Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #erotique tag

Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo

June 11 2017 Published on #Bande-dessinée, #Erotique, #Coups de coeur

Un ex-libris érotique est un tiré à part destiné aux livres licencieux ! C'est aussi le nom d'une série de bandes-dessinées érotiques, Ex-libris eroticis - dont chaque album compile des récits courts sans lien entre eux - de Massimo Rotundo.

Présentons d'abord l'auteur, Massimo Rotundo,  artiste italien qui s'inscrit dans la veine d'un Milo Manara ou d'un Magnus ! Il est né à Rome en 1944 et a fait l'Académie des Beaux-Arts dont il conserve un pseudonyme de peintre, Max Grecoriaz. Il fait ses débuts dans la BD en collaborant à Lancio Story et Skorpio, deux hebdomadaires pas à proprement parlé versés dans l'érotisme mais néanmoins avec de belles pin-ups en couvertures !

Rotundo apporte très tôt une touche de sensualité féminine dans ses BD. il se fait remarquer avec la publication de Il Pescatore - Le Pêcheur de Brooklyn - dans le prestigieux mensuel de BD, Orient-Express, en 1983, sur un scénario de Ricardo Barreiro - et traduit et publié en France par Glénat ! Ce premier succès est destiné à un public adulte et est bien dans l'esprit des années 1980, de RanXerox  ou de Judge Dredd, avec une humanité qui a atteint le point de non-retour, écologique, politique et social Son héros pêche des crocodiles mutants dans la baie de New York pour nourrir sa femme Marilyn.

Parmi les autres oeuvres de Rotundo, à la même époque, on a Il Detective senza nome, un polar en noir et blanc au temps de la Prohibition, écrit par Luigi Mignacco, jeune scénariste des publications Disney ! Là encore traduit en France sous le titre Pas de pitié pour le privé chez L'Echo des Savanes ! Il y eut aussi un récit rétrofuturiste, scénarisé par Giuseppe Ferrandino, I Padroni del silenzi - Les Maîtres du silence, en 1985 pour le mensuel Comic Art !

Rotundo passe ensuite à l'érotisme à proprement parlé avec sa série - toujours pour Comic Art et toujours avec Ferrandino, en 1987, intitulée Sera Torbara. Cette série est publié en France par le groupe Dargaud mais  Georges Dargaud vend alors sa maison d'édition au groupe Ampère, qui en raison de son militantisme catholique, retire vite fait la série de Rotundo - ainsi que la Druuna de Serpieri ! - de son catalogue !

Voici venir ensuite les Ex-libris eroticis ! Ces albums contiennent des récits courts qui évoquent les curiosa, les anciens romans de pornographie clandestine ! L'ex-libris, apposé dans un livre indique qui est son propriétaire et augmente potentiellement sa valeur !

Le premier tome d'Ex-libris eroticis contient cinq nouvelles érotiques ! Celle qui ouvre le recueil porte le même titre que l'album et est une sorte de mise en abyme où un collectionneur d'images érotiques - tandis que sa femme le trompe ! - contemple les nombreuses estampes et vignettes qu'il possède ! D'une certaine façon, l'épouse infidèle se mêle aux personnages des images et se confondent ! On a des références par ailleurs à des artistes japonais, Kitagawa Utamaro et Suzuki Harunobui, tous deux de l'époque Edo connus pour leur "mages du monde flottant" ! Une allusion aussi au Français Edouard Henri-Avril, artiste de la seconde moitié du XIXème siècle, aussi spécialisé dans la gravure érotique et qui a illustré Salammbô de Flaubert et Gamiani ou deux nuits d'excès, un roman licencieux de Musset ! Enfin, le collectionneur a les traits de - et manie un ouvrage de -  Gabriele d'Annunzio, en un hommage appuyé !

Dans le second récit, "97 promesses d'amour", il est question d'une femme frigide et de zoophilie !  Mademoiselle Halebas " a quitté Montbéliard" pour un lieu retiré et veille à l'éducation de ses trois nièces qu'elle confie à Mademoiselle Marguerite, une jeune institutrice qui a un fort penchant pour les amours saphiques et va "initier"/ pervertir selon le point de vue les trois jeunes demoiselles ! Mademoiselle Halebas sévit et fait prendre l'institutrice par son danois, doté "d'attributs si impressionnants qu'ils auraient fait envie à un homme" ! Marguerite va ensuite se venger en découvrant le secret de la femme frigide et en utilisant à son tour le chien qui va délivrer à sa maîtresse les "97 promesses d'amour" !

Le récit suivant , "Gymnase audace" contient peu de bulles et se déroule, comme son titre l'indique, dans un gymnase où une jeune femme vient trouver le couple de professeurs de gymnastique pour une longue séance de bondage où s'enchaînent les positions et les postures les plus improbables !

La quatrième histoire, "Sens de l'observation" raconte l'existence d'un jeune homme qui se passionne précisément pour l'observation celle de ses contemporains, pour la botanique, pour la photographie érotique ou pour la pratique de la lunette astronomique ! Mais Miro ne fait pas que regarder les étoiles car il mate aussi en cachette sa belle voisine d'en face dont il est secrètement amoureux ! Hélas, il découvre que celle-ci a un amant - ce qui déplaît aux deux frères de la belle qui ont jurer à leur père sur son lit de mort de protéger l'honneur de leur soeur, et savent jouer du couteau !  L'amant finit par être trucidé par les deux gars et Miro forcé d'épouser la belle pour sauver l'honneur de celle-ci ! Ce qui ne lui déplaît pas au fond !

Tous ces récit,vous l'aurez remarqué, se déroulent dans la seconde moitié du XIXème siècle et le début du XXème siècle ! C'est encore le cas du dernier récit, "28 centimètres" (mais de quoi s'agit-il ?) qui, outre qu'on y croise vite fait Marcel Proust, mets en scène un jeune Pablo Picasso, désargenté, dans sa "Période Noire" et dont, au début du récit, n'arrive pas à vendre ses toiles, à Madame Gregoriaz, une bourgeoise qui trouve obscène ses représentations de taureaux possédant des femmes, dans un style cubique ! Mais Picasso, qu'on savait très porté sur la chose, aura sa revanche car la bourgeoise obtue a vent de l'existence d'un certain "Minotaure", un homme aux forts attributs virils, au masque de taureau et qui sait honorer ces dames ! Madame Gregoriaz aura recours au service de cette "bête" dont l'identité la surprendra ! Vous aurez évidemment compris de qui il s'agissait !

Tout cela est paru aux Editions L'Echo des Savanes et chez Albin Michel donc ! Ces histoires ont été prépubliées à l'origine, en Italie dans la revue Diva, dans Playmen, puis dans Blue ! Lors de la parution en France, à l'époque, en 1987- 1988,  L'Echo et Albin Michel étaient dans le collimateur de la censure derrière Charles - " La Pudeur" - Pasqua, ministre de l'Intérieur et son "exposition de l'horrible" ! On mis alors les revues sous plastique et on y adjoignit des autocollants " plus de 18 ans" ! La censure a un peu reculé depuis - notamment avec internet ! - mais peut toujours faire son retour à tout moment ! Restons vigilants contre ceux qui veulent limiter - au delà même du plaisir des autres ! - la liberté d'expression !

A bientôt !

Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo
Ex-libris eroticis - Tome 1 - Massimo Rotundo
Read more

Chiara Rosenberg - Baldazzini & Pes

April 22 2017 Published on #Bande-dessinée, #Erotique

Chiara Rosenberg est un album de bande-dessinée érotiques, scénarisé par Celestino Pes et Roberto Baldazzini, paru en 2003 aux éditions La Musardine puis plus tard dans la collection "Erotix" de Delcourt !

Qui est Chiara Rosenberg ? C'est la fille d'un riche industriel juif qui a fait chavirer le coeur et a épousé Angelo Ferri, un écrivain à succès timide. Leur relation est complexe car pour compenser sa timidité, l'écrivain pratique la domination dans ses rapports sexuels avec sa femme, laquelle est soumise !

Mais un jour, Chiara rencontre Michel, un jeune photographe qui va l'idolâtrer ! Dès lors, les rapports s'inversent et de maso, Chiara devient sado avec Michel ! Pour ma part, le sadomasochisme, ce n'est pas trop ma "tasse de thé" et c'est pourquoi, j'ai très moyennement apprécié cet album ! Outre le fait que se retrouver tout nu à égorger des poulets frise le ridicule pour moi, certaines de ces pratiques peuvent se révéler dangereuses !

C'est le hic dans cet album ! Car la pulsion de mort n'est jamais loin ! Chiara, à plusieurs reprises, rêve de "démolir" Michel et à un autre moment, Angelo,en colère, boxe littéralement sa femme !

Qui Chiara va-t'elle choisir entre le sadique et la masochiste ? L'amant ou le mari cocu ?

Le scénariste est donc Celestino Pes, né à Parme en 1958. Il a commencé sa carrière dans l'industrie musicale, produisant artistes et concerts jusqu'en 1994. Puis, Fancisco Coniglio, un éditeur de BD qui partage sa passion pour la musique, lui propose d'écrire des textes pour la revue Blue.

Blue est une revue érotique italienne, fondée en 1991, à une date où les fumetti per adulti voient leurs ventes fortement baisser ! Elle se pose en  "revue de résistance intellectuelle et érotique". C'est d'abord un mensuel puis in bimestriel ! Y participeront Manara, Serpieri ou Casotto pour les Italiens et des étrangers tels que Ralph Konig, Wolinski ou Pichard.

Pour Blue, Celestino Pes va donc concevoir articles puis des histoires. Il crée pour cette revue Chiara Rosenberg et récidivent en 2002 avec Inès la fille gonflable, la gloire puis la décadence d'une jeune femme.

Roberto Baldazzini est né à Modène la même année que Pes, soit en 1958. Il découvre très tôt - à huit ans en fait ! - la bande-dessinée érotique avec Satanik de Magnus puis réalise ses premiers récits en images à 14 ans. N'ayant pas accès à des cours de dessin, il expérimente et se rallie à la Ligne Claire de Saint-Ogan ou Hergé ! Avec une différence par rapports aux aplats de Hergé, la présence d'ombres !

Finalement, Baldazzini accède à l'Académie des Beaux-Arts et co-fonde le fanzine Pinguino avec Daniele Brolli qui scénarise Les Aventures d'Alan Hassad, la première BD de Baldazzini, qui parait dans le magazine Orient-Express.

Puis à la disparition d'Orient-Express en 1985, notre dessinateur publie pour l'autre magazine Comic Art. Sa production non-érotique parait dans le même temps en France chez les Humanoides Associes puis chez Albin Michel. C'est donc au début des années 1990 que Baldazzini travaille pour Blue et s'oriente vers l'érotisme !

Retrouvailles de Baldazzini et Brolli en 1996 sur Trans/Est, une histoire avec des "femmes membrées", goût pour les transexuelles qu'il réaffirmera par la suite dans  Casa HowHard à la fin des années 1990. Le succès est au rendez-vous pour Baldazzini qui se fera même connaître Outre-Atlantique !

Le sado-masochisme est à l'oeuvre dans Chiara Rosenberg avec notamment le motif des accoutrements militaires ! En effet,  après la Seconde Guerre mondiale, il était de coutume de retrouver dans certains fumettis des récits de tortionnaires nazis brutalisant de pauvres prisonnières - un peu limite comme fantasme ! Mais bon, dans ce domaine...

Voilà, la lecture de cet album est laissé à votre appréciation et même si le dessin très "clair" et coloré de Baldazzini est assez réjouissant, je suis beaucoup^plus mitigé sur le reste ! En effet, cela ne correspond pas à mon registre habituel de fantasmes ! Bref...

A bientôt !

Chiara Rosenberg - Baldazzini & Pes
Chiara Rosenberg - Baldazzini & Pes
Read more

Histoires inavouables - Ovidie & Jérôme d'Aviau

March 20 2017 Published on #Erotique, #Bande-dessinée, #Coups de coeur

Histoires inavouables est un album de bande-dessinée érotique, publié en 2013 par Delcourt suite au succès d'un premier album - d'auteurs différents mais dans le même registre - Premières fois ! On trouve dans ce nouvel album une dizaine d'histoires courtes - faites pour émoustiller le lecteur - ou la lectrice - et qui sont l'oeuvre d'Ovidie au scénario et de Jérôme d'Aviau au dessin - lui déjà présent sur Premières fois  - dont je vous parlerais une autre fois !

Pour commencer, disons d'abord qui est Ovidie ! C'est une femme aux multiples talents, auteur, scénariste, ancienne actrice porno et réalisatrice de films X - elle est aussi une féministe revendiquée qui milite pour une sexualité épanouie pour tous et toutes, loin de la production porno bradée sur le net ! Elle est née Eloise Becht le 25 août 1980 et a choisi son pseudonyme d'après la rate Ovidie dans la BD Destin farceur de Ptiluc ! Des études de philo lui valurent le titre de l'"intello du porno" ! Elle a publié un manifeste féministe intitulé Porno Manifesto ou elle lutte contre les clichés et la domination masculine dans le milieu du X ! Sa réalisation la plus notable dans ce domaine est le film de 2000, Orgie en noir, inspiré d'un film américain des années 1960, lui-même tiré d'un roman d'Ed Wood. Enfin, Ovidie a aussi tourné dans des films plus traditionnels comme La nuit des horloges de Jean Rolin.

Jérôme d'Aviau - dont j'apprécie le dessin aux lignes très épurées, en noir & blanc et assez agréable ! - est né le 2 novembre 1970. Il a débuté par une carrière de graphiste dans le jeu vidéo dans les années 1990. Puis, il se lance dans un blog de BD, Poipoipanda, puis publie dans les magazines Psikopat  et Tchô. Il contribue en 2007 à la réalisation en tant que dessinateur, de la BD Nous n'irons plus ensemble au Canal Saint-Martin qui vise à expliquer la Shoah aux enfants. Il est également impliqué sur le feuilleton en bande-dessinée Les Autres gens, initié par le scénariste Thomas Cadène ! Enfin, il participe à la demande de l'éditeur Delcourt, en 2008 et 2013, aux deux albums Premières fois et Histoires inavouables.

Que sont donc ces Histoires inavouables ? Dans "L'inconnue du Lyon-Paris", deux inconnus se donnent rendez-vous dans un train afin de se livrer à des jeux sexuels avant de se séparer pour ne plus jamais se revoir. Dans "Brandon", un serial-dragueur emmène deux filles chez lui en pensant que la nuit sera chaude mais se fait bien rouler !

Dans "Metrosexuelle", Jolène, une étudiante américaine se procure du plaisir dans le métro parisien en frottant son entrejambes partout ! Dans "Tel est pris..." un couple s'essaie à l'échangisme mais le mari va se révéler jaloux alors que c'était sa femme qui était d'abord réticente ! Voilà pour quelques unes des historiettes dont certaines sont basées sur des expériences vécues par Ovidie ! Lesquelles ? On ne sait pas !

La technologie est au coeur de "Sexting", d'après la pratique éponyme qui consiste à envoyer à ses amants/maîtresses des photos de soi nu(e), via téléphone portable, assorties de commentaires bien salaces ! Hélas, l'héroine se trompe ici de destinataire à sa plus grande confusion !

Dans "Franche amitié virile", une soirée film X entre deux potes dérape en jeux homosexuels, une manière pour Ovidie de dénoncer l'homophobie encore très présente dans nos sociétés si on en juge par l'hypocrisie de la "Manif pour tous" !

Le safe-sex est à l'ordre du jour dans les récits d'Ovidie - dont l'usage du préservatif n'est qu'un des aspects ! Capote anglaise de rigueur donc, aussi bien dans les productions Dorcel que dans les histoires "A la Belle Etoile" où une femme mure se fait lutiner par le fils de sa meilleure amie, dans "Tel est pris..." dont il est question plus haut ou enfin dans "Raziel" du nom du bulldog qui a avalé la capote utilisée par l'amant et animal auquel la femme est obligé de promener pour faire ses besoins afin que son mari ne découvre le pot aux roses !

Il y a aussi la nouvelle "Déjeuner dominical" où on voit que ça trompe et couche à tout-va dans les familles entre beau-frère et belle-soeur n'en déplaise au patriarche !

"Coincée" enfin où une nana voulant se donner du plaisir en solitaire est bien embêtée lorsqu'elle coince son sex-toy improvisé dans son intimité !

Un très bon album, très varié, avec des traits d'authenticité ! Très réjouissant en fait ! Merci Ovidie !

A bientôt !

Histoires inavouables - Ovidie & Jérôme d'Aviau
Histoires inavouables - Ovidie & Jérôme d'Aviau
Histoires inavouables - Ovidie & Jérôme d'Aviau
Read more

X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara

December 24 2016 Published on #Erotique, #Comics, #Bande-dessinée, #Coups de coeur, #Marvel

Milo Manara a le don pour dessiner des femmes terriblement sexy et séduisantes - toute en paraissant réelles ! J'ai déjà eu l'occasion sur ce blog de parler du maitre de l'érotisme italien. En 2010, par le biais de l'éditeur italien Panini Comics, Manara va réaliser une collaboration avec Marvel !

Les super-héroïnes sont souvent dessinées comme des fantasmes pour geek - retranscrites soit comme d'éternelles adolescentes soit comme des bimbos à forte poitrine ! Les X-Women figurent parmi les femmes les plus belle de la Maison des Idées ! Milo Manara allait pouvoir se faire la main sur elles !

L'album X-Men : Jeunes filles en fuite est le produit de cette collaboration de Manara ! Mais il fallait un scénariste à la hauteur ! Ce fut la légende Chris Claremont - à qui on doit les épisodes mythologiques des X-Men dans les années 1980 qui s'y colle ! Claremont a mis de la distance avec Marvel en 1991, sorte de "divorce" - mais il est revenu en 1998 - pour notre plus grand plaisir !

L'histoire racontée ici tourne autour de six héroïnes : Malicia, Tornade, Shadowcat, Rachel Summers, Emma Frost et Psylocke. L'une d'elle est kidnappée et ses amies vont se lancer à sa rescousse : solidarité féminine oblige ! Nos X-Women vont se retrouver à Madripoor, l'île criminelle fictive en Indonésie et devoir contrecarrer les plans de la Baronne qui veut précipiter un conflit entre la Chine et l'Inde pour s'enrichir dans la vente d'armes ! L'équipe de sauvetage se retrouve un temps privée de ses pouvoirs mais ne se laisse pas abattre pour autant !

Evidemment, le grand plus de cet album n'est pas le scénario - même si il est correct ! - mais le graphisme, la plastique irréprochable, mise en valeur par le dessin de Milo Manara ! On ne trouvera pas d'actes sexuels ou de vue coquines explicites mais pas mal de situation suggestives ! Il s'agit de faire fantasmer le mâle moyen au final ! C'est comme toujours avec notre dessinateur très efficace ! Très réussi sur le plan visuel !

Voilà, je vous recommande la lecture de cette curiosité qui s'intègre parfaitement dans l'œuvre de Manara ! Je vous parlerais prochainement du Déclic 3 et/ou de Candide Caméra !

A bientôt et en vous souhaitant un joyeux Noel 2016 !

X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara
X-Men : Jeunes filles en fuite - Chris Claremont & Milo Manara
Read more

Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo

December 22 2016 Published on #Bande-dessinée, #Erotique

Bang Bang - Tome 1 : " La Fiancée d'Al Capone" est le premier album, daté de 1998, d'une série de BD érotico-humoristique scénarisée par Carlos Trillo et dessinée par Jordi Bernet.

Don Salvatore, un mafieux de New York, se rends compte un jour que "les danseuses, les filles de vestiaire et les putes, c'est bon pour la baise" mais pas pour "se caser" et fonder une famille ! L'"Irlandais" va alors l'entremettre avec la belle et volcanique Cicca, laquelle est toujours accompagnée de sa bonne maman ! Dès lors, cela devient une obsession chez Don Salvatore qui va jusqu'à interrompre plusieurs fois son homme de main Zosimo avant la conclusion d'actes sexuels, le pauvre ayant alors les bourses prêtes à exploser ! Gag récurrent !

Mais en réalité, il y a entourloupe ! En effet,  La Cicca a un passé criminel à Chicago, la ville où tout le monde l'appelle Bang Bang. Danseuse de cabaret, elle gagnait son pain avec son cul et semble avoir sur ce plan là un appétit d'ogresse et être infatigable au point d'épuiser ses partenaires à la chaîne ! Mais un jour, elle tombe amoureuse d'un photographe qui la demande en mariage ! Elle accepte mais les deux vont alors voler une très grosse somme d'argent à Al Capone avant de convoler ! Ils sont alors obligés de se travestir et de fuir à New York où la Cicca ne tarde pas à remettre à profit ses talents corporels !

Bang Bang est une véritable bombe sexuelle qui en réalité manipule les hommes - tout en en tirant plaisir et profits d'une manière assez ingénue ! Elle les mène par ce qui leur sert de baguette sous leur pantalon.

A New York, Capone va retrouver la trace de la belle nymphomane et les morts se succèdent - la série virant au "tragique" dans la joie et la bonne humeur ! Le ton est assez grivois et on évitera tout puritanisme devant des mots comme "baiser", "enculer", "salope", "couilles" ! Cela reste bon enfant ! Contre toute attente, Capone se laissera attendrir par la Cicca et la jeune femme déclenchera une guerre des gangs par amour : le "Massacre de la Saint-Valentin" !

Travestissements, mafieux amoureux, massacre de la Saint Valentin, tout ceci ne sera pas sans évoquer aux plus avertis d'entre vous le film de Billy Wilder de 1959, Certains l'aiment chaud !

Quelques mots sur le dessinateur maintenant ! Son trait parait simple mais est en réalité très travaillé, la page étant pensé dans sa composition d'ensemble ! Cet album est par ailleurs en noir & blanc - ce qui rends bien ici ! Donc Jordi Bernet est né à Barcelone, en Catalogne, en juin 1944. Son propre père était déjà dessinateur de BD en signant Miguel Bernet avant  de signer Jorge et de se lancer dans le dessin humoristique. Le paternel avait combattu dans les troupes républicaines contre Franco durant la Guerre d'Espagne, puis se réfugia en France après la défaite. Il revient clandestinement dans son pays natal et illustre des BD d'aventures à partir de 1942. Il passe à la BD humoristique dès 1947. Il meurt prématurément à 38 ans, en 1960.

Son fils Jordi doit subvenir aux besoins de sa mère et de sa soeur et devient lui aussi dessinateur de BD et, alors qu'il n'a pas 20 ans, reprends la série humoristique de son père, Doria Urraca, l'histoire d'une petite vieille acariâtre. La bande-dessinée et le roman, chez les Bernet, c'est "une affaire de famille" !

Les premières bandes-dessinée de Jordi Bernet apparaissent en France en 1963, avec la série Pancho, un western. Par la suite, l'artiste affine son style - jusqu'à la série Bang Bang à la fin des années 1990.

Pour terminer, signalons le rôle de la revue Penthouse - le magazine de charme - et Penthouse Comix dans la publication de Bang Bang. Penthouse Comix  fut publié entre 1997 et 2011 en Espagne - la version espagnole comptant 108 numéros contre seulement 31 aux Etats-Unis ! Le succès du titre s'explique sans doute par la chape de censure qui fut levé après la fin du régime de Franco, un vent de liberté se mit à souffler ! Penthouse Comix  publia du matériel espagnol, italien - dont Milo Manara - et américain !

Voilà, je vous dis à une prochaine fois pour l'analyse du tome 2 !

A bientôt !

Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo
Bang Bang - Tome 1 - Jordi Bernet & Carlos Trillo
Read more

Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne

October 30 2016 Published on #Erotique, #Bande-dessinée, #Coups de coeur

Erma Jaguar est une héroïne et une trilogie de bandes-dessinées érotiques d'Alex Varenne, publiée entre 1988 et 1992. Je vous ai déjà parlé du tome 1, retrouvons la suite de ce conte érotique dans le tome 2.

Il s'agit d'un récit onirique. Erma - pour Hermaphrodite - est une jeune femme qui rêve secrètement d'être un homme. Elle est un androgyne - en référence au Mythe de Platon ! Elle parcourt la ville la nuit à bord de sa Jaguar... Cette BD, c'est un peu l'emblème de la vie libertine qui a vu le jour dans les années 1980 - 1990 : échangisme, voyeurisme, exhibitionnisme, parties fines et bisexualité.

Qui est Erma Jaguar ? Un homme ou une femme ? Difficile à dire car Varenne ne nous laisse jamais voir son entrecuisses ! Elle reste un mystère, de même que ses motivations ! Elle commence - dans ce tome 2 - une nouvelle virée nocturne entre parkings souterrains glauques - lieux du "sexe furtif" - et les fastes du Château de Versailles - et la Chambre de la Reine !

D'abord, Erma donne une bonne leçon à un vieux pervers qui recours aux services tarifées d'une "occasionnelle" qui n'a pas trop de choix et oblige le bonhomme, pris à son propre jeu, à lui pratiquer une fellation ! Puis, elle s'amuse avec un cadre en informatique, repartant avec ses vêtements et l'abandonnant habillé en femme sur le bord de la route !

A une fête de mariage, Erma fait la rencontre de Nina, sosie de la Cicciolina, et aux moeurs aussi libérées ! Nina n'a pas froid aux yeux et excite les foules de mâles en s'exhibant au risque de se faire violer ! Erma, notre héroïne, lui sauve plus d'une fois la mise !

Puis, Erma et Nina retrouvent Charlotte - la jeune femme du tome précédent - dont c'est en réalité le mariage ! Mais Nina fait tourner la tête au mari et celui-ci fini par "honorer" la belle délurée - avec l'aide d'un comparse car elle est gourmande - sous le grand escalier de Versailles ! La pauvre Charlotte joue très bien l'éploration et se console une fois de plus dans les bras d'Erma ! Puis, c'est le temps de se réveiller !

Les albums d'Erma Jaguar  sont la seule série sur la longueur d'Alex Varenne - plus habitué aux récits érotiques one-shot ! Sur les conseils de George Wolinski, Varenne se lance dans la BD érotique. A la fin des années 1980, Alex cesse sa collaboration avec son frère Daniel, scénariste de la série culte Ardeur. Ne pas dessiner de femmes le frustrait énormément ! Avant Erma Jaguar, son premier album de BD érotique sera le recueil d'histoires courtes, Carré noir - référence au Carré blanc qui agrémentait alors, dans les années 1970 et 1980, les films jugés trop violent ou érotiques à la télévision !

Cela reste une bonne BD  - érotique donc - qui allie plaisir, désir et esthétisme !

A bientôt !

Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne
Erma Jaguar - Tome 2 - Alex Varenne
Read more

Pinocchia - Leroi & Gibrat

September 18 2016 Published on #Bande-dessinée, #Erotique, #Coups de coeur

Pinocchia est un album de bande-dessinée érotique publié en 1995, aux Éditions Albin Michel, dans leur collection "L’Écho des Savanes" ! C'est une œuvre qui parodie le conte de Pinocchio et qui est ici scénarisée par Francis Leroi et dessinée par Jean-Pierre Gibrat.

Si le dessin avait été confié dès le départ à Gibrat, les premières ébauches du scénario furent entre les mains de Jean-Luc Fromentin. Mais Hervé Desinge, le directeur en chef de "L’Écho des Savanes" trouva dès les premières pages les développements narratifs de celui-ci peu satisfaisants ! Ce fut alors Francis Leroi qui repris le projet !

Francis Leroi, né en 1942 et décédé en 2002, était un cinéaste et producteur de films érotiques et pornographiques français. Il fréquenta les auteurs de la Nouvelle Vague et réalisa un court-métrage sur le tournage d'Alphaville de Jean-Luc Godard. Étudiant en philosophie à la Sorbonne, sa thèse fut refusée au motifs qu'elle portait sur les œuvres du Marquis de Sade.

Jean-Pierre Gibrat est l'un des plus grands dessinateurs réalistes français. Il dessine des personnages féminins de toute beauté, généralement des jeunes femmes brunes inspirées de l’héroïne de La Bicyclette bleue de Régine Deforges ! Il utilise la peinture acrylique notamment à partir du diptyque Le Sursis, publié chez Dupuis à partir de 1997. C'est aussi un coloriste de génie !

Gibrat débuta sa carrière en collaborant avec différents scénaristes, notamment avec Dany Saval, la femme de Michel Drucker pour illustrer Les Aventures de Zaza, la chienne emblématique du couple ! Puis ce furent des collaborations avec Dominique Leguiller et Daniel Pecqueur (Mission au Guatemala et Marée Basse).

Le dessinateur est né en 1954 à Paris, une "enfance banlieusarde et sans histoires" ! Élevé dans une famille de militants gauchistes, il obtient un bac de philosophie. Il étudie ensuite le graphisme publicitaire puis s’inscrit à l'université en Arts plastiques. Mais il interrompt ses études et se lance dans la BD ! Sa première BD professionnelle parait dans Pilote en 1977 puis c'est la série Goudard en 1979 dans Charlie Mensuel sur un scénario de Jackie Berroyer ! Les séries les plus fameuses de Gibrat sont surtout Le Sursis, Le vol du corbeau et Mattéo, les deux première séries se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale !

Le personnage de Pinocchia et dans la même mesure celui de Pinocchio s'inscrivent dans une longue tradition qui part du Mythe de Pygmalion - le roi de Chypre tombant amoureux de sa propre sculpture - à L'Homme au Sable d'E.T.A. Hoffmann !

Un jour, Galipettoi, un vieux garçon qui fabrique des jouets en bois, parce qu'il souffre de solitude, décide, sous l'influence d'un miroir magique de concevoir une jeune femme en bois ! Celle-ci prends vie et le vieux bonhomme est alors interné pour "détournement de mineure" ! Pinocchia se retrouve alors toute seule et rencontre le beau Lorenzo, un playboy milliardaire, dont elle tombe amoureuse et qu'elle ne cessera de poursuivre de ses assiduités !

Il y a au chapitre des références parodiées du conte de Carlo Collodi, les deux filous, ici, Renardo et Catho, le directeur du cirque, ici Mangechatte et la "Baleine" qui est un sous-marin russe transformé en lupanar ! Autre détail amusant , ce n'est pas le nez de Pinocchia qui s'allonge lorsqu'elle ment mais ce sont ses seins qui gonflent !

La parodie qui est ici faite de Pinocchio s’inscrit par ailleurs dans une tradition, celle de Cendrillon tombant la culotte face au prince charmant, de Blanche-Neige partouzant avec les sept nains entre autres ! L'Américain Wallace Wood donna au genre ses plus belles pièces ! Citons aussi les publications de Paul Krassner où les titres des Éditions Elvifrance !

Pour en revenir à notre album du jour, Gibrat reste amer au sujet de Pinocchia, comme il le confia en 2002 au journaliste belge Thierry Bellefroit : "L'idée de départ n'était pas mal mais cela n'a pas atteint ce que cela aurait pu être.".

Cela demeure néanmoins une lecture plaisante avec de très beaux dessins, une héroïne naïve et craquante et des traits d'humour par-çi par-là !

A bientôt !

Pinocchia - Leroi & Gibrat
Pinocchia - Leroi & Gibrat
Read more

Le Parfum de l'invisible - Tome 1 - Milo Manara

August 14 2016 Published on #Erotique, #Coups de coeur, #Bande-dessinée

En 1985, deux ans après l'énorme succès du premier tome du Déclic, Milo Manara se lance dans une nouvelle série érotique ! Il publie un récit d'abord intitulé Le Parfum de Béatrice, puis finalement rebaptisé Le Parfum de l'invisible, en avant-première dans la nouvelle formule de L’Écho des Savanes. Cette histoire émoustillante donnera ensuite cours à deux albums puis une intégrale chez Albin Michel et Glénat !

Le Parfum de l'invisible mets en scène la jolie Miel - qui fera une apparition par la suite dans Le Déclic 2 ! Un professeur de physique a inventé une pommade spéciale qui, lorsqu'on s'en enduit, vous rends invisible ! Il veut ainsi épier son amour d'enfance - amour non réciproque ! - la belle Béatrice d'Altavilla, une jeune danseuse qu'il prends pour une sainte mais qui est en réalité une sacrée délurée ! Miel, dans ce schéma, est la secrétaire de Béatrice !

C'est un album de BD érotique dont le thème central est le voyeurisme - ce qui tombe assez bien car les héroïnes de Manara sont des exhibitionnistes patentées ! Voir sans être vu tel est le pouvoir de Caramel, surnom de notre physicien !

Depuis qu'il a acquis son pouvoir particulier, notre voyeur va vouer une véritable fascination envers les femmes et lui, le puceau, être initié par Miel ! Dès lors, il vénérera les "chattes" et ne sera pas loin de la perversité ! Michel Foucault, le philosophe, avait très bien montré que le sexe était un enjeu de pouvoir ! Ne dit-on pas qu'il mène le monde !? On trouve par ailleurs dans ce récit des allusions au célèbre tableau de Gustave Courbet, L'origine du monde, ainsi qu'à des mythes grecs dont le mythe d'Antiope et de Jupiter ! Du cul donc mais aussi du cul-turel ! Du sexe intellectualisé en tout cas ! N'est-ce pas cela au fond le voyeurisme ?

Mais dans cette histoire de voyeurisme, on notera que les sens sont sans dessus dessus ! Le voyeur nous vois mais nous on ne peut le voir ! Seul Miel connaît son secret puisqu'elle le surprends se badigeonnant de pommade dans la chambre de Béatrice au début de l'album ! Il y a un déplacement de la vue vers l'odorat - l'odeur de caramel de la pommade ! - et le goût - celui de l'intimité de Miel aux saveurs de ... Miel !

Quelques scènes d'anthologie enfin dont Miel pratiquant une fellation à un homme invisible sur une scène improvisée devant une assistance médusée !

Et les sublimes dessins de Manara servent toujours aussi bien le récit !

A bientôt !

Le Parfum de l'invisible - Tome 1 - Milo Manara
Le Parfum de l'invisible - Tome 1 - Milo Manara
Read more

Les 110 pilules - Magnus

August 6 2016 Published on #Erotique

Magnus est le pseudonyme de Roberto Raviola, un "érotomane chic et choc" né à Bologne en 1939 et décédé en 1996, à l'âge de 56 ans. Il n'a pas seulement produit des bandes-dessinées érotiques mais est surtout connu pour cet aspect de son travail bien que longtemps resté dans l'ombre d'autres maîtres du genre tel Guido Crepax ou Milo Manara dont j'ai déjà parlé sur ce blog ! Cet aspect de son travail lui a apporté la reconnaissance tardive du public !

Magnus débute sa carrière professionnelle en 1964 avec les séries Criminal, Satanik puis Alan Ford, toutes coécrites avec Max Bunker. Il a participé de fait à l’émergence d'un nouveau style de BD parti d’Italie, les fumetti neri ou bandes-dessinées noir, une industrie qui produira toutes sortes d’œuvres dans les années 1960 de plus ou moins bonne facture !

Notre auteur participe ainsi à l'aventure des éditions italiennes Erregi puis Edifumetti, crées à partir de 1972 par Renzo Barbieri et Giorgio Cavedo et dont la filiale française, dirigée par Georges Biellec, s'appelait Elvifrance ! Magnus dessine notamment quatre récits érotiques autonomes, réédités en 2011 dans un seul volume par les éditions Delcourt sous le titre L'internat féminin et autres contes coquins qui mets en scène un malade mental qui prends la place du docteur dans un pensionnat de jeunes filles !

Entre 1977 et 1979, animé depuis toujours d'une passion pour l'Orient, Magnus suit une troupe de théâtre en Asie mineure. De retour en Europe, Jean-Pierre Dionnet publie, en tant que rédacteur en chef de Métal Hurlant, le récit de notre auteur intitulé Les Brigands, dans les pages de son magazine. Mais seul le succès d'estime étant au rendez-vous, Magnus retourne à ses premières amours, l'érotisme en petit format et publie la série Necron, l'histoire d'une femme nécrophile qui se fabrique un zombie, qui le fera connaître une première fois du public français. Un peu plus tard, l'artisan des fumetti se lance dans la création des 110 pilules, pour L’Écho des Savanes, et qui parait dans la revue en 1983, son unique best-seller !

Les 110 pilules est une "relecture infidèle" d'un célèbre roman chinois, le Jin Ping Mei, composé sous la dynastie Ming, et précisément du passage qui s'intéresse à l'addiction au sexe du marchand Hsi-Men-Cheng ! C'est un roman anonyme, du XVIème siècle donc ! Magnus comprend vite qu'il tient enfin là le sujet de sa vie. Le roman dont est tiré la BD est une sorte de Kama-Sutra chinois, d'une taille considérable, composé de dix chapitres et de plus de 1800 pages, paru dans La Pléiade en deux volumes !

L'histoire du Jin Ping Mei se passe au XIIème siècle et mets en scène Ximen Qing (Hsi-Men Cheng dans la bande-dessinée) et ses six femmes. La trame du récit s'inspire d'un autre célèbre roman chinois, Au bord de l'eau, à ceci près que Jin Ping Mei contient de nombreuses scènes de sexe - au total soixante-douze scènes ! Dans Au bord de l'eau, Ximen est brutalement tué en plein jour par Wu Song, le beau-frère de Jinlian (Lotus d'or dans la BD), qui a empoisonné son époux, tandis que dans Jin Ping Mei, c'est Ximen qui s'est chargé d'empoisonner l'époux. Dans le roman ce dernier succombe à une overdose d'aphrodisiaques administrés par Jinlain afin de pouvoir faire l'amour avec lui tant et plus !

Dans la BD, Les 110 pilules, le riche marchand Hsi-Men Cheng a reçu d'un moine un cadeau incomparable : 110 pilules qui décuplent la force sexuelle ! Toutefois, il est recommandé de n'en prendre qu'une à la fois et seulement durant la pleine lune. Mais notre marchand est un libertin et se laisse aller à une frénésie de sexe avec ses six épouses (Dame Lune, Tournesol, Œil de Neige, Tige de Jade, Lotus d'Or et Madame P'Ing) et des prostituées ! Il se noie véritablement dans les plaisirs de la chair ! La morale est que plus on tire sur la chandelle, plus on vit une existence de plaisirs intenses voire de débauches, plus cette vie se raccourcit et à la fin du tome, Hsi-Men Cheng est véritablement bien malade et passe rapidement de vie à trépas à seulement 41 ans ! Les dernières pages sont édifiantes à cet égard !

Cette BD connut donc un vif succès ! Du point de vue de la technique, Magnus est un adepte de la "Ligne claire" qui fait notamment que les traits de contour sont de la même épaisseur peu importe que l'on se trouve au premier ou au second plan de l'image. Il n'use également pas de niveaux de gris ! Chez lui, c'est noir ou blanc ! Et oui, cette BD, je n'ai pas précisé, est en Noir & Blanc ! L'artiste figure avec une élégance inouïe les pénétrations et autres fellations sur papier glacé, ce qui lui valut d'être censuré en Italie où on "éteint pudiquement la lumière" sur les scènes jugées trop explicites !

Par la suite, Magnus s'est lancé dans un autre projet malheureusement inachevé car trop ambitieux, l'adaptation en grand format de sept vieux contes chinois, Femmes Envoûtées. Durant les sept dernières années de sa vie, Magnus réalise 223 planches de la série italienne de western Tex qui ne seront publiées en France qu'en 2014 !

Il y a eu une suite aux 110 pilules, intitulé La Fleur du Lotus et réalisée par George Pichard, qui parait en 1987 et qui est tombée aux oubliettes ! En effet, le style de Pichard y étant trop différent de celui de Magnus, on peine à reconnaître les personnages dont Lotus d'or ! L'histoire de cette suite est centrée sur cette dernière, peu après la mort de Hsi-Men Cheng, et véritable personnage central de Jin Ping Mei. La cinquième femme du marchand s'amourache de l'un de ses gendres, provoque l'ire de Dame Lune et connaîtra une fin brutale par son beau-frère Wu-Song, le frère de son premier mari assassiné !

Pour conclure, Les 110 pilules est vraiment une très belle création, magnifiquement illustrée, avec un très beau texte et hautement érotique ! A lire pour tous les amateurs de ce genre car c'est dans ce domaine un incontournable !

A bientôt !

PS : les informations de ce billet proviennent du dossier de fin de tome de l'album de Magnus dans l'édition Hachette : "Les Grands Classiques de la Bande-Dessinée Érotique" ! Dossier dont les auteurs ont fait un excellent boulot et dont j'ai fait plus haut la synthèse !

Les 110 pilules - Magnus
Les 110 pilules - Magnus
Read more

L'Amour propre - Martin Veyron

July 23 2016 Published on #Bande-dessinée, #Erotique

L'Amour propre ne le reste jamais très longtemps est une BD érotique de Martin Veyron, la seule dans sa bibliographie à vrai dire ! L'album est sorti en 1983 - d'abord dans une version censurée - et s'est vendu à plus de 250000 exemplaires !

Un homme rencontre une authentique grafenbergienne - autrement dit une femme-fontaine - qui l'initie à la recherche du point G chez sa partenaire ! Dès lors, l'homme n'aura de cesse de retrouver ce corpuscule riche en terminaisons nerveuses chez d'autres femmes et enchaîne les expériences !

Ainsi, il tombe sur Hélène, la femme d'un ami, qui l'entreprend sauvagement ! Plus tard, une adolescente un brin allumeuse voudrait qu'il l'initie ! Notre héros du quotidien n'en a pas fini avec la sexualité ! Surtout que le sexe normalement, ça "sert à faire des enfants..." ! Il se mettra en couple avec sa grafenbergienne et aura une petite fille avec elle !

Ce récit est une histoire d'amour et de sexe à la limite du marivaudage et a fait les beaux jours de la nouvelle formule de L’Écho des Savanes, lancé en 1984, deuxième formule restée célèbre avec ses "Sales Blagues" de Vuillemin et "Le Strip-tease des copines" !

L'Amour propre a par ailleurs été adapté au cinéma en 1985 ! Ce n'est ni un film pornographique, ni une comédie grasse, plutôt une comédie sentimentale ! Ce film s'est monté sous l'égide de Claude Zidi et, sans être un énorme succès, se révèle rentable à la fin de son exploitation en salles !

Parlons de l'auteur, Martin Veyron, maintenant ! Il est né en 1950, à Dax, grandit dans la quartier de Montparnasse, au sein d'une famille de "bourgeois déclassés" ! Le jeune Martin est élevé chez les jésuites et en même temps, lit Tintin, Spirou et Pilote ! En 1974, il sort diplômé des Arts déco et l'année suivante, fonde avec le dessinateur de bande-dessinée Jean-Claude Denis l'agence d'illustration et de graphisme Imaginon !

En 1977, Martin Veyron publie sa première BD, Bernard Lermite dans L’Écho des Savanes première formule, journal fondé à l'époque par Marcel Gotlib, Nikita Mandryka et Claire Bretecher qui ressemble aux publications de la presse underground américaine ! La série Bernard Lermite est la chronique du quotidien d'un personnage sans attaches presque un parasite, qui s'accroche ! Il y aura sept albums de ses "aventures" qui préfigurent L'Amour propre !

Puis, entre 1979 et 1983, Martin Veyron se marie et a un fils, ce qui ne l'empêche pas d'aborder la question du sexe ! Dans ce bonheur familial en effet, il a "envie d'un album un peu hard" ! Il dessine alors L'Amour propre et donne ses traits au personnage principal car il ne "se voyait pas dessiner la bite d'un autre" ! Cet album marque un tournant !

Il faudra attendre sept ans pour que sorte la BD suivante, ...donc Jean, sur Dom Juan, qui reçoit un accueil critique glacial et ne marche pas ! Martin prend alors ses distances avec le milieu de la BD et sort son premier roman, Trémolo Corazon, qui ne marche pas beaucoup mieux ! Il revient à la BD en 1998 avec Cru bourgeois qui renoue avec ce qui a fait son succès, la chronique sociale et pince-sans-rire ! En 2001, enfin, il reçoit le Grand Prix de la ville d'Angoulème !

Cette histoire de point G dans L'Amour propre est ce qu'Alfred Hitchcock appelait un "MacGuffin" un accessoire qui n'est là que pour faire avancer l'histoire, un prétexte ! Par ailleurs, au départ, ce récit érotique devait s'intituler Le Mystère du point G mais Veyron finit par trouver ce titre ridicule et opta pour celui que l'on sait. Un titre final à double sens, selon la formule de Woody Allen : "L'amour peut-il être sale ? Quand,c'est bien fait, oui." Le point G était censé mettre fin à la domination de l'homme sur la femme, selon les féministes, celle-ci pouvant dès lors se passer de la pénétration masculine et se stimuler par elle-même... Vaste débat parmi les sexologues et depuis Freud !

A bientôt !

L'Amour propre - Martin Veyron
L'Amour propre - Martin Veyron
Read more
1 2 > >>