Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #bande-dessinee tag

L'Art de DC : L'Aube des Super-héros - Musée d'Art Ludique

July 19 2017 Published on #Comics, #Bande-dessinée, #DC Comics, #Cinéma, #Coups de coeur, #Musées

Lors d'un séjour récent - juillet 2017 - à Paris, j'ai fait un petit tour par le Musée d'Art Ludique. C'est un musée consacré à l'art contemporain dans ses incarnations jeux vidéo, comics, manga ou encore animation.

En 2017, se tient dans ce lieu l'exposition : "L'Art de DC : L'Aube des Super-héros" ! On y retrouve le fameux trio de DC Comics  : Superman, Batman, Wonder Woman et quelques autres, depuis leur genèse dans les années 1930 jusqu'aux récents développement du DCEU au cinéma !

Vous trouverez dans cette expo - qui m'a un peu rappelé, dans le style, "l'Expo Star Wars" d'il y a quelques années qui s'était tenue à la Cité du Cinéma ! - plus de 250 planches originales historiques - de Detective Comics, d'Action Comics, de Superman, de Batman, de World's Finest, etc, jusqu'a des arcs plus récents comme The Dark Knight Returns de Frank Miller ou Kingdoms Comes d'Alex Ross.

Le cinéma est aussi abordé avec près de 280 dessins de recherche ou de magnifiques concept arts, des costumes, des maquettes, des vidéos des cinéastes et des producteurs (Geoff Johns, Christopher Nolan, Zack Snyder...), des dessinateurs de comics (Jim Lee) ou des costumières (Michael Wilkinson, Cindy Hemming).

On a ainsi des documents sur le Superman de 1978 de Richard Donner, le Batman de 1989 et sa suite de  de  1992 par Tim Burton, les suites de 1995 et 1997, le projet de Superman avorté de Tim Burton de 1999 avec Nicholas Cage, le Superman Returns de  2006, la trilogie Batman  de Nolan et les films du DCEU : Man of Steel, Batman vs Superman : L'aube de la justice, Suicide Squad, Wonder Woman et Justice League. Par contre, on ne trouve aucune allusion au film Supergirl ou au film Catwoman  avec Halle Berry, ou encore au film Green Lantern, ce qui n'est pas plus mal vu les échecs artistiques et commerciaux de ces derniers films !

Enfin, il est aussi question des super-héros à la télé ! On retrouve la série d'animation Superman de Richard Fleischer de 1942, le Batman & Robin des années 1960, de Batman : The Animated Series de Bruce Timm de 1992 ou encore la série Wonder Woman des années 1970 avec la pétillante Lynda Carter.

Côté télévision, certains remarqueront  -et regretteront - que ne figure pas Lois & Clark : les nouvelles aventures de Superman, la série Flash des années 1990, les autres séries animées, Teen Titans en tête, Smallville bien évidemment et surtout toutes les séries récentes : Flash, Green Arrow, Legends of Tomorrow, Supergirl  ou Gotham.

On le voit les super-héros "diffusent" dans tous le transmédia, comics, films, séries-télé - citons l'influence dans le domaine plus général de l'art  - influence art-déco etc,...

Un autre reproche que je ferais à l'expo est certes de nous dire que ces héros ont 75 ans d'existence derrière eux et de multiples interprétations mais de ne pas nous expliquer qu'il y a plusieurs Superman, plusieurs Batman bref plusieurs Terre dans un multivers, de ne pas expliquer ce que recoupe l'"Age d'or, "l'Age d'argent",  d'éluder certaines histoires emblématiques comme Crisis on Infinite Earths ou Flashpoint (et là encore de passer sous silence le multivers. J'aurais aussi aimé des plaquettes sur les principaux artistes de comics !

Mais bon, ne boudons pas notre plaisir et rappelons nous que c'est une expo grand public. il m'a fallu 1 heure 30 pour en faire le tour !

Ces super-héros DC constituent des mythologies modernes. Superman possède le profil body-buildé des héros grecs et incarne en même temps la modernité - et aussi les peurs du temps comme la montée du fascisme à l'époque de sa création !

Superman, c'est aussi l'American Way of Life et l'espoir des millions  d'immigrés polonais, italiens, irlandais à Ellis Island. Comme eux, Superman est un réfugié - de la planète Krypton - et à ce titre aussi une figure biblique, un nouveau Moise, récupéré dans un "radeau de sauvetage" ! Superman est le surhomme de Nietzsche, qui repousse ses limites. Il est comme chacun sait une création  - d'abord dans un fanzine - de Jerry Siegel et Joe Shuster puis dans Action Comics #1 en 1938.

Le héros crée par Bob Kane et Bill Finger, Batman, s'inscrit dans la lignée des justiciers masqués comme Zorro ou Fantomas. Il n'a pas de super-pouvoirs comme Superman mais possède une fortune personnelle, une grande intelligence et il s'est entraîné intensément aux sports de combat. Après un traumatisme dans l'enfance, Bruce Wayne décide le crime dans Gotham City qui est le pendant nocturne de la Métropolis de Clark Kent/Superman ! Bruce Wayne/Batman décide en effet d'agir la nuit ! Son monde est beaucoup plus torturé que celui de l'Homme d'Acier et ces personnages - Batman et ses ennemis - flirtent avec la folie.

Il fallait bien une super-héroïne parmi tous ces homes. Wonder Woman est "la meilleure d'entre nous" et permets aux jeunes filles de s'identifier aux protagonistes de ce genre héroïque - encore que Diana Prince soit trop parfaite !? Avec elle, les codes des personnages féminins sont repensés - exit la petite amie - encore qu'elle formera souvent un triangle amoureux avec Superman et Batman !?

Wonder Woman montre que la femme peut s'imposer dans un monde tenu par les hommes et en même temps, son sexe est indifférent pour incarner la justice et la liberté ! Je vous parlerais prochainement du film Wonder Woman de 2017 de Patty Jenkins et du comics de 2010, Wonder Woman : L'origine de J. M. Straczynski.

Cette exposition nous montre la richesse du genre super-héroique ! A quand l'équivalent pour Marvel ! Une richesse à peine effleurée ici !

Je vous invite à lire mes billets passés et à venir sur DC comics et les films avec Warner Bros. Ces héros n'ont cessé d'être réinterprétés - avec un socle commun à chaque réécriture ! Avec The Dark Knight Returns de Frank Miller en 1986, un virage vers plus de réalisme - et plus de noirceur ! - époque oblige : - est amorcé dont on peut voir l'apogée dans la trilogie de Nolan, The Dark Knight, de 2005 à 2012 et les récents développements du DCEU !

Un héritage de 75 ans derrière nous mais et encore de nombreuses décennies devant nous si le réchauffement climatique ne nous tue pas !

A bientôt !

L'Art de DC : L'Aube des Super-héros - Musée d'Art Ludique
L'Art de DC : L'Aube des Super-héros - Musée d'Art Ludique
Read more

Dragon Ball Super - Tome 2 : Annonce de l'Univers gagnant !! - Toriyama & Toyotaro

July 12 2017 Published on #Manga, #Bande-dessinée, #Coups de coeur

Nous retournons chez Glénat pour le tome 2 du manga Dragon Ball Super - scénarisé par Maître Akira Toriyama et dessiné par le jeune Toyotaro dans le style de son aîné ! Rappelons que Glénat est l'éditeur historique de Dragon Ball, a beaucoup fait pour introduire ce support/genre littéraire en France et publie aussi Bleach et One Piece !

Le manga en question diffère de l'anime éponyme - certains éléments sont différents et il y a des intrigues qui ne figurent pas dans un support ou dans l'autre ! Ainsi, l'Arc "Golden Freezer" est passé sous silence dans le manga - même si une allusion y est faite !

On reprends où on en était resté à la fin du tome 1 - à savoir un tournoi entre les Univers 6 et 7 d'un multivers qui en compte douze ! Beerus et Champa, les Dieux de la Destruction respectifs de ces deux Univers Jumeaux, alignent leurs champion !

Pour Beerus, nous avons encore en lice : San Goku, Végéta, Piccolo et le terrible Monaka. En face, pour l'Univers 6, se tiennent prêt à combattre : Frost, un alter-ego de Freezer, pas si réglo qu'il n'y parait, Otta Magetta, un MetalMan de la Galaxie 66950,  Cabba, un Saiyan qui progresse vite et enfin Hit, un tueur à gage qui contrôle le temps !

Les combats ont lieu sur le ring dans ce tome 2 ! Pas moins de sept combats variables en intensité ! L'enjeu du tournoi est l'acquisition de Super Dragon Ball, grosses comme des planètes ! Qui l'emportera ? Je vous laisse découvrir "l'annonce de l'Univers gagnant" !

Un mystérieux personnage - tout puissant - fait son apparition à la fin de ce chapitre et avant la transition vers l'Arc suivant ! Il s'agit de Zen-O Sama qui sera très important par la suite et que même les Dieux de la Destruction, les Kaio-Shin et les Anges craignent !

Après le Multivers, on a un arc portant sur les univers parallèles mais dérivants de voyages dans le temps ! C'est l'Arc "Trunks du Futur" ! Pour nous expliquer cela, l'institutrice de Trunks et Goten nous donne un petit cours à propos du paradoxe du grand-père, ici de la grand-mère !

On retrouve le Trunks de l'Arc des Cyborgs dans la précédente série - et dans l'anime Dragon Ball Z ! Trunks a vaincu C17 et C18 mais un adversaire encore plus redoutable a surgit qui semble être en réalité une version sombre de San Goku, un être appelé par défaut "Goku Black" ! Celui-ci a anéantit dans le futur toute la population de la Terre et celle d'autres planètes ! Goku et Végéta vont aller dans le futur pour tenter de lui mettre une raclée !

Un manga bien sympathique, plein de nouvelles idées, de nouveaux personnages et concepts, tout en restant dans l'esprit et le style de la série originale ! En ce moment, je suis aussi l'anime éponyme les dimanche matin et je dois dire que le "Tournoi du Pouvoir" me botte bien - mais de cela, il sera question une autre fois !

Je vous donne rendez-vous pour le tome 3 dont j'ignore la date de parution !

A bientôt !

Dragon Ball Super - Tome 2 : Annonce de l'Univers gagnant !! - Toriyama & Toyotaro
Read more

Gaston Lagaffe - Tome 10 / Gags N° 539 - 579 (1968 - 1969) - Franquin

July 10 2017 Published on #Bande-dessinée

Avec le tome 10 de ses gags, Gaston Lagaffe voit sa série entrer dans son rythme de croisière, tant au niveau du dessin, des personnages ou des gags désormais en une page entière ! Je me propose ici de repérer les différents motifs et thèmes de cette série de BD !

Gaston "travaille" au journal Spirou ! Enfin, travailler, c'est un bien grand mot car en vérité, il se la coule douce, se repose, s'amuse ou teste de nouvelles inventions, tout ceci engendrant inévitablement des catastrophes dont Prunelle, Lebrac ou occasionnellement un De Mesmaeker en visite pour signer des contrats font les frais !

Les inventions de Gaston - dont il dit qu'elles lui viennent durant son sommeil - touchent à l'électronique, la mécanique et aussi la chimie ! Notre gaffeur répare réveils, radios, téléviseurs, teste des aérosols aux effets imprévisibles et détonants !

Gaston bricole enfin sa voiture, la munit de roue anti-neige ou carrément d'un déblaie-neige ! Mais à chaque fois, cela tourne mal et se retourne contre notre anti-héros et son passager - Fantasio ou Lebrac !

Enfin, le Gaffeur ne fait pas que des gaffes au bureau chez Dupuis ! Il "frappe" aussi sur la voie publique - avec ses mouche géante plus vrai que nature, avec une simple noix ou avec un bilboquet "trafiqué" ! L'Agent de Police Longtarin - assez retors ! - en fait aussi les frais !

Outre la voiture légendaire de Gaston, il y a aussi son Gaffophone - dont on suit les "aventures" dans ce tome 10 notamment dans un texte écrit - une sorte de courte chronique : "Le petit monde du gaffophone", texte comme on en a eu dans les albums précédents !

Pendant ce temps, le travail n'avance pas car outre les contrats jamais signés, il y a aussi le courrier en retard qui s'accumule, s'accumule...

Et Gaston peut compter sur ses amis des autres boites pour faire des gaffes, comme Jules-de-chez-Smith en face par exemple !

Bref, la carrière du Gaffeur se poursuis ! C'est toujours aussi plaisant et réjouissant à lire !

A bientôt !

PS : Je ne sais plus si je l'ai déjà dit - deux fois valent mieux qu'aucune - mais c'est ma jeune institutrice de CM1, assez Rock'N'Roll qui nous a fait découvrir Gaston Lagaffe, à sa classe lorsque j'avais 10 ans ! Et il y a quelques années, ai racheté toute la série chez Hachette-Collection dans une édition "ultime" !

Gaston Lagaffe - Tome 10 / Gags N° 539  - 579 (1968 - 1969) - Franquin
Read more

Lucky Luke : Billy the Kid - Morris & Goscinny

June 29 2017 Published on #Bande-dessinée

Morris est toujours au dessin et Goscinny au scénario de la trente- troisième histoire de la série Lucky Luke dans un album de 1962 - après prépublication dans le journal Spirou - intitulé "Billy the Kid" !

Goscinny nous introduit ici à une autre légende de l'Ouest, une figure de despérado supplémentaire - après les Dalton et avant Calamity Jane et Jesse James ! Il s'agit de Billy the Kid !

Notre terreur "règne" sur une petite bourgade américaine, la petite ville de Fort Weakling, ayant tout ascendant sur ses habitants ! Billy the Kid est dépeint comme une menace mais aussi, à travers le regard de Lucky Luke, comme un "sale gosse" !

Lucky Luke va se pointer dans la ville et tenir tête à Billy le plus naturellement du monde, allant jusqu'à le ridiculiser ! Ceux qui sont ridicules aussi, ce sont les habitants terrorisés de Fort Weakling ! Aucun n'ose témoigner contre la petite crapule, et lui font même des courbettes ! On atteint ici des sommets de lâcheté dans le portrait savoureux que donne Goscinny de ces citoyens du Far-West !

Josh Belly, propriétaire du journal local et le seul qui n'a pas peur du Kid, recrute Luke pour qu'il le débarrasse du sale gamin ! Mais notre héros ne trouve personne pour témoigner contre le bandit ! Ni les passagers de la diligence, ni un pauvre épicier terrifié ! Mais Luke a un plan !

Lucky Luke va alors feindre de se transformer en despérado à son tour et monter des mises en scènes de braquages - tout dans l'exagération  ! Les habitants doivent se rendre à l'évidence : Lucky Luke est pire que Billy the Kid !

L'inattendu se produit ! Les citoyens de Fort Weakling se tournent vers la petite racaille pour les protéger de Luke ! A son corps défendant, Billy devient un sauveur ce qui le conduit à "craquer" en pleine rue lors d'un duel ! Dès lors, Luke peut lui asséner une bonne fessée en sale môme gâté qu'il est !

Au bout du compte, les habitants de la ville surmontent leurs peurs et témoignent - sans haine et sans peur ! - contre Billy ! A l'avenir, ils ne craindront plus aucun bandit et recouvriront de goudron et de plumes le moindre détrousseur qui aurait la mauvaise idée de se pointer ! Luke peut alors quitter la ville et chantonner son "poor lonesome cow-boy" !

Un album excellent ! Le comique de Goscinny tourne à plein régime ! Billy the Kid fera son retour dans quelques albums - mais d'ici là le duo d'artistes nous a préparé quelques histoires savoureuses ! Il en sera question ici sur ce blog dans un proche avenir !

A bientôt !

Lucky Luke : Billy the Kid - Morris & Goscinny
Read more

Sylvain et Sylvette - Maurice Cuvillier & Jean-Louis Pesch

June 24 2017 Published on #Bande-dessinée

Sylvain et Sylvette est une série de BD "à l'ancienne" puisque cela déjà, dans les années 1950, ma Maman, qui approche aujourd'hui des 70 ans, se faisait offrir ces albums à l'italienne par ma grand-mère !

Sylvain et Sylvette, les héros éponymes de la série, sont deux enfants qui vivent en autarcie dans une chaumière au cœur de la forêt. Leur mode de vie est rustique, agricole et forestier comme en témoigne leurs tenues, inspirées du monde rural de la fin du XIXème siècle, constituées d'un bonnet, chemise et pantalon de travail rapiécé pour Sylvain, bas en laine et jupe avec tablier pour Sylvette, et les inévitables sabots ! Ils vivent en réalité comme un frère et une sœur et veillent sur toute une ménagerie qu'ils protègent !

Mais revenons aux origines ! Cette série voit le jour en 1941, sous le crayon de Maurice Cuvillier et est reprise à sa mort en 1956 par Jean-Louis Pesch qui, jusqu'en 1980, travaille avec le scénariste et dessinateur Claude Dubois, sur 94 titres !

La ménagerie de Sylvain et Sylvette est vaste et ne cessera de s'agrandir : Gris-Gris, l'âne, Barbichette, la chèvre, Cui-cui, l'oiseau, Raton, le rat blanc, Poulette, la poule, Moustachu, le chat; Mignonne, l'agneau, Coin-Coin, le canard, Cloé, la tortue, Sidonie, l'oie, Alfred, le chien et Olga, la corneille.

Pour troubler la sérénité de nos héros et de leurs animaux, on peut compter sur les Compères, quatre animaux sauvages, bêtes et méchants, vivant dans une grotte et qui ne rêvent que de "boulotter" les animaux de Sylvain et Sylvette ou leur voler leurs provisions ! Il y a le renard, l'ours, le loup et le sanglier !

A côté de cela, il y a toute une ribambelle d'autres personnages, amis et autres, Bastien, un autre ours, cousin du premier, Basile, son fils et donc le neveu, M. Tartalo, un vieux savant, l'ami Jean-Claude un jeune citadin, Monsieur Grégoire, un photographe animalier et plein d'autres "acteurs" de cette fresque animalière et rurale ! Les personnages, ce n'est pas ce qui manque dans cet univers de BD !

Concernant les albums, on compte une demi-douzaine de "séries" !

La première série, les albums Fleurette à l'italienne, réalisée par Maurice Cuvillier et rééditée par les Editions du Triomphe, compte 84 albums. Puis Cuvillier passe le relais à Jean-Louis Pesch et Claude Dubois aux alentours des albums N°25 et 27, N°31 et 32 puis à partir du N°37 ! Au départ, les Compères constituent un danger réel !

Il y a ensuite les "Nouvelles Aventures de Sylvain et Sylvette" qui compte 10 albums puis la Nouvelle Série Fleurette (97 albums) et la Deuxième Série Fleurette (30 albums) - moment où moi-même enfant, découvrais ces héros !

Il y a aussi la collection Séribis, écrite par Jean-Louis Pesch seul à partir de 1973 qui compte elle 61 albums !

Sans compter des rééditions, des albums pour tout-petits - aux Editions P'tit Louis et quelques romans plus récents à partir de 2015 !

Voilà un univers qui plaira aux plus petits, aux amoureux de la nature et de la simplicité et aux adultes nostalgiques !

A bientôt !

Sylvain et Sylvette - Maurice Cuvillier & Jean-Louis Pesch
Sylvain et Sylvette - Maurice Cuvillier & Jean-Louis Pesch
Read more

Dark Vador - Tome 4 : En bout de course

June 16 2017 Published on #Star Wars, #Bande-dessinée, #Comics, #Marvel

La série Dark Vador, scénarisée par Kieron Gillen et illustrée par Salvador Larroca, s'achève au bout de 25 issues aux USA et donne 4 albums - plus l'album "Vador : Abattu" - en VF !

Dans le tome 4, intitulé "En bout de course", tous les intrigues se résolvent et atteignent leur terme ! Après la destruction de la première Etoile de la Mort, Dark Vador est en disgrâce auprès de l'Empereur ! Il a de plus appris que Palpatine lui a menti et qu'il a un fils qui n'est autre que Luke Skywalker, le pilote qui a détruit la super-arme ! Pour revenir au sommet, Vador va donc accumuler les ressources et les avantages cachés au cours de sombres machinations dignes de son maître !

Vador commence par s'allouer les service du docteur Aphra, une aventurière et archéologue, qui va être son "homme de main", accompagnée de ses deux droïdes assassins, Triple -zéro et BT-1 Le sombre Seigneur des Sith mène son enquête sur son fils et son épouse défunte, détourne des fonds et se construit une armée de droïdes !

Mais Vador doit rester prudent car il est placé sous l'autorité de l'arrogant général Tagge, sous la surveillance de l'officier Tanoth et doit de plus affronter un rival, Cylo-V et ses guerriers cybernétisés. Cylo est une sorte de savant fou versé dans le transhumanisme !

Précédemment, Vador a commencer à parvenir à ses fins, a éliminé quelques cyborgs et regagner un peu d'autorité ! Tout cela était bien sur une manoeuvre de l'Empereur pour amener Cylo à se découvrir et à faire un faux pas pour que Vador puisse l'abattre ! Dans ce tome 4, le savant passe à l'attaque et prends même le contrôle du nouveau Super-Destroyer Stellaire, l'Exécuteur, encore amarré dans son chantier.

Mais Vador vainc enfin ceux qui voulaient le renverser ! Il affronte la flotte de "baleines volantes" de son ennemi, défait même un rancor "augmenté" et sort victorieux ! Il revient dans l'"estime" de Palpatine qui n'a jamais été dupe et apprécie l'esprit retors dont a fait preuve son disciple !

Ce comics, c'est donc l'ascension nouvelle de Vador après un échec cuisant ! Vador se débarrasse en outre de Tagge, de Tanoth et pense avoir en outre évacuer le problème Aphra ! En réalité, l'aventurière a survécu et reviendra dans de nouvelles aventures toujours scénarisées par Kieron Gillen !

Une BD qui forme un tout cohérent - pensé avec un début, un milieu et une fin, là où l'autre série ongoing Star Wars de Marvel semble parfois un peu "errer" ! Un excellent ensemble qui sera prochainement publié - fin 2017 je crois ? - en Intégrale !

Enfin, ce tome 4 rassemble aussi une courte histoire sur Triple-zéro et BT-1 ainsi qu'un épilogue, "Coda" sur la légende de Vador auprès des Hommes des Sables !

Malgré un dessin souvent contestable de Larroca, un excellent investissement ! Vador est prêt pour que "l'Empire contre-attaque" !

Au passage, ceci, si on tient compte de tous les billets recensés dans cette catégorie - à supposer que je n'en ai oublié aucun (ce qui m'étonnerait pas ailleurs !), est le 300ème billet "Bande-dessinée" sur Overblog !

A bientôt !

Dark Vador - Tome 4 : En bout de course
Read more

Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo

June 11 2017 Published on #Bande-dessinée, #Erotique, #Coups de coeur

Un ex-libris érotique est un tiré à part destiné aux livres licencieux ! C'est aussi le nom d'une série de bandes-dessinées érotiques, Ex-libris eroticis - dont chaque album compile des récits courts sans lien entre eux - de Massimo Rotundo.

Présentons d'abord l'auteur, Massimo Rotundo,  artiste italien qui s'inscrit dans la veine d'un Milo Manara ou d'un Magnus ! Il est né à Rome en 1944 et a fait l'Académie des Beaux-Arts dont il conserve un pseudonyme de peintre, Max Grecoriaz. Il fait ses débuts dans la BD en collaborant à Lancio Story et Skorpio, deux hebdomadaires pas à proprement parlé versés dans l'érotisme mais néanmoins avec de belles pin-ups en couvertures !

Rotundo apporte très tôt une touche de sensualité féminine dans ses BD. il se fait remarquer avec la publication de Il Pescatore - Le Pêcheur de Brooklyn - dans le prestigieux mensuel de BD, Orient-Express, en 1983, sur un scénario de Ricardo Barreiro - et traduit et publié en France par Glénat ! Ce premier succès est destiné à un public adulte et est bien dans l'esprit des années 1980, de RanXerox  ou de Judge Dredd, avec une humanité qui a atteint le point de non-retour, écologique, politique et social Son héros pêche des crocodiles mutants dans la baie de New York pour nourrir sa femme Marilyn.

Parmi les autres oeuvres de Rotundo, à la même époque, on a Il Detective senza nome, un polar en noir et blanc au temps de la Prohibition, écrit par Luigi Mignacco, jeune scénariste des publications Disney ! Là encore traduit en France sous le titre Pas de pitié pour le privé chez L'Echo des Savanes ! Il y eut aussi un récit rétrofuturiste, scénarisé par Giuseppe Ferrandino, I Padroni del silenzi - Les Maîtres du silence, en 1985 pour le mensuel Comic Art !

Rotundo passe ensuite à l'érotisme à proprement parlé avec sa série - toujours pour Comic Art et toujours avec Ferrandino, en 1987, intitulée Sera Torbara. Cette série est publié en France par le groupe Dargaud mais  Georges Dargaud vend alors sa maison d'édition au groupe Ampère, qui en raison de son militantisme catholique, retire vite fait la série de Rotundo - ainsi que la Druuna de Serpieri ! - de son catalogue !

Voici venir ensuite les Ex-libris eroticis ! Ces albums contiennent des récits courts qui évoquent les curiosa, les anciens romans de pornographie clandestine ! L'ex-libris, apposé dans un livre indique qui est son propriétaire et augmente potentiellement sa valeur !

Le premier tome d'Ex-libris eroticis contient cinq nouvelles érotiques ! Celle qui ouvre le recueil porte le même titre que l'album et est une sorte de mise en abyme où un collectionneur d'images érotiques - tandis que sa femme le trompe ! - contemple les nombreuses estampes et vignettes qu'il possède ! D'une certaine façon, l'épouse infidèle se mêle aux personnages des images et se confondent ! On a des références par ailleurs à des artistes japonais, Kitagawa Utamaro et Suzuki Harunobui, tous deux de l'époque Edo connus pour leur "mages du monde flottant" ! Une allusion aussi au Français Edouard Henri-Avril, artiste de la seconde moitié du XIXème siècle, aussi spécialisé dans la gravure érotique et qui a illustré Salammbô de Flaubert et Gamiani ou deux nuits d'excès, un roman licencieux de Musset ! Enfin, le collectionneur a les traits de - et manie un ouvrage de -  Gabriele d'Annunzio, en un hommage appuyé !

Dans le second récit, "97 promesses d'amour", il est question d'une femme frigide et de zoophilie !  Mademoiselle Halebas " a quitté Montbéliard" pour un lieu retiré et veille à l'éducation de ses trois nièces qu'elle confie à Mademoiselle Marguerite, une jeune institutrice qui a un fort penchant pour les amours saphiques et va "initier"/ pervertir selon le point de vue les trois jeunes demoiselles ! Mademoiselle Halebas sévit et fait prendre l'institutrice par son danois, doté "d'attributs si impressionnants qu'ils auraient fait envie à un homme" ! Marguerite va ensuite se venger en découvrant le secret de la femme frigide et en utilisant à son tour le chien qui va délivrer à sa maîtresse les "97 promesses d'amour" !

Le récit suivant , "Gymnase audace" contient peu de bulles et se déroule, comme son titre l'indique, dans un gymnase où une jeune femme vient trouver le couple de professeurs de gymnastique pour une longue séance de bondage où s'enchaînent les positions et les postures les plus improbables !

La quatrième histoire, "Sens de l'observation" raconte l'existence d'un jeune homme qui se passionne précisément pour l'observation celle de ses contemporains, pour la botanique, pour la photographie érotique ou pour la pratique de la lunette astronomique ! Mais Miro ne fait pas que regarder les étoiles car il mate aussi en cachette sa belle voisine d'en face dont il est secrètement amoureux ! Hélas, il découvre que celle-ci a un amant - ce qui déplaît aux deux frères de la belle qui ont jurer à leur père sur son lit de mort de protéger l'honneur de leur soeur, et savent jouer du couteau !  L'amant finit par être trucidé par les deux gars et Miro forcé d'épouser la belle pour sauver l'honneur de celle-ci ! Ce qui ne lui déplaît pas au fond !

Tous ces récit,vous l'aurez remarqué, se déroulent dans la seconde moitié du XIXème siècle et le début du XXème siècle ! C'est encore le cas du dernier récit, "28 centimètres" (mais de quoi s'agit-il ?) qui, outre qu'on y croise vite fait Marcel Proust, mets en scène un jeune Pablo Picasso, désargenté, dans sa "Période Noire" et dont, au début du récit, n'arrive pas à vendre ses toiles, à Madame Gregoriaz, une bourgeoise qui trouve obscène ses représentations de taureaux possédant des femmes, dans un style cubique ! Mais Picasso, qu'on savait très porté sur la chose, aura sa revanche car la bourgeoise obtue a vent de l'existence d'un certain "Minotaure", un homme aux forts attributs virils, au masque de taureau et qui sait honorer ces dames ! Madame Gregoriaz aura recours au service de cette "bête" dont l'identité la surprendra ! Vous aurez évidemment compris de qui il s'agissait !

Tout cela est paru aux Editions L'Echo des Savanes et chez Albin Michel donc ! Ces histoires ont été prépubliées à l'origine, en Italie dans la revue Diva, dans Playmen, puis dans Blue ! Lors de la parution en France, à l'époque, en 1987- 1988,  L'Echo et Albin Michel étaient dans le collimateur de la censure derrière Charles - " La Pudeur" - Pasqua, ministre de l'Intérieur et son "exposition de l'horrible" ! On mis alors les revues sous plastique et on y adjoignit des autocollants " plus de 18 ans" ! La censure a un peu reculé depuis - notamment avec internet ! - mais peut toujours faire son retour à tout moment ! Restons vigilants contre ceux qui veulent limiter - au delà même du plaisir des autres ! - la liberté d'expression !

A bientôt !

Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo
Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo
Read more

Les P'tits Schtroumpfs - Peyo

June 10 2017 Published on #Bande-dessinée, #Coups de coeur

Ce soir, j'ai effectué la lecture du treizième album des Schtroumpfs, intitulé "Les P'tits Schtroumpfs " et qui date de 1988 ! A vrai dire, c'est pour moi le début, avec cet album !  - d'une série d'albums inédits ! En effet, j'avais arrêté la collection des récits des Schtroumpfs avec l'album "Le Bébé Schtroumpfs" lorsque j'étais au collège - me passionnant alors davantage pour les jeux vidéo sur Amstrad CPC puis Atari ST (chroniqués aussi sur ce blog !). "Le Bébé Schtroumpf" est un album de 1984 ! Et moi, ai redécouvert les Schtroumpfs avec Hachette-Collection !

Il y eut donc un intervalle de 4 ans entre "Le Bébé Schtroumpf" et "Les P'tits Schtroumpfs" ! De plus, en 1988, ce sont les trente ans de l'existence des petits lutins bleus de Peyo aux Editions Dupuis ! Depuis 1983, les albums se font plus rares et c'est surtout à la série animée chez Hannah-Barbera que se consacre Peyo qui continue par ailleurs à avoir des soucis de santé ! "Le Bébé Schtroumpf" était adapté de plusieurs épisodes du dessin-animé, il en est de même des "P'tits Schtroumpfs" ! Cette BD accompagne en effet la sortie d'un film !

En 1988, le dessin-animé des Schtroumpfs en est à sa huitième saison et les scénaristes de Hannah-Barbera prennent de plus en plus de libertés par rapport aux concepts et aux idées originales de Peyo qui a du mal à garder le contrôle sur son oeuvre ! Il commence à baisser les bras ! Les scénaristes donneront même un chien, Puppy, aux Schtroumpfs !

"Les P'tits Schtroumpfs" correspond à un épisode de la cinquième saison ! Dans la BD, le Grand Schtroumpf envoie le Schtroumpf colérique (à ne pas confondre avec le Schtroumpf grognon !), le Schtroumpf nature et le Schtroumpf mollasson chercher un sablier chez le Père Temps ! Mais nos trois lutins - très curieux ! -  se retrouvent dans une horloge qui se mets à tourner à l'envers et subissent un coup de rajeunissement ! On se retrouve alors avec trois jeunes Schtroumpfs qui se plaisent très bien dans cette situation et n'hésitent pas à qualifier leurs congénères de "grands", voire de "vieux" ! C'est donc une histoire sur le "choc des générations" !

Plus encore, nos trois "djeuns" vont fabriquer une compagne à la Schtroumpfette qui se sent seule ! Pour cela, il vont dérober à Gargamel la formule qu'il avait utilisée pour créer l'égérie des Schtroumpfs ! Une deuxième "Schtroumpfette", rajeunie, va voir le jour et se nommera Sassette ! Elle est - après la Schtroumpfette, le Bébé Schtroumpf, le 103ème Schtroumpf !

Cet album marque un "changement d'époque" ! En effet, en 1988, le fils de Peyo, Thierry, s'apprête à succéder à son père à la tête du Studio Peyo ! Monopolisé par la série télé et le merchandising, Peyo s'est peu à peu éloigné du monde de la BD ! De plus, entre temps, les Editions Dupuis ont été vendues et ce treizième album est le dernier qui sortira jamais chez cet éditeur !

L'album contient un second récit qui se nomme "Le Schtroumpf robot" où le Schtroumpf bricoleur crée un Schtroumpf robot ! On retrouve là des éléments d'une BD de 1980, "Benco et les Schtroumpfs" lorsque le robot verse de la soupe à la salsepareille - à la place du Benco ! - par son bonnet !

Gargamel capture le Schtroumpfs bricoleur et son robot et remplace le robot par un robot maléfique qui lui distribue du poison - de la soupe à la fausse salsepareille ! - à la place de la bonne soupe ! Mais nos petits héros vont une fois encore se tirer d'affaire et bien punir le méchant sorcier !

Voilà ! C'est avec plaisir que j'ai retrouvé les Schtroumpfs et découvert leurs "nouvelles" aventures ! Je vous donne rendez-vous avec le tome 14 : "L'aéroschtroumpf" !

A Schtroumpf !

Les P'tits Schtroumpfs - Peyo
Read more

Thorgal - Tome 7 : L'Enfant des Etoiles - Rosinski & Van Hamme

June 9 2017 Published on #Bande-dessinée

La série de BD Thorgal est décidément une oeuvre bien étrange ! En tout cas atypique ! Elle mêle en effet mythologie nordique, dieux, démons, fées bref fantastique et Science-fiction !

Dans le tome 7 intitulé "L'Enfant des Etoiles", le scénariste et papa de Thorgal revient sur les origines - et l'enfance - du héros au cours de trois récits respectivement de 10, 18 et 20 planches, toutes publiées, entre 1981 et 1983, dans divers numéros de Super Tintin, la revue des Editions du Lombard puis dans cet album en 1984, chez ces mêmes éditions !

Dans le premier récit, "Le Drakkar perdu", on assiste à la découverte du "radeau" dans lequel se trouve un bébé, en réalité une sorte de capsule venue des étoiles ! Mais cela, Leif Haraldson et ses hommes, qui font la découverte, et à la limite du naufrage, ne peuvent le savoir ! Le chef viking, déjà en opposition à Gandalf le fou qui convoite sa place, décide d'appeler le nourrisson du nom de Thorgal Aegirsson !

Le second récit, "Le métal qui n'existait pas" est en quelque la première aventure chronologique dans al vie de Thorgal qui a alors 6 ans ! Parce que le roi des Nains a perdu une partie d'échecs contre le serpent maléfique Nidhogg, il risque aussi de perdre son nom si il ne confectionne pas au gagnant un bijou dans le "métal qui n'existe pas" ! Le Nain Tjahzi, se mets alors en recherche de ce métal à travers le vaste monde et a mille ans pour le trouver ! Alors que le délai touche à sa fin, il tombe sur le jeune Thorgal qui possède un curieux bijou autour du cou ! Les deux êtres devenus compagnons et amis vont alors rapporter le métal, croiser le géant Hjalmgunnar, , les chats ailés de Frigg ou les serpents-vampires ! On a bien là un échantillon du côté baroque - et déjanté quelque part ! - de cette BD !

Le troisième et dernier récit, , "le Talisman", se passe alors que Thorgal a 10 ans et se mets à la recherche d'un "dieu" pour lui poser la question de ses propres origines -qui l'a déposé dans le "radeau" ? On assiste alors à la rivalité entre Xargos et Varth, respectivement grand-père et père de Thorgal, depuis les étoiles ! Je n'en dirais pas plus pour ne pas déflorer la surprise !

Il y a aussi un côté merveilleux et onirique à toutes ces histoires ! en effet, le second et le troisième récit se concluent sur l'image de Thorgal enfant comme s'éveillant d'un rêve ! Pourtant, certains indices ne trompent pas !

Une série assez différente de XIII, l'autre succès de Van Hamme, ce qui montre bien le talent de cet auteur !

Bref, c'est brillant et assez original ! J'aime beaucoup cette série et devrait me résoudre à enchaîner plus rapidement la lecture des différents tomes ! Mais que voulez-vous, il y a tant à lire, voir, écouter !

A bientôt !

Thorgal - Tome 7 : L'Enfant des Etoiles - Rosinski & Van Hamme
Read more

Star Wars - Clone Wars - Tome 8 : Obsession

June 5 2017 Published on #Bande-dessinée, #Comics, #Star Wars

Le texte défilant de La Revanche des Sith sous-entends que, durant la Guerre des Clones, il y a "des héros dans les deux camps" ! Par héros, il ne vaut pas entendre forcément "motivés par des intentions louables" - des gentils quoi ! - mais plutôt des champions, au sens grec "des dieux et des héros". Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker font partie de ces héros dans le camp de la République et Asajj Ventress et le chasseur de prime Durge des mêmes dans le camp des Séparatistes !

L'intérêt d'Obi-Wan pour Ventress tourne à l'obsession dans cet album - d'où son titre "Obsession" - et Maitre Kenobi, persuadé que l'élève de Dooku n'est pas morte, se lance à sa recherche ! Sa traque le mène d'abord sur la planète Trigalis, un monde de mangroves, sur la Bordure Extérieure ! Là il soumet à la question un Xist, un seigneur du crime falleen local ! Kenobi obtient alors une info comme quoi les Séparatistes veulent assassiner une femme d'affaire de Corellia ! Il se pourrait que Ventress soit l'assassin et donc, le temps de récupérer Anakin, qui se repose avec Padmé sur Naboo, les deux Jedi se rendent à Maramère, dans le Secteur de Karthakk, au devant du yacht de la personnalité !

Mais Ventress ne sera pas présente et ils devront affronter un autre sbire de Dooku, le redoutable Durge qui semble invincible ! Pourront-ils le terrasser ! Nos deux héros vont utiliser une méthode radicale !

Puis la piste mène à Boz Pity, cimetière d'une race de géants, où les flottes de la République et des Séparatistes s'affrontent ! C'est là que Obi-Wan et Anakin, accompagnés d'autres Jedi du Conseil, retrouveront la trace de Ventress - et du Général Grievous ! Le destin de l'assassin apprentie Sith semble alors scellé ! Pourtant attendez-vous à un épilogue étonnant !

Voilà ! Tout ceci est bien évidemment "Légendes" ! Le destin véritable de Ventress vous est en réalité narré dans le roman canon Sombre apprenti  - dont il sera question une autre fois - dès que je l'aurais lu !

Le récit principal de ce tome 8 de Clone Wars est signé Haden Blackman et Brian Ching ! Il est complété par une aventure plus courte et plus classique, "Ils étaient frères..." qui raconte une aventure de concert entre Kenobi et son "frère" Skywalker, toujours durant la Guerre des Clones !

Quant à nous, nous nous approchons lentement mais sûrement de la conclusion de cette série puisqu'il ne nous reste que 2 tomes à chroniquer - très bientôt !

A bientôt justement !

Star Wars - Clone Wars - Tome 8 : Obsession
Read more
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>