroes - Saison 1

December 27 2016 Published on #Série télé, #Comics

Heroes fut une série phare parmi les productions américaines - prometteuse mais avant de retomber comme un soufflet ! Cette oeuvre, crée par Tim Kring, ne sut visiblement pas exploiter tout son potentiel !

La Saison 1 du Show débute à la rentrée 2006 - sur NBC. Dans un monde en pleine mutation, plusieurs être dotés de pouvoirs apparaissent du jour au lendemain ! La prochaine étape de l'Evolution - selon Chandra Suresh - un généticien indien ! On pourrait dès lors parler de super-héros... Sauf que ces individus là ne portent ni capes, ni collants !

La série reprends des thèmes classiques des comics du genre - comme "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilité" - si cher à Oncle Ben ! Des clins d'oeil sont également lancés - notamment à travers le personnage de Hiro Nakamura - joué par Masi Oka - le geek de service - qui cite des épisodes des X-Men et notamment la Saga "Days of Future Past" !

Les pouvoirs de ces héros - essentiellement localisés aux Etats-Unis - sont variés ! Super-force, possibilité de voler dans les airs, d'arrêter le temps, de lire les pensées, de se régénérer, de passer à travers les murs, de copier les pouvoirs par contact ! Et autant de personnages avec un casting pléthorique ! Ainsi Milo Ventimiglia est l'infirmier Peter Petrelli et Adrian Pascar (qu'on reverra dans Marvel'sAgents of Shield) est le politicien Nathan Petrelli. la blonde Hayden Panettiere est la pom-pom girl ultra-résistante Claire Bennet, Ali Larter est Niki Sanders, Greg Gunberg (vu dans Star Wars - Le Réveil de la Force !) est le policier Matt Parkman ! Je vous laisse regarder la série pour voir qui à quel pouvoir !

La série est découpée en chapitres qui ne recouvrent pas forcément les Saisons ! Le premier "Volume" se nomme "Genèse" et raconte comment une catastrophe risque d'advenir - une explosion nucléaire ! - si on ne "sauve pas la pom-pom girl" ! On rencontre un Hiro venu du futur - à la manière d'une Kitty Pride ! Et aussi le grand méchant récurrent, Sylar - qui vole les pouvoirs et les accumule, devenant ainsi de plus en plus puissant - joué par Zachary Quinto (vu en Spock dans les récents Star Trek !).

La série introduit aussi une mystérieuse "Compagnie" qui semble "faire le ménage" derrière ces surhumains - et le personnage de Noé Bennet - interprété par Jack Coleman !

A l'oeuvre, on retrouve en tant que scénariste Jeph Loeb et aussi le dessinateur Tim Sale qui signe les toiles du personnage d'Isaac Mendez qui a des visions de l'apocalypse nucléaire !

Incrustations de texte à l'écran, clins d'oeil aux comics, artistes venus des comics - et même des web-comics Heroes  - les passerelles sont nombreuses entre les deux médias !

La première saison est intéressante et bien menée mais cela se complique en terme de niveau de qualité et de renouveau dès la saison 2 !

A bientôt !

Heroes - Saison 1
Heroes - Saison 1
Read more

La Place Royale - Pierre Corneille

December 25 2016 Published on #Littérature XVIIème, #Théâtre

La Place Royale ou l'amoureux extravagant est une comédie en cinq actes de Pierre Corneille composée en 1634.

Il est question de rupture amoureuse, et, à travers ce motif, l'auteur Corneille aborde les thèmes de l'amour et de la liberté. La pièce connu un grand succès au moment de sa sortie. Elle fait bien évidemment partie des classiques du théâtre français !

Pour ma part, j'ai toujours eu une préférence pour Pierre Corneille que pour Jean Racine que je trouve trop sinistre et grandiloquent ! Sa Phèdre m'a barbé comme pas possible en classe de Première S !

Alidor est l'amant d'Angélique. Celle-ci est aussi la maitresse de Doraste qui est amoureux d'elle. Alidor a un ami, Cléandre. il faut aussi compter avec Phylis la sœur de Doraste dont Lysis est transi. Enfin, comme dans toute bonne comédie de cette période, on a les domestiques, Polymas et Lycante, respectivement au service d'Alidor et de Doraste ! Les personnages sont en place, quelle est l'intrigue ?

Alidor et Angélique s'aiment réciproquement mais Alidor est néanmoins embarrassé/ incommodé de cet amour - il tient à sa liberté ! Le mariage est perçu comme une catastrophe pour lui, des chaines ! Alidor va essayer de jeter son amante dans les bras de son ami Cléandre, en rédigeant une fausse lettre d'infidélité !

Mais Angélique va plutôt se rapprocher de Doraste alors Alidor, vraiment "extravagant" va tenter de la séduire à nouveau ! Il lui donne un rendez-vous et va essayer de la faire enlever par Cléandre. Le plan échoue car il y a erreur et c'est Phylis qui est enlevée ! Angélique se rends finalement compte de la duperie d'Alidor et décide de rentrer au couvent !

Une pièce pleine de péripéties et assez rocambolesque au final !

La pièce se déroule dans le quartier de la Place Royale qui était - si je ne m'abuse ! - le quartier des libraires et des courtisans, plein d'activités où il fallait être vu !

Une bonne petite pièce assez "classique" ! Malheureusement qu'on n'étudie plus guère qu'à l'école - et encore à l'Université ! Il faut redonner le goût de la lecture et des classiques à nos jeunes - et pas seulement du Harry Potter - car ces pièces ont des thématiques universelles ! Ici Alidor veut "larguer sa meuf" au fond !

A bientôt !

La Place Royale - Pierre Corneille
Read more

X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara

December 24 2016 Published on #Erotique, #Comics, #Bande-dessinée, #Coups de coeur, #Marvel

Milo Manara a le don pour dessiner des femmes terriblement sexy et séduisantes - toute en paraissant réelles ! J'ai déjà eu l'occasion sur ce blog de parler du maitre de l'érotisme italien. En 2010, par le biais de l'éditeur italien Panini Comics, Manara va réaliser une collaboration avec Marvel !

Les super-héroïnes sont souvent dessinées comme des fantasmes pour geek - retranscrites soit comme d'éternelles adolescentes soit comme des bimbos à forte poitrine ! Les X-Women figurent parmi les femmes les plus belle de la Maison des Idées ! Milo Manara allait pouvoir se faire la main sur elles !

L'album X-Men : Jeunes filles en fuite est le produit de cette collaboration de Manara ! Mais il fallait un scénariste à la hauteur ! Ce fut la légende Chris Claremont - à qui on doit les épisodes mythologiques des X-Men dans les années 1980 qui s'y colle ! Claremont a mis de la distance avec Marvel en 1991, sorte de "divorce" - mais il est revenu en 1998 - pour notre plus grand plaisir !

L'histoire racontée ici tourne autour de six héroïnes : Malicia, Tornade, Shadowcat, Rachel Summers, Emma Frost et Psylocke. L'une d'elle est kidnappée et ses amies vont se lancer à sa rescousse : solidarité féminine oblige ! Nos X-Women vont se retrouver à Madripoor, l'île criminelle fictive en Indonésie et devoir contrecarrer les plans de la Baronne qui veut précipiter un conflit entre la Chine et l'Inde pour s'enrichir dans la vente d'armes ! L'équipe de sauvetage se retrouve un temps privée de ses pouvoirs mais ne se laisse pas abattre pour autant !

Evidemment, le grand plus de cet album n'est pas le scénario - même si il est correct ! - mais le graphisme, la plastique irréprochable, mise en valeur par le dessin de Milo Manara ! On ne trouvera pas d'actes sexuels ou de vue coquines explicites mais pas mal de situation suggestives ! Il s'agit de faire fantasmer le mâle moyen au final ! C'est comme toujours avec notre dessinateur très efficace ! Très réussi sur le plan visuel !

Voilà, je vous recommande la lecture de cette curiosité qui s'intègre parfaitement dans l'œuvre de Manara ! Je vous parlerais prochainement du Déclic 3 et/ou de Candide Caméra !

A bientôt et en vous souhaitant un joyeux Noel 2016 !

X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara
X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara
Read more

Star Wars - Le Côté Obscur - Dark Maul - Le Fils de Dathomir

December 23 2016 Published on #Star Wars, #Comics, #Bande-dessinée

Avec le rachat et la reprise en main de Lucasfilm par Disney, des changements drastiques ont eut lieu dans la "Galaxie lointaine, très lointaine" ! D'abord mise en place des Épisodes VII à IX - avec J.J. Abrams, Ryan Johnson et Coliin Trevorrow à la réalisation -, mise de côté de l'Univers Étendu existant, sous le label "Légendes" au profit d'un nouvel UE plus cohérent sous la houlette du nouveau Story Group et enfin, changement de plusieurs licenciés, notamment pour les comics, Marvel - autre filiale de Disney - au dépend de Dark Horse - qui a fait de l'excellent travail jusqu'à présent !

Ajoutons à cela la fin de la série The Clone Wars, remplacée par la très prometteuse série Star Wars - Rebels !

En France, Panini et Delcourt se partagent désormais le marché des comics Star Wars !

Delcourt devra alors se cantonner à la publication des comics "Légendes" - pourtant le tome 15 de la série "Le Côté Obscur" et intitulé "Dark Maul - Le Fils de Dathomir" fait bel et bien partie de l'Univers Canon ! Ce récit a paru préalablement dans Star Wars Comics Mag #11 et 12 !

"Darth Maul : Son of Dathomir" en VO est un comic-book - en 4 parties - adapté par Jeremy Barlow  (à qui on doit le tome 6 de la série "Star Wars Rebellion : Petites Victoires") - à partir d'un script abandonné pour cause d'annulation de la série animée The Clone Wars - et dessiné par Juan Frigeri !

C'est un comics important à double titre ! D'une part, c'est la dernière contribution de Dark Horse avant que la maison d'édition ne passe le relais à Marvel et d'autre part, c'est la conclusion d'un arc de The Clone Wars, les histoires mettant en scène le Dark Maul "ressuscité" - à ce titre, cette histoire ne fait pas partie des "Légendes" mais comme je viens de vous le dire de l'Univers officiel.

Cette série ramenait d'entre les morts - enfin pas exactement ! - Dark Maul et le voyait monter un syndicat, le "Collectif des Ombres" rassemblant le Soleil Noir, les Pykes et les Mandaloriens - et bénéficiant du soutien de Mère Talzin et des Soeurs de la Nuit de Dathomir ! Maul faisait un coup d'état sur Mandalore, tuant la Duchesse Satine devant Obi-Wan Kenobi !

Mais Sidious ne pouvait laisser son ancien apprenti lui faire de l'ombre et il le terrassait dans un duel incroyable au sabre-laser après avoir tué le frère du Zabrak, Savage Opress !

Il est amusant de constater que le récit commence dans la prison de Stygeon Prime - que l'on retrouvera d'ailleurs dans un épisode de Rebels ! Dark Maul, après son combat contre Sidious dans la saison 5 de The Clone Wars, y est détenu et bientôt délivré par ses alliés mandaloriens (décidément cette prison est une vraie passoire !). Dès lors, il va essayer de regagner le terrain perdu !

Maul retrouve son "conglomérat de l'Ombre" regroupant toujours guerriers de Mandalore, sbires du Soleil Noir et mercenaires Pykes. Avec cette petite armée, il espère se venger de Sidious et des Séparatistes !

C'est donc un combat avec trois camps impliqués ! On a les Jedi et la République, Sidious et les Séparatistes et enfin Maul et ses alliés ! Beaucoup de figures de méchants dans ce tome ! Maul, Sidious, Dooku, Grievous, Talzin et tous les larbins ! Des comptes sont réglés !

De son côté, Sidious veut mettre la main sur Mère Talzin, la Sorcière de la Nuit de Dathomir et la détruire pour qu'elle n'interfère pas dans ses plans de conquête ! Il compte pour cela utiliser Maul pour remonter jusqu'à elle et éliminer cette dangereuse rivale ! Sans grande surprise, il y parvient et Maul prends la fuite ! On en le reverra que dans la Saison 2 de Star Wars Rebels !

C'est donc aussi un règlement de compte entre bad-guys auquel on assiste dans cette histoire ! D'un côté Maul et Talzin, de l'autre Sidious, Dooku et Grievous !

Le récit règle certains points mais appelle encore d'autres développements. Pour ne rien vous cacher, le sort de Maul n'est pas réglé !

Une bonne histoire - très "raccord" avec le reste ! Le scénario est efficace, cela a l'avantage d'être de "l'Univers officiel"  et le dessin  - de Juan Frigeri - m'a bien convaincu même si il aurait pu être plus "soigné". On se prend à rêver de ce que cela aurait donné si ce récit avait été porté sur le petit écran !

On pourra regretter l'arrêt de The Clone Wars au profit de Star Wars Rebels ! Cette dernière série est pas mal critiquée - jugée trop édulcorée peut-être ! Moi, elle me convient bien ! Evidemment, les fans nés après 1990 ne peuvent pas avoir connu cette période de la deuxième moitié des années 80 - entre 1985 et 1991, où on n'avait rien à "se mettre sous la dent" ! Moi, je trouve que Rebels  a de belles trouvailles - comme par exemple montrer la constitution de l'Alliance Rebelle !

Sur ce, à bientôt !

Ceci termine mon 1700ème billet sur eklablog et Overblog !

Star Wars - Le Côté Obscur - Dark Maul - Le Fils de Dathomir
Star Wars - Le Côté Obscur - Dark Maul - Le Fils de Dathomir
Read more

Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo

December 22 2016 Published on #Bande-dessinée, #Erotique

Bang Bang - Tome 1 : " La Fiancée d'Al Capone" est le premier album, daté de 1998, d'une série de BD érotico-humoristique scénarisée par Carlos Trillo et dessinée par Jordi Bernet.

Don Salvatore, un mafieux de New York, se rends compte un jour que "les danseuses, les filles de vestiaire et les putes, c'est bon pour la baise" mais pas pour "se caser" et fonder une famille ! L'"Irlandais" va alors l'entremettre avec la belle et volcanique Cicca, laquelle est toujours accompagnée de sa bonne maman ! Dès lors, cela devient une obsession chez Don Salvatore qui va jusqu'à interrompre plusieurs fois son homme de main Zosimo avant la conclusion d'actes sexuels, le pauvre ayant alors les bourses prêtes à exploser ! Gag récurrent !

Mais en réalité, il y a entourloupe ! En effet,  La Cicca a un passé criminel à Chicago, la ville où tout le monde l'appelle Bang Bang. Danseuse de cabaret, elle gagnait son pain avec son cul et semble avoir sur ce plan là un appétit d'ogresse et être infatigable au point d'épuiser ses partenaires à la chaîne ! Mais un jour, elle tombe amoureuse d'un photographe qui la demande en mariage ! Elle accepte mais les deux vont alors voler une très grosse somme d'argent à Al Capone avant de convoler ! Ils sont alors obligés de se travestir et de fuir à New York où la Cicca ne tarde pas à remettre à profit ses talents corporels !

Bang Bang est une véritable bombe sexuelle qui en réalité manipule les hommes - tout en en tirant plaisir et profits d'une manière assez ingénue ! Elle les mène par ce qui leur sert de baguette sous leur pantalon.

A New York, Capone va retrouver la trace de la belle nymphomane et les morts se succèdent - la série virant au "tragique" dans la joie et la bonne humeur ! Le ton est assez grivois et on évitera tout puritanisme devant des mots comme "baiser", "enculer", "salope", "couilles" ! Cela reste bon enfant ! Contre toute attente, Capone se laissera attendrir par la Cicca et la jeune femme déclenchera une guerre des gangs par amour : le "Massacre de la Saint-Valentin" !

Travestissements, mafieux amoureux, massacre de la Saint Valentin, tout ceci ne sera pas sans évoquer aux plus avertis d'entre vous le film de Billy Wilder de 1959, Certains l'aiment chaud !

Quelques mots sur le dessinateur maintenant ! Son trait parait simple mais est en réalité très travaillé, la page étant pensé dans sa composition d'ensemble ! Cet album est par ailleurs en noir & blanc - ce qui rends bien ici ! Donc Jordi Bernet est né à Barcelone, en Catalogne, en juin 1944. Son propre père était déjà dessinateur de BD en signant Miguel Bernet avant  de signer Jorge et de se lancer dans le dessin humoristique. Le paternel avait combattu dans les troupes républicaines contre Franco durant la Guerre d'Espagne, puis se réfugia en France après la défaite. Il revient clandestinement dans son pays natal et illustre des BD d'aventures à partir de 1942. Il passe à la BD humoristique dès 1947. Il meurt prématurément à 38 ans, en 1960.

Son fils Jordi doit subvenir aux besoins de sa mère et de sa soeur et devient lui aussi dessinateur de BD et, alors qu'il n'a pas 20 ans, reprends la série humoristique de son père, Doria Urraca, l'histoire d'une petite vieille acariâtre. La bande-dessinée et le roman, chez les Bernet, c'est "une affaire de famille" !

Les premières bandes-dessinée de Jordi Bernet apparaissent en France en 1963, avec la série Pancho, un western. Par la suite, l'artiste affine son style - jusqu'à la série Bang Bang à la fin des années 1990.

Pour terminer, signalons le rôle de la revue Penthouse - le magazine de charme - et Penthouse Comix dans la publication de Bang Bang. Penthouse Comix  fut publié entre 1997 et 2011 en Espagne - la version espagnole comptant 108 numéros contre seulement 31 aux Etats-Unis ! Le succès du titre s'explique sans doute par la chape de censure qui fut levé après la fin du régime de Franco, un vent de liberté se mit à souffler ! Penthouse Comix  publia du matériel espagnol, italien - dont Milo Manara - et américain !

Voilà, je vous dis à une prochaine fois pour l'analyse du tome 2 !

A bientôt !

Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo
Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo
Read more

Historial Jeanne d'Arc de Rouen

December 18 2016 Published on #Musées, #Moyen-âge, #Coups de coeur

La figure de Jeanne d'Arc reste attachée à la ville de Rouen où elle mourut sur le bûcher le 30 mai 1431, capitale du dûché de Normandie alors possession anglaise. Il est bien dommage que ce personnage quasi mythique se soit vu confisqué par un certain parti d'extrème-droite, le Front National, pour ne pas le nommer dans une démarche de la plus grande malhonnêteté intellectuelle !

Car Jeanne appartient à tous les Français, ne défendrait sûrement pas les valeurs d'intolérance du FN et est une figure internationale ! C'est ce qu'entends démontré l'Historial Jeanne d'Arc de Rouen; inauguré le 21 mars 2015,  dans l'ancien archevéché de la ville qui lui est consacré !

J'ai bénéficié d'un tarif de groupe de 6 euros 50 et pour ce prix là, la visite en vaut la peine ! La scénographie en sons et lumières est intéressante, oeuvre de Clémence Farrell ! Diverses salles se succèdent et une présentation animée s'allume et s'éteint au fur et à mesure que vous passez d'une pièce à l'autre : la crypte gothique, les anciennes cuisines, les combles etc...

Le thème du "spectacle" tourne autour des deux procès de la Pucelle, celui de 1431, à Rouen, dirigé par l'évêque Pierre Cauchon (ça ne s'invente pas !), à la solde des Anglais - procès truqué et orienté donc où Jeanne fut accusée de crime d'hérésie ! Il était en effet inenvisageable pour les ennemis de Charles VII de postuler que Dieu guidait cette jeune fille de 19 ans car cela aurait voulu dire avoir Dieu contre son camp et aurait entraîné des désertions de masse !

Vingt-cinq ans plus tard, il y eut un second procès où Jeanne fut réhabilitée ! Ce second procès, en 1456 donc, fut à l'initiative de Charles VII - qui s'était affirmé entre temps et du pape Calixte III. Ce procès fut instruit par Juvénal des Ursins et c'est lui que nous suivons dans la scénographie, sous les traits d'un comédien.

Ces deux actes juridiques furent amplement documenté et la visite reconstruit la vie de Jeanne à partir du travail des historiens !

On a donc un rappel de l'enfance de celle qui porta Charles VII sur le trône, enfance à Domrémy, point de résistances aux Bourguignons et aux Anglais dans le nord-est de la France, en Lorraine plus précisément. Là Jeanne, fille de laboureur, entendait des voix, celles de Sainte Catherine et de Sainte Marguerite ! La jeune enfant était particulièrement pieuse !

Le 25 février 1429, la Pucelle rencontre le Dauphin à Chinon et le convainc de la doter d'une armée pour aller délivrer Orléans ! Elle lui fait plusieurs promesse dont celle de délivrer Orléans et Paris, aux mains des Anglais, et de le faire couronner à Reims ! Elle tiendra toutes ses promesses et ce n'est pas une flèche reçue dans l'épaule lors de la prise de bastilles assiégeant Orléans qui ralentiront sa détermination !

Jeanne venait accomplir une ancienne prophétie qui avait dit qu'une femme perdrait le Royaume de France et qu'une Pucelle viendrait le reconquérir ! Jeanne dut aussi subir maints examens de théologiens - qu'elle impressionna au final ! - et démontrer sa virginité, qu'elle n'avait pas copulé avec le Diable telle une sorcière ! Jeanne passa dont tous les tests, obtint son armée et pris l'habit d'homme pour partir en guerre !

Jeanne d'Arc fit couronner Charles VII avec la Sainte Ampoule à Reims, le 17 juillet 1429 - après avoir "mis la pâté" aux Anglais à Patay ! Elle échoua à reprendre Paris où elle fut de nouveau blessée le 8 septembre 1429.

Dans les faits, il est établi que le nouveau Roi de France se montra trop timoré, prêt à des compromis sinon à des compromissions  et "lâcha" Jeanne, celle qui avait tant fait pour lui ! La Pucelle fut capturée à Compiègne par les Bourguignons, le 23 mai 1430 et livrée aux Anglais contre une rançon ! La suite fut le procès à Rouen évoqué plus haut !

Une très belle exposition donc ! Je regrette toutefois de n'avoir vu que trop rapidement les deux dernières salles - sur la postérité de Jeanne d'Arc ! - car des comparses de mon groupe ne pouvaient véritablement pas se priver de leur dose de nicotine plus d'une heure trente durée de la visite ! Je me suis rattrapé en achetant à la boutique de souvenirs trois Folio sur la Pucelle, un de Michelet, une étude des Duby sur les procès et un roman de Michel Tournier sur sa relation avec Giles de Rais (un compagnon de Jeanne pas évoqué durant la visite !).

Voilà ! Il est dommage - et dommageable ! - que la Pucelle ait fait de toujours objet de récupérations politiques ! De même, elle n'a pas eu de soeur violée par les Anglais sous ses yeux comme le prétends le très prétentieux film de Luc Besson ! Enfin, il n'est pas prouvé que ses derniers mots sur le bûcher ait été : "messieurs les Anglais, vous ne m'avez pas cru alors vous m'aurez cuite !". (OK je sors !).

Ce musée, très immersif, est selon moi une véritable réussite qui vaut le coup d'oeil !

On détaillera tous ces épisodes et la Guerre de Cent un dans de futurs billets - un jour !

A bientôt !

Historial Jeanne d'Arc de Rouen
Historial Jeanne d'Arc de Rouen
Read more

Star Wars : Poe Dameron - Tome 1 - Charles Soule et Phil Noto

December 17 2016 Published on #Star Wars, #Marvel, #Comics, #Bande-dessinée

Le Réveil de la Force fut le départ d'une nouvelle aventure pour Star Wars ! Avec le recul et en le comparant au récent Rogue One, il est maintenant clair que l'Episode VII est une relative déception ! Sans doute J.J.Abrams, pourtant un type plein de talents n'a-t'il pas disposé d'assez de temps pour "innover" ! Le film de Gareth Edwards, pourtant dans une période hyper balisée et connue, réussit à être plus inventif qu'un récit se déroulant 30 ans après Le Retour du Jedi ! Un comble ! Il n'y a qu'à voir la reprise des chasseurs TIE et des X-Wing à l'identique dans le film de fin 2015 ! La situation géopolitique floue de cet Episode VII, copier-coller de l'Episode IV !

Mais tel n'est pas mon sujet du jour ! Partons tout de même du film de J.J. Abrams ! Il allait susciter nombres de questions parmi les fans, précisément parce qu'il n'y avait pas répondu ! Rapidement, on eut donc des romans et des comics qui allaient "combler les trous" : Riposte, Les Ruines de l'Empire, le comics C3PO Special et enfin la série de comics Poe Dameron !

Poe Dameron revient sur les aventures du nouveau pilote iconique de Star Wars, membre de la Résistance de Leia qui s'oppose au Premier Ordre ! Au scénario, on a Charles Soule (Swamp Thing chez DC et Thunderbolts chez Marvel) qui a travaillé aussi sur Star Wars à travers les histoires des comics Lando et Obi-Wan & Anakin, le premier étant plus convaincant avec une plus grosse prise de risques que le titre se déroulant durant la Prélogie ! Au dessin, on a Phil Noto - qui a oeuvré auparavant sur Black Widow -pour Marvel - et sur le comics Chewbacca - chez le même éditeur ! Des gars habitués de l'Univers de Lucas à priori !

La série Poe Dameron s'organise en arcs narratifs de trois numéros inclus dans une trame - une fresque ! - plus globale ! Notre héros pilote est chargé par la générale Organa de trouver Lor San Tekka qui devrait être en mesure de lui indiquer où est Luke Skywalker, parti en exil après le massacre de ses élèves par les Chevaliers de Ren ! Lor San Tekka est un membre de l'Eglise de la Force - dont il est question par ailleurs dans Rogue One  - un nouveau concept très intéressant qui renouvelle l'Univers et étend le cadre !

Dans ce premier tome - traduit chez Panini Comics comme d'hab ! - et qui regroupe les trois premières issues US sous le titre "L'Escadron Black", Poe Dameron et ses coéquipiers/ailiers se rendent sur une planète de grottes et notre héros - isolé avec BB8 de son groupe, s'aventure dans la montagne et croise des ermites qui adorent un mystérieux oeuf bleu fluorescent géant ! Finalement, quelque chose finira par en sortir !

Poe espère obtenir d'eux la localisation de Lor San Tekka mais l'agent Terex, une pointure de l'équivalent du B.S.I. pour le Premier Ordre, est aussi sur place ! Un face- à-face tendu s'engage et Poe doit prendre des précautions car la guerre n'est pas encore officiellement déclarée contre le parti de Snoke !

Il est intéressant aussi de retrouver le "Pic de la Charogne" qui est la vaisseau furtif de Tarkin - qu'on voyait dans le roman éponyme !

Un bon petit récit - pas renversant ! - mais intéressant néanmoins et une bonne entrée en matière ! On jugera par la suite ! Mais perso, n'ai jamais trouvé le personnage de Poe Dameron vraiment "excitant" ! On nous le présente comme la crème des pilotes - j'attends de juger sur pièces ! Il n'a pas d'Etoile de la Mort ou de Raid de Kessel à son tableau de chasse que je sache !

Panini a regroupé dans cet album les trois issues précédentes avec le one-shot sur C3PO ! Ce second récit explique comment il a obtenu son bras rouge ! Je ne vais pas vous gâcher la surprise ! Disons que c'est une histoire de droides échoués sur une planète ! Il y a des liens avec une des séries Lego Star Wars ! Plusieurs droides - dont un spécialement ! - vont faire le sacrifice ultime ! Cela parle de déterminisme, de cause à défendre et de libre-arbitre ! Ou encore "les droides rêvent-ils de moutons électroniques ?". Une histoire signée par James Robinson et Tony Harris au dessin si particulier ! D'après une idée de J.J.Abrams !

Enfin, un troisième récit est ajouté - très court ! Une sorte d'histoire très cartoony qui mets en scène BB8 ! Ce serait un parfait récit de Saint-Valentin - qui accentue l'"aspect cute" du petit droide en forme de sphère roulante ! Je vous laisse là encore la surprise ! Cette fois de Chris Eliopoulos !

Et je vous dis, sur ces mots, à bientôt !

Star Wars : Poe Dameron - Tome 1 - Charles Soule et Phil Noto
Star Wars : Poe Dameron - Tome 1 - Charles Soule et Phil Noto
Read more

Always - Steven Spielberg

December 17 2016 Published on #Cinéma

Fut une période, dans les années 1980/1990 où les incendies de forêts dans le Sud de la France faisaient les gros titres tous les étés ! On a eu de semblables catastrophes dans bien d'autres pays - particulièrement en Californie ! Le film de Steven Spielberg, Always,  datant de 1989, raconte la vie au quotidien de soldats du feu, les pilotes de Canadair - ce qui nous gratifie de spectaculaires séquences d'incendie au passage !

Mais résumer ce film à la lutte contre les incendies serait bien réducteur, car c'est en réalité une comédie romantique - une histoire sur la destinée et le deuil ! C'est aussi un peu Ghost avant l'heure !

A l'origine, il y a le film de 1943, Un nommé Joe dont Always est un remake ! Le film de Spielberg est aussi le dernier film d'Audrey Hepburn - décédée quelques années plus tard d'un cancer - et qui joue ici une sorte de messager du Ciel, un ange ! Richard Dreyfus, acteur fétiche du réalisateur joue Pete Sandich, un pompier de l'air !

Mais voilà, Pete est un pompier un peu risque-tout, et qui un jour va trop forcer sa chance et décédé dans un accident d'avion ! Il n'a pas su vivre l'amour qu'il partageait avec Dorinda Durston - jouée par Holly Hunter ni n'a suivi les conseils de son ami Al Yackey - joué par John Goodman ! Une fois mort, il est bien tant d'avoir des regrets - et comme dans un épisode de Ghost Whisperer, notre pompier décédé erre dans l'au-delà car il a une dernière tâche à effectuer sur Terre : consoler sa chère Dorinda par delà la mort - femme à laquelle il n'a pas pu faire ses adieux !

Se pointe alors Ted Baker - joué par Brad Johnson, une jeune recrue. Celui-ci va alors tomber amoureux de Dorinda qui finit par lui laisser entrevoir un espoir ! C'est là que Pete intervient et il va aider sa bien-aimée à se défaire de son deuil en conseillant - de manière subtile comme une sorte d'influence diffuse dans l'air/ange gardien et pas à la manière de Jiminy Cricket si je me souviens bien - le jeune Ted en matière de coeur et dans son métier de pompier volant !

Le film se clôt sur les adieux de Pete et Dorinda après une ultime séquence de feux de forêt !

Un film un peu en dessous du niveau habituel des oeuvres de Spielberg ! Vous aimerez...si vous aimez les comédies romantiques ! Moi, j'avoue qu'à l'époque j'avais été un peu déçu - un film un peu plat voire ennuyeux et même un peu niais ! Je vous en parle tout de même car il y a sûrement des gens dont c'est la "tasse de thé" !

Sinon, n'ai pas grand chose à en dire de plus ! Si, des séquences d'incendie impressionnantes comme j'ai déjà mentionné !

A bientôt !

Always - Steven Spielberg
Read more
1 2 > >>