Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #litterature etrangere tag

L'Homme au sable - E.T.A. Hoffmann

April 14 2017 Published on #Fantastique, #Littérature XIXéme, #Littérature étrangère

Si on veut remonter aux origines de la littérature fantastique, on doit passer par Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley mais il y a une autre référence reconnu, ce sont les contes d'E.T.A. Hoffmann !

L'Homme au sable est un récit de 1817, paru à l'origine dans le recueil des Contes nocturnes. Une certaine lecture freudienne peut s'appliquer aux récits fantastiques et en particulier à L'Homme au sable. Ces histoires reposent d'une part sur ce que le psychiatre viennois  appelait "L'inquiètante étrangeté" où quand les éléments du quotidien prennent une teinte inhabituelle ! Mais d'autre part, il y  ale traumatisme dans l'enfance du héros du récit, le très tourmenté Nathanaël !

L'Homme au sable est donc un conte ! Nathanaël a été marqué dans l'enfance par l'avocat Coppelius, un ami de son père auquel il attribue la mort de ce dernier ! Le jeune homme identifie de plus l'homme de loi à l'Homme au sable, une sorte de croquemitaine qui menace de lui arracher les yeux !

L'angoisse du principal protagoniste de ce conte resurgit lorsqu'il voit arriver en ville l'opticien ambulant du nom de Coppola qu'il confond avec Coppelius.

Se faisant voyeur, Nathanaêl achète une longue-vue à Coppola pour épier Olympia, la fille de son professeur de physique, Spalanzani dans la maison d'en-face.

On voit ici l'importance du regard - qui évalue le monde - et des apparences ! Olympia est en réalité un automate conçu par Spalanzani avec l'aide de Coppelius ! La folie guette Nathanaël et seule Clara, sa fiancée, pourrait le ramener à la raison !

L'intrigue est assez alambiquée et compliquée me direz-vous ! Je trouve aussi ! Mais c'est sans doute pour faire partager au lecteur la confusion du héros du récit !

Il est donc aussi question d'alchimie et de la fascination pour les automates !

J'ai étudié, pour ma part, ce texte en études littéraires, en littérature comparée et avait même produit un exposé dessus - qui doit encore traîner quelque part ? Du côté d'inlibroveritas !

A bientôt !

L'Homme au sable - E.T.A. Hoffmann
Read more

Ce vain combat que tu livres au monde - Fouad Laroui

March 19 2017 Published on #Littérature XXIème, #Littérature étrangère

Ce vain combat que tu livres au monde est un roman du marocain Fouad Laroui en prise direct avec l'actualité puisque c'est le récit d'une Radicalisation.

Malika et Ali sont deux Français d'origine marocaine qui forment un couple heureux et qui décident un jour de vivre ensemble . Seulement voilà, Ali est informaticien de haut niveau et doit partir pour un contrat avec Dassault sur Toulouse ! Hélas, son nom est biffé de la liste des spécialistes ! Est-ce parce qu'il est d'origine arabe, parce que son cousin Brahim fréquente une mosquée douteuse ? Quoi qu'il en soit, le jeune homme va très mal le vivre, tomber dans la dépression et donc la radicalisation, briser son couple et partir rejoindre DAESH !

La thèse de l'auteur serait que le monde arabo-musulman est dans une sorte de phase dépressive, une perte de repères et donc influençable ! On a par ailleurs droit à de longs exposés sur la situation des Arabes depuis la Grande Guerre, spoliés par les Accords Sykes-Picot qui bafouèrent la promesse de Lawrence d'Arabie de fonder une grande nation arabe ! Est aussi évoqué la fin du panarabisme avec la mort de Nasser et le démantèlement du parti Baath et de l'administration sunnite au début des années 2000 par Bush Jr. et ses hommes de terrain, sunnites qui allaient donner les cadres de DAESH ! Et évidemment, le problème qui dure depuis 1948 entre Israël et Palestiniens !

L'avantage de ce livre est de confronter les discours et il apparaît clairement que la religion n'a rien à voir avec les visées de DAESH, ce n'est qu'un prétexte ! La rancoeur domine et les recrues de cette secte sont davantage des individus en "perte de repère" - comme le monde musulman mentionné plus haut, des jeunes de banlieues rejetés par la société occidentale qui se rêve un destin et que des gourous manipulateurs, les imams salafistes, recrutent  ! On voit enfin qu'il est important de ne pas pratiquer l'amalgame - comme Ali évincé parce qu'Arabe - sous peine de précipiter ces gens dans les bras des intégristes !

Au final un roman qui fait réfléchir, qui est une longue descente aux enfers, absurde et barbare, et qui ne peut que mal se terminer !

J'en recommande vivement la lecture !

A bientôt !

Ce vain combat que tu livres au monde - Fouad Laroui
Read more

La maison dans les roseaux - Ueda Akinari

October 11 2015 Published on #Littérature étrangère

Nous allons aujourd'hui parler de littérature japonaise avec Ueda Akinari dont Wikipédia nous apprends qu'il est la plus grand auteur de ce pays du XVIIIème siècle ! Il eut une vie romanesque, fils de courtisane, commerçant, élève d'un philosophe, médecin, quasiment aveugle à la fin de sa vie.

Ueda Akinari est le précurseur d'un genre nouveau, le Yohimon dont son Contes de pluie et de lune en est une incarnation. C'est un recueil de neufs contes fantastiques dont le Folio à 2 euros N°5797, "La maison dans les roseaux" nous en livre quatre sur les neuf !

On peut ainsi lire "Le rendez-vous aux chrysanthèmes", "La maison dans les roseaux", "Carpes telles qu'en songe..." et "Le chaudron de Kibitsu". Je ne détaille pas ces contes pour vous en laisser la surprise !

Mais toutefois, il est notable que ces contes sont vraiment spécifiques de la culture japonaise et ne pourrait pas avoir été écrits ailleurs ! Ils se déroulent dans le Japon féodal ! On retrouve donc des bushi et des shoguns, le code de l'Honneur... A côté de cela, à côté de la guerre - très présente, il y a son inévitable pendant, la mort, à travers deux sous-thématique : les fantômes et les esprits vengeurs (dans trois des quatre nouvelles ici !) et la réincarnation (ici en animal, conformément aux religions de l'Asie).

Les fantômes - comme les démons, renards ou blaireaux - sont les maîtres de l'illusion qui trompent - et parfois, ils se vengent aussi !

C'est un texte plaisant et exotique - accompagné des nécessaires pages de notes pour mieux contextualiser ! En un mot, c'est dépaysant ! Et cela fait du bien de découvrir les "classiques" d'autres cultures, expérience que je compte bien renouveler !

A bientôt !

La maison dans les roseaux - Ueda Akinari
Read more

La joueuse de go - Shan Sa

March 11 2015 Published on #Littérature étrangère

La joueuse de go est un roman de Shan Sa, auteure d'origine chinoise, née en 1972 et s'étant exilée suite aux évènements de Tian An Men en 1990. Elle compose ici, dans ce récit Prix Goncourt des Lycéens en 2001, son troisième roman, l'histoire de deux êtres, une jeune fille Mandchoue et un sous-officier japonais durant l'occupation de la Mandchourie dans les années 1930 par un Empire du Soleil Levant impérialiste, dominé par l'armée et expansionniste !

La narration est alternée, un coup, la jeune fille s'exprime puis c'est le militaire japonais, à tour de rôle comme dans une partie de go !

La jeune fille découvre les premiers émois de sa jeunesse, dans un Nord de la Chine occupé. Elle fréquente et côtoie deux étudiants révolutionnaires, Min et Jing, et connait de nouvelles expériences. C'est aussi une joueuse passionnée et chevronnée de go, ce jeu de pions où il faut encercler les pions de l'adversaire.

Le jeune militaire connait la dure carrière des soldats japonais, formaté par la propagande, subissant les privations et prêt à se sacrifier pour sa Patrie. Il ne connait les femmes qu'à travers les prostituées des bordels de la troupe. C'est dans un de ces lieux - servant dans la réalité de bases arrières à des réseaux d'espions - qu'un officier supérieur va lui demander de se rendre en civil sur la place des Mille-Vents pour espionner les Chinois qui jouent au go !

C'est donc sur cette place des Mille-Vents que nos deux personnages vont se rencontrer, se jauger, s'affronter... S'aimer ?

Une histoire écrite comme un haïku, avec des chapitres brefs et des phrases courtes. Une bonne surprise avec une fin réussie et logique, lecture dépaysante qui nous emmène dans une culture plurimillénaire !

A bientôt !

La joueuse de go - Shan Sa
Read more

L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage - Haruki Murakami

January 19 2015 Published on #Littérature XXIème, #Littérature étrangère, #Coups de coeur

Les romans d'Haruki Murakami sont empreints d'une certaine poésie et d'un certain mystère. Murakami est l'écrivain des potentialités non-exploitées, des voies de traverses et des récits de vie !

L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage s'inscrit dans ce sillon. On y suit un homme de l'âge de ses 20 ans jusqu'à ses 36 ans dans des récits de plusieurs périodes en parallèle : sa jeunesse et le temps présent.

Tsukuru formait avec quatre amis - deux garçons et deux filles - un petit groupe soudé du temps du lycée. Ses amis avaient des patronymes contenant des noms de couleurs. Il y avait Rouge, Bleu, Blanche et Noire. Mais lui, "Tsukuru" signifiait celui qui "construit des choses" et était "l'incolore" et se sentait de ce fait vide. Un triste jour, il se retrouva exclu - traversa une période de dépression consécutive - et cela continua à lui peser sur le coeur !

A la demande de sa petite amie Sara, Tsukuru va tenter d'élucider le mystère - la raison - de cette séparation et renouer contact avec ses amis. Il apprendra qu'un des membres du groupe avait alors porté d'horribles accusations contre lui. Cette personne était-elle dérangée psychologiquement ? C'est l'hypothèse du roman ! Ou bien comme le pensera plus tard, Tsukuru, avait-elle voulu faire imploser le groupe précocement présentant que cela finirait par arriver !

Ce roman est donc un récit de vie, sur les relations entre les êtres, sur les choix que l'on fait et que l'on ne fait pas, sur les voies non-prises, sur la façon dont on se construit et se perçoit !

Un très bon roman ! Toutefois, le reproche que l'on pourrait faire, le défaut que l'on pourrait trouver est que certaines questions posées par la narration reste sans réponse - y compris après la dernière page ! C'est au lecteur de compléter selon sa vision du monde ! Ce n'est pas vraiment une faiblesse mais cela pourra gêner certains lecteurs !

J'adore Haruki Murakami - je ne vous le cache pas ! J'avais déjà beaucoup aimé les trois tomes de 1Q84 !

A bientôt !

Read more

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda

January 3 2015 Published on #Littérature étrangère

Partons cette fois pour une destination exotique, le Pérou et la forêt amazonienne et le petit village d'El Idilio, dans ce roman de Luis Sepulveda, Le vieux qui lisait des romans d'amour, en 1992.

Le roman raconte l'affrontement entre un homme, Antonio José Bolivar, et un ocelot et fait à cette égard penser à Le vieil homme et la mer d'Ernest Hemingway. Pourtant le propos est différent et il ne s'agit pas ici de lutter contre l'adversité que de protéger la nature des ravages de l'homme ! De plus, le héros de Sepulveda, rompu aux techniques des "sauvages" est moins démuni que le personnage d'Hemingway !

Ce roman reçu un très bon accueil à sa sortie remportant aussi bien le prix populaire des Relais H que l'élitiste Prix France Culture ! Il est vrai que le récit résonne avec des combats de l'époque, le chef Raoni, le chanteur Sting et la défense du poumon de la planète, l'Amazonie.

Mais l'Amazonie, ce ne sont pas que des millions d'espèces végétales et animales méconnues mais aussi des peuples indigènes qui possèdent un savoir - par exemple médical - et des traditions, des légendes uniques, vivant en harmonie avec la Nature.

Ce savoir, l'auteur, Luis Sepulveda, ami de Chico Mendes, le grand partisan de la cause écologiste assassiné par des crapules, le connait bien ! Né au Chili en 1949, emprisonné puis contraint à l'exil sous la dictature Pinochet, il a parcouru l'Amérique latine et vécu en Amazonie parmi les indiens Shuars - dont les Jivaros sont la forme "corrompue" au contact des Espagnols ! Le héros du roman a suivi une trajectoire similaire. Ayant atteint le Chili, Antonio José Bolivar se lie avec les autochtones Shuars et apprends d'eux les "règles" innombrables et complexes de la forêt.

Cela va lui servir le jour où une ocelot - dont un gringo a tué les petits - laisse une trace sanglante, faite de colons éviscérés sur ses pattes ! L'antipathique et imbécile maire d'El Idilio - la Limace - recourt au service du "Vieux" pour traquer l'animal !

Ce récit est teinté d'exotisme, de descriptions précises et authentiques ! Mais ce n'est pas un exotisme raffiné fait de colliers de fleurs et de Ukulélé mais de cadavres dévorés par les vers et de squelettes nettoyés par les fourmis ! La mort, la puanteur, la corruption des Blancs, la malaria rôdent !

Ce roman est un plaidoyer pour appeler à respecter la Nature, à sauvegarder des savoirs ancestraux qui risquent de disparaitre, entrainant notre propre disparition ! Ce roman date de 1992 mais son propos n'a jamais été aussi actuel !

Donc tant sur la forme que sur le fond, Sepulveda fait mouche !

Et les "romans d'amour" me direz-vous, c'est le secret du "Vieux", il aime lire les romans d'amour. En fait, c'est pratiquement le seul autre accès - biaisé - qu'il a - avec son quotidien dans la jungle et, à El Idilio - avec la Nature Humaine ! Or ce dépaysement par les livres ne coïncide pas avec la cruauté des colons. C'est en quelque sorte un contrepoint narratif et un élément comique !

Excellente - mais courte et intense ! - lecture !

A bientôt !

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda
Read more

Les tribulations d'un lapin en Laponie - Tuomas Kyrö

October 21 2014 Published on #Littérature étrangère, #Littérature XXIème

Voici le premier roman d'un journaliste et écrivain finlandais - Tuomas Kyrö - qui signe avec Les tribulations d'un lapin en Laponie, en 2012, une sorte de conte de fée moderne mettant en scène un expatrié roumain, optant pour la mendicité - sous l'emprise d'un infâme mafieux russe - afin de réaliser le rêve de son existence : offrir des chaussures de foot à Miklos, son fils adoré.

Dit comme cela - le roumain mendiant, le russe mafieux, on semble dans le cliché ! C'est délibéré de la part de l'auteur qui prend ces "codes" à contretemps pour mieux s'en jouer et les démonter ! Car notre SDF va échapper à sa "condition", trouver un lapin blessé et s'enfuir en Laponie pour ramasser des baies et des airelles. Le récit a donc un côté résolument burlesque, tout en étant à la fois bucolique.

Le roman présente par ailleurs la société finlandaise où le capitalisme le dispute à la Nature. Notre héros va de rencontre en rencontre : une petite fille dans un hôpital, un employé de l'agence pour l'emploi, un restaurateur vietnamien, un couple d'ermites attaché à la modernité etc... Ces personnages secondaires sont introduits l'un après l'autre comme un jeu de domino et permettent à l'auteur de libérer sa plume !

Vous l'aurez compris, le trait est un peu forcé mais, tout en étant dans l'exagération, le romancier aborde des questions graves et sérieuses : la liberté, la pauvreté, le racisme etc...

Enfin, et je n'avais pas "percuté" au premier abord, ma connaissance des auteurs nordiques étant assez limitée- et se limitant à Selma Lagerlöf et Stieg Larssen - mais le roman sur notre "lapin" est à hommage au Lièvre de Vatanen d'Arto Paasilinna. C'est d'autant plus évident après coup que le héros de Kyrö se nomme Vatanescu, sorte de figure paasilinnienne roumanisée !

C'est drôle, ça fait réfléchir bref c'est à lire car cela allie l'utile à l'agréable !

A bientôt !

Les tribulations d'un lapin en Laponie - Tuomas Kyrö
Read more

Canada - Richard Ford

September 6 2014 Published on #Littérature étrangère

Richard Ford est un écrivain américain contemporain de renom, à l'écriture ciselée, précise et évocatrice. Avec Canada, il évoque, à travers Dell Parsons, son narrateur de 15 ans, l'adolescence d'un personnage qui va perdre son innocence suite à un délit commis par ses parents, "fuir" au Canada - franchissement de frontière ! - et aller à la rencontre de son nouveau destin.

Le livre s'organise en trois parties.

Dans un premier temps, les Parsons, sont une famille vivant à Great Falls dans le Montana. Il y a les parents et les deux jumeaux, la fille Berner et Dell le garçon. Le père, Bev, au ancien de l'US Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale - l'intrigue se déroule durant l'année 1960 - se livre à des magouilles, vends de la viande abattue illégalement, et acculé par ses complices indiens, est poussé à braquer une banque et entraine sa femme dans cette "aventure" fatale !

Les parents sont ensuite arrêtés et, tandis que Berner fugue, Dell est conduit par Mildred, une amie de sa mère, chez le frère de celle-là, Arthur Remlinger qui tient, avec son amie Florence La Blanc, un hôtel, le Leonard, au Canada. C'est l'objet de la seconde partie.

Mais Arthur a du sang sur les mains, ayant dynamité des années plus tôt un syndicat, ce qui a provoqué "accidentellement" la mort d'un homme. De nouveaux meurtres vont être commis et Dell va y être mêlés : fin de l'innocence !

La troisième et dernière partie se passe de nos jours ! Dell est un vieux professeur de Littérature, étudiant Au coeur des ténèbres et Gatsby le magnifique, des histoires de chute et fait le parallèle avec sa propre vie ! Ce sont des chapitre là encore introspectifs sinon conclusifs. C'est une histoire de pêché originel et d'errance de la lignée des descendants.

J'aime beaucoup le style de Ford, qui évoque des petits détails qui semblent à priori inutiles mais qui eu delà de la technique littéraire du XIXème siècle du "petit fait vrai" permettent d'aérer le texte et lui donne son rythme !

Les lecteurs ont reconnu la qualité de ce roman qui a reçu le Prix Fémina Étranger 2013 !

A bientôt !

Canada - Richard Ford
Read more

L'Oeuf de Dragon - 90 ans avant le Trône de Fer - George R.R. Martin

July 20 2014 Published on #Heroic-Fantasy, #Coups de coeur, #Littérature étrangère, #Littérature XXIème, #Nouvelles

George R. R. Martin a réussi un coup de maitre avec sa saga fleuve Game of Thrones. Le récit total devrait compter entre 7 et 8 gros volumes - regroupés chez nous en autant d'intégrales !

Cependant, il existe d'autres histoires mettant de côté Danaerys Targaryen, Jon Snow ou Tyrion Lannister puisqu'elles se déroulent des générations avant ! Ce sont des nouvelles - ou plutôt des novellas au vu de leur longueur dont L'Oeuf de Dragon fait partie.

Je dois dire que ce récit autour d'un tournoi de chevalerie - avec descriptions des atours et des qualités de chevaliers participants rappelant la Chanson de Geste - m'a particulièrement plu ! D'abord parce que les personnages sont attachants, bien caractérisés malgré leur nombre important. Ensuite, parce que les enjeux vont bien plus loin qu'un simple tournoi amical ! Et comme dans tout Game of Thrones, il y a du sang et des morts !

On suit le chevalier errant Duncan - en abrégé Dunk - qui parcourt les routes avec l'Oeuf - un jeune écuyer qui n'est autre qu'Aegon Targaryen que son père Maekar a confié aux soins du chevalier. Dunk va participer à un tournoi organisé par Lord Ambrose Beurpuits, sire de Murs-Blancs,qui marie sa fille à un Frey.

On a alors droit à toute une galerie de chevaliers, nobles ou errants, bien dessinés comme je l'ai dit et chacun avec ses motivations. Il y a ainsi Heddle le Noir, Alyn Chantecoq, Joffrey Caswell, Kirby Pimm, Lord Gormon Peake, Glendon Boule, Jehan le Ménétrier, Kyle le Chat, Uthor Enverfeuille parmi tant d'autres...

Mais en réalité, derrière le tournoi se profile un complot contre le Trône de Fer, occupé par Aerys Ier Targaryen. En arrière plan, pour expliquer cette machination, il faut savoir qu'il y a peu les Targaryen étaient divisés et se battaient pour le trône. Il y eut ainsi la Guerre du Dragon Rouge contre le Dragon Noir et Daemon Feunoyr, le Dragon Noir fut battu au champ d'Herberouge. Les rebelles furent ensuite soit exécutés, soit graciés, soit exilés. Or ils sont de retour !

Comment Dunk, le héros de ce récit, va-t-il se tirer de ce nid de guêpes ?

Bref, une histoire prenante qui de plus est bien écrite/traduite !

A lire particulièrement pour les inconditionnels de Game of Thrones !

L'auteur, George R. R. Martin prévoit d'écrire d'autres nouvelles sur Dunk et l'Oeuf !

En attendant qu'elles voient le jour, je vous dis à bientôt !

L'Oeuf de Dragon - 90 ans avant le Trône de Fer - George R.R. Martin
Read more

La saison de l'ombre - Léonora Miano

February 8 2014 Published on #Littérature étrangère

Si vous aimez les histoires qui finissent bien, ne lisez pas La saison de l'ombre de Léonora Miano !

L'auteure est née en 1973 à Douala au Cameroun où elle grandit avant de venir vivre en France en 1991. Ici, elle retrace une page noire de l'Histoire de l'Afrique. C'est une véritable tragédie qui mène à l'élimination planifiée de tout un peuple.

Au début du roman, on a un peu de mal à situer temporellement l'action. A quelle époque sommes-nous ? On le devine assez vite cependant.

Un drame a eu lieu au village Mulongo. Un incendie s'est produit au cours duquel dix fils et deux adultes ont disparus. On n'a pas retrouvé de corps ! Les mères des fils sont mises à l'écart pour ne pas contaminer le reste du village. Des mesures doivent être prises et sont prises.

Une galerie de personnages très étoffés : Mukano le chef, Mutango, son frère, Eyabe, une des dix mères, Mendene, le ministre des cultes, Ebese sa compagne et matronne, Ebesi, une autre mère éplorée, Ekélé, l'ancienne...

Ne tournons pas plus longtemps autour du pot, c'est de Traite transatlantique qu'il est question ici, traite pratiquée par des Africains au service des "hommes aux pieds de poule" contre d'autres Africains : les Côtiers et les Bwele contre les Mulongo, prise de guerre, captures.. ! Les conséquences tragiques d'un arrachement d'un peuple à sa terre, à ses racines et ses ancêtres. En Afrique, on ne mets pas tout par écrit comme en Europe et donc la transmission orale par les ancêtres est capitale !

Ce roman intéressant nous fait découvrir une culture, des rites, un vocabulaire loin de nous Européens.

Léonora Miano s'est beaucoup documenté, auprès de ses ancêtres et aussi notamment en lisant une enquête très sérieuse et non littéraire nommée La mémoire de la capture. Cela donne un récit prenant mais très souvent dur !

"La bibliothèque éclectique ", c'est aussi découvrir d'autres cultures !

A bientôt !

Read more
1 2 3 4 5 > >>