Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #litterature xxeme tag

Les Thanatonautes - Bernard Werber

May 8 2017 Published on #Science-fiction, #Fantastique, #Littérature XXème

Bernard Werber est un auteur populaire, une sorte de "Jules Verne contemporain", connu pour ses romans à succès ancrés dans la vulgarisation scientifique. Il est connu pour ses cycles de récits, principalement la Trilogie des Fourmis où beaucoup n'ont vu, à tort, qu'un simple récit entomologique alors qu'il s'agit d'un récit plus philosophique !

Les Thanatonautes fait partie d'une duologie - avec L'Empire des Anges - suivie plus tard par la Trilogie des Dieux. Un Thanatonautes est étymologiquement un "navigateur de la mort" - un explorateur d'un continent inconnu et terrifiant ! Ce roman est sorti en 1994, partiellement rédigé en "écriture automatique", confesse Werber - et s'inscrit dans une tradition ouverte 4 ans plus tôt, en 1990, par le film L'Expérience Interdite - avec une Julia Robert débutante - et qui nous montrait des étudiants en médecine se plongeant en état de mort simulée pour découvrir ce qu'il y a au-delà !

Evidemment, ce genre de protocole n'est pas sans risque ! Dans le roman de Werber, on va avoir trois temps ! Le temps des bricoleurs, le temps des pionniers et le temps des professionnels  - d'où Werber à tiré les titres des trois adaptations en BD de son roman, parues entre 2011 et 2013 !

On va voir une foule de personnages se presser dans Les Thanatonautes qui vont petit à petit repousser les limites et découvrir de nouveaux territoires ! Il y a Michael Pinson, le protagoniste central, Raoul Razorbak, Amandine Ballus, Felix Kerboz, Rose Solal, Freddy Meyer, le vieux de la montagne (si cher à Assassin's Creed) et d'autres !

Michael Pinson découvre la mort très tôt et elle l'intrigue. Il va faire des études de médecine et va étudier l'hibernation des marmottes avec Raoul Razorbak. Un événement survient lorsque le président français Lucinder vit une EMI (Expérience de Mort Imminente) et décide alors ensuite de financer la recherche sur les NDE (Near-Death Experience - vous savez la lumière au bout du tunnel !). Le roman traite donc d'un sujet on ne peut plus sérieux, "vitale", et plutôt déconsidéré !

La thanatonautique va exiger son tribut de vivants et un scandale éclate. Néanmoins une cartographie sommaire du  "continent des morts" est établie ! Je vous renvoie au jeu de rôle Wraith : Le Néant - et aux grandes religions, au Phédon de Platon aussi éventuellement !

Après le territoire bleu, s'étend le territoire noir, celui des ténèbres et de l'angoisse ! Ces territoires ont pour but de vous retenir dans l'au-delà ! Les thanatonautes, le franchir en ayant recours aux pratiques bouddhistes - d'où la spiritualité à "bon marché" des romans de Werber !

Quoi de plus puissant que l'angoisse, sinon que le plaisir sexuel et charnel ? Derrière le deuxième mur comatique, s'étend en effet le territoire rouge, l'ensemble se trouverait dans Sagittarius A, un trou noir !

L'opposition va alors apparaître sous le forme d'armées d'ectoplasmes et une guerre des religions va avoir lieu ! Freddy Meyer va constituer une armée ectoplasmique, l'"armée de l'alliance" ! En découleront des règles régissant le paradis.

Après la zone d'attente des ectoplasmes, s'étend la zone jaune ou la connaissance absolue ("délier son âme de son corps pour contempler la vérité ultime" clame la philosophie antique !). Puis, c'est la zone verte, celle de la Beauté idéale, par delà les Idées - Werber a bien retenu ses cours de philosophie de Terminale !

Toutefois, ce genre de voyage ne va pas plaire à certaines Autorités supérieures et transcendantes et l'équipe de thanatonautes, comble de l'ironie, meurt, façon Destination finale, dans un crash d'avion et les mémoires des gens concernant cette expérience de thanatonautique sont effacées ! L'Humanité n'est pas encore prête !

C'est globalement un bon roman d'un auteur qui est tombé ensuite dans la facilité ! A partir du Mystères des dieux et sa conclusion bancale - pas originale en tout cas et où la montagne accouche d'une souris ! - j'ai trouvé moins d'intérêt à le lire ! Y reviendrais peut-être un jour cependant ! De plus Werber a des idées, mais au niveau du style, on voit bien qu'il n'est pas de formation littéraire ! Journalistique à la rigueur !

A bientôt !

Les Thanatonautes - Bernard Werber
Read more

L'Âge d'homme - Michel Leiris

September 4 2016 Published on #Biographies, #Littérature XXème, #Essai

L'Âge d'homme est un récit autobiographique de Michel Leiris, rédigé entre 1930 et 1935 et publié en 1939 ! Dédicacé à Georges Bataille "qui est à l'origine de ce livre", L'Âge d'homme est l’œuvre majeure de son auteur !

Leiris est né en 1901 au sein d'une famille bourgeoise du XVIème arrondissement de Paris. Poussé par sa famille vers des études de chimie, le jeune homme se sent plus attiré par le milieu des lettres et de l'art et fréquente Max Jacob, André Masson et Picasso ainsi que les Surréalistes ! L'Opéra exerce aussi une certaine fascination sur lui, comme en témoigne son autobiographie pré-citée ! Il fut aussi diplômé de philosophie et s'intéressa au Jazz !

De 1929 à 1935, Leiris suit une psychanalyse sous la conduite d'Adrien Borel. Il ressent le besoin, pour la parachever, ou en constater l'échec, d'écrire une autobiographie: L'Âge d'homme. Cette première œuvre est ensuite prolongée par les quatre tomes de La Règle du Jeu, rédigés de 1948 à 1976.

Leiris est officiellement recruté, en 1931, avec l'appui de Georges Henri Rivière, directeur du Musée d'ethnographie du Trocadéro, par Marcel Griaule en tant qu’homme de lettres et étudiant en ethnologie faisant fonction de secrétaire archiviste de la Mission ethnographique, la "Mission Dakar-Djibouti". N'ayant pourtant pas de formation d'ethnologue mais s'intéressant au marxisme, il tient le journal de bord de cette mission, mais qui est surtout son propre journal de route, publié sous le titre de L'Afrique fantôme, dont la tonalité est de plus en plus personnelle et intime.

Je ne reviendrais pas sur cette "Mission Dakar-Djibouti" dont Michel Onfray a récemment montré qu'elle avait été pour Griaule et Leiris l'occasion de spolier sans vergogne, ni scrupules le patrimoine culturel des Africains !

Revenons maintenant à L'Âge d'homme ! C'est un récit dans lequel Leiris se livre sans rien nous cacher, un confession qui se défie du pudique ! Il y évoque des scènes fondatrices de son être : l'opération des amygdales, sa vie sexuelle, ses rapports avec sa famille etc... Dans une logique psychanalytique - tout en sachant que la psychanalyse à mis du temps à être reconnue en France durant la période de l'entre-deux guerres !

La liberté de ton dont use Leiris n'est pas sans rappeler l'absence de censure du discours analytique à laquelle le patient se prête durant la cure : l’Âge d’homme révèle ainsi les obsessions de l'auteur, morbides et sexuelles, avec une lucidité qui n'exclut pas l'autodérision.

Le texte se focalise surtout sur l'enfance et la jeunesse de l'auteur et se termine au moment où il pense avoir atteint l'"Âge d'homme", c'est à dire le moment de la naissance de sa vocation littéraire ! Leiris compare en outre ses expériences de vie précoces avec les figures mythologiques de Judith et Lucrèce !

Fin 1945 enfin, Leiris revient sur cette œuvre dans un court texte, De la littérature considérée comme une tauromachie, où il compare sa prise de risque dans la description autobiographique de son intimité à celle d'un torero lors d'une corrida. Pour ma part, n'étant pas adepte de la corrida, je reste assez insensible à cet éloge de la virilité !

J'ai, pour ma part étudié ce texte dans le cadre de mon cursus de Lettres dans un module sur "la famille en littérature" !

A bientôt !

L'Âge d'homme - Michel Leiris
Read more

Les Bonnes - Jean Genet

August 10 2016 Published on #Littérature XXème, #Théâtre

Jean Genet est un écrivain, poète et auteur dramatique français, né en 1910 et décédé en 1986. Par une écriture raffinée et riche, Genet provoqua maintes fois le scandale en exaltant notamment la perversion, le mal, l'homosexualité et l'érotisme ! Ses personnages, à l'image des deux sœurs de la pièce de théâtre Les Bonnes, sont marqués par l'ambivalence ! Par ailleurs, l'écrivain revendique une asocialité profonde et a connu la prison. Genet était clairement attiré par l'"Interdit" !

Les Bonnes est donc une pièce de théâtre de Jean Genet, écrite en 1947, tragique et violente - que pour ma part, j'ai étudié en 2007 lors de ma première année d'études de Lettres modernes ! Même si Genet le nie, on pourrait penser qu'il s'agit de la mise sur planches du fait divers des sœurs Papin, survenu quatorze ans plus tôt où ces deux femmes ont assassiné leurs patronnes ! Néanmoins, l'auteur reconnaît s'en être inspiré !

Les deux bonnes sont Claire, la plus jeune et la plus révoltée et Solange qui parait plus réservée. Elles sont au service de "Madame", une riche femme avec laquelle elles entretiennent une relation assez floue ! Le duo complote pour nuire à cette femme mais n'ose pas encore passer à l'acte !

Ainsi, plus tôt, elles ont rédigé une fausse lettre de dénonciation afin de faire emprisonner l'amant de Madame ! Puis elles tentent d'empoisonner leur maîtresse en lui faisant boire du tilleul ! Mais Madame ne boira pas la tasse fatale et lors de la scène finale, Claire se livre alors à un jeu de rôle où elle prends la place de Madame et boit réellement le tilleul empoisonné, mourant pour le coup pour de bon et assassinant ainsi symboliquement Madame !

Cette pièce - au propos malsain ! - est une parodie de pièce tragique où la Raison (Solange) s'oppose à la Passion (Claire) ! Mais en voulant tuer Madame, les deux sœurs ne se lancent-elles pas à la recherche d'elles-mêmes, elles simples employées de maison donc déterminée socialement !? Il ne s'agit pourtant pas, comme l'a précisé Genet, d'un plaidoyer pour les domestiques ! Il y a néanmoins une satire et une critique de la bourgeoisie du XXème siècle !

Cette pièce est en réalité une métaphore où les personnages s'effacent pour symboliser Raison et Passion ! Genet, par nature, était à l'origine hostile au théâtre et souhaitait s'éloigner des conventions classiques ! Cela explique peut-être - apr l'aspect anticonformiste de l’œuvre et le caractère sulfureux du dramaturge - que la pièce suscita de vives réactions d'hostilités à sa sortie ! Pour ma part, je n'en suis pas vraiment fan car je trouve Les Bonnes légèrement déprimante !

La pièce fut mise en scène par Louis Jouvet pour la première fois en avril 1947, au Théâtre de l'Athénée. On a tout de même reconnu la puissance dramatique des Bonnes !

A bientôt !

Les Bonnes - Jean Genet
Read more

La Mort à Venise - Thomas Mann

April 29 2016 Published on #Littérature XXème

Thomas Mann est un des plus célèbres écrivains allemands du XXème siècle, Prix Nobel de Littérature en 1929. Il est considéré comme un des écrivains de la décadence dans une Europe post-Première Guerre mondiale et où les nazis se hissent vers le pouvoir !

Cependant Thomas Mann refuse d'accepter cette décadence et s'opposera toujours à toutes les idéologies en "isme" comme celle promue par Hitler ! L'écrivain célébré s’érige en défenseur de la "bonne Allemagne" celle qui possède des valeurs positives !

Emigré en Suisse à partir de 1933, Thomas Mann n'adhère pas au nazisme, néanmoins - et cela fut longtemps un tabou pour ses admirateurs - il était antisémite et xénophobe !

Mort à Venise, nouvelle commencée en 1911 et publié en 1912, s'inscrit dans cette thématique de la décadence ! Ce récit est en partie autobiographique ! Cette nouvelle a inspiré plus tard un film (Visconti), un opéra et un ballet.

Gustav von Aschenbach est un écrivain de Munich reconnu (et anobli) dans la cinquantaine. Troublé par une mystérieuse rencontre lors d'une promenade, il part en voyage sur la côte adriatique et finit par aboutir à Venise, une ville dans laquelle il ne s'est jamais senti à l'aise. Dans son hôtel du Lido, Aschenbach découvre Tadzio, un jeune adolescent polonais qui le fascine par sa beauté. Il n'ose l'aborder et le suit dans la ville de Venise. Aschenbach, en proie à une sombre mélancolie et une sorte de fièvre dionysiaque, succombe à l'épidémie de choléra asiatique qui fait alors rage dans la ville. Il meurt sur la plage en contemplant une dernière fois l'objet de sa fascination.

C'est donc à la fois un récit sur l'art, le temps qui passe, la beauté et la mort ! Je l'avais d'ailleurs étudié dans le cadre d'un enseignement de littérature comparée sur le thème de la mort ! il y a de nombreuses références à la Grèce antique dans le récit, une époque où on pratiquait la pédérastie. De plus, c'est remarquablement bien écrit et cela se ressent même dans les traductions !

On peut aussi rapprocher ce texte de La Naissance de la Tragédie de Nietzsche en ce qui concerne le dionysiaque opposé à l'apollinien !

Je ne me livrerais pas à une analyse détaillée mais il y aurait beaucoup à dire de ce texte troublant ! Il est notamment disponible en recueil avec d'autres nouvelles du grand auteur !

A bientôt !

La Mort à Venise - Thomas Mann
Read more

La Symphonie pastorale - André Gide

April 15 2016 Published on #Littérature XXème

La Symphonie pastorale est un roman d'André Gide paru en 1919. C'est un roman très court et il m'a fallu moins d'une heure pour le lire à l'époque - environs 150 pages !

Le titre du roman vient de la Symphonie éponyme de Ludwig van Beethoven. C'est un roman qui n'a rien à voir avec la musique et qui raconte un conflit entre morale religieuse et sentiments !

Un pasteur recueille Gertrude, une jeune fille aveugle et dont la tante vient de décéder ! Elle se retrouve donc orpheline ! Le pasteur propose à la jeune aveugle de vivre avec lui et sa famille dans une petite chaumière, dans le Jura de Neufchâtel en Suisse.

Le pasteur tient un journal où il raconte l'éducation protestante qu'il prodigue à la jeune fille dont il fini par tomber amoureux. Mais Jacques, le fils du pasteur tombe également amoureux de Gertrude et celui-ci s'en rends compte et le chasse !

Puis Gertrude subit une opération qui lui redonne la vue ! Gertrude, qui était plus proche du pasteur quant elle aveugle, une fois la vue recouvrée, va tomber amoureuse de Jacques, le fils ! Mais entre temps, Jacques s'est converti au catholicisme, rompant d'autant plus avec son père, et est devenu moine !

Le pasteur avait protégé Gertrude durant toutes ces années ! Celle-ci pouvant à nouveau voir va voir le Mal et le Péché qui sont dans le monde et sombrer dans la folie et finir par se suicider !

Un film sur l'innocence et le désenchantement ! Il y a aussi dans ce roman un peu de l'influence de L’Émile, le traité d'éducation de Rousseau !

Une adaptation ciné a été réalisée en 1946 par Jean Delannoy avec Michèle Morgan dans le rôle principal !

A bientôt !

La Symphonie pastorale - André Gide
Read more

Chroniques martiennes - Ray Bradbury

January 31 2016 Published on #Littérature XXème, #Science-fiction

Revenons maintenant sur l'Âge d'Or de la Science-Fiction dans les années 1950 aux États-Unis. A cette époque, il était habituel de publier de courts récits - des nouvelles - dans des magazines bon marchés, des pulps et nombre d'auteurs prestigieux comme Isaac Asimov ou Ray Bradbury ont débuté comme cela !

Chroniques martiennes est donc un recueil de SF écrit par Ray Bradbury, publié pour la première fois aux USA en 1950. La plupart des récits ont en effet été composés entre 1945 et 1950 ! Chaque nouvelle, à laquelle est associée une date, raconte une histoire qui s'intègre à une histoire globale que l'on lit comme un roman !

Il y a une trentaine de nouvelles s'étendant de 1999 à 2026, commençant par l'arrivée des premières fusées terriennes. On découvre les autochtones et Mars apparaît un peu comme un nouveau Far-West ! Ce livre est surtout une réflexion sur l'avenir de l'Humanité et son rapport à l'altérité.

Les Terriens arrivent de plus en plus nombreux sur Mars tandis que la civilisation indigène est déclinante, et bien vite dépassée, finit par disparaître ! puis une guerre se déclarent sur Terre et les colons, hormis quelques uns repartent !

Je ne détaillerais pas ici les nouvelles - parce que c'est une tâche harassante, pas utile et je veux préserver la surprise ! Il n'y a pas vraiment de personnage principal mais quelques uns réapparaissent dans au moins deux nouvelles !

Ce livre a fait l'objet d'une adaptation télévisuelle en 3 parties en 1980 - que j'avais vu à l'époque et qui m'avait marqué (on assiste entre autre à l'explosion de la Terre !).

C'est une œuvre classique du genre que Chroniques martiennes. On ne peut se dire fan de SF sans l'avoir lu - au même titre que Fondation, Dune ou La Planète des Singes !

A bientôt !

Chroniques martiennes - Ray Bradbury
Read more

Le Procès - Franz Kafka

January 24 2016 Published on #Littérature XXème

"On avait dû calomnier Joseph K., car sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté un matin." C'est par ces mots que commence un roman incontournable du XXème siècle, Le Procès de Franz Kafka.

Cet auteur a tellement compté dans la littérature qu'on lui a attribué l'adjectif "kafkaïen" qui est passé dans le langage courant ! Le Procès fut publié à titre posthume en 1925, son auteur étant décédé de la tuberculose l'année précédente. Kafka avait par ailleurs demandé à son ami et exécuteur testamentaire, Max Brod de brûler ses manuscrits. Heureusement, celui-ci n'en fit rien et on a pu avoir accès à nombre de chef d’œuvre !

Le Procès raconte l'histoire de Joseph K. personnage à la majuscule autobiographique, qui est arrêté sans en connaître la raison et subit un procès absurde. Il ignore les motifs de l'accusation et ce qu'on lui reproche ce qui rend la chose encore plus absurde !

En un sens, ce roman dénonce les absurdités du totalitarisme et de la bureaucratie qui écrase les hommes. Kafka travaillait dans un bureau sur des statistiques et voyait ainsi l'effet délétère qu'a le fait de réduire les destins à des nombres !

On pourrait proposer d'autres interprétations du Procès, sur la question juive, sur le rôle des femmes et du mariage. Je me bornerais ici à la condamnation de la Bureaucratie ! Ce livre c'est aussi la mise en avant d'une Humanité défaillante. L'Homme y est écrasé par le système. Ce roman en annonce d'autres avec une longueur d'avance, notamment 1984 d'Orwell.

Avec le développement actuel de l’État Sécuritaire, on voit que Kafka avait vu juste !

A bientôt !

Le Procès - Franz Kafka
Read more

La Fontaine pétrifiante - Christopher Priest

January 21 2016 Published on #Littérature XXème, #Science-fiction

Je reviens maintenant sur des romans que j'ai lu il y a près d'une décennie et que je n'avais pas chroniqué à l'époque - mon blog n'existant alors pas !

Parlons de La Fontaine pétrifiante, roman S-F de Christopher Priest, étrange objet en vérité où la narration s’emmêle et nous embrouille !

Ce récit se déroule dans l'Archipel du Rêve, récurrent dans l’œuvre de Priest et, d'après son auteur, est une clé pour le reste de ses livres !

Le personnage principal se nomme Peter Sinclair, qui se retrouve au chômage, dans une Angleterre des années 1980 en proie au libéralisme le plus débridé pourvoyeur de crise. De plus, notre "héros" souffre d'une rupture sentimentale ! C'est donc une période très difficile pour lui alors il décide de se retirer dans un cottage anglais pour rédiger sa biographie et alléger ses peines !

Sinclair rédige alors le récit d'un homme, dans un univers de fiction, qui a gagné à une loterie un ticket pour l'Archipel du Rêve en vue d'acquérir l'immortalité ! Simple récit exutoire de S-F dans un récit cadre ? Pas si simple !

En effet, très vite, les frontières se brouillent et le récit encadré se mélange à la "réalité", déborde, les deux se recoupent, se mélangent et on ne sait plus où se situe la réalité ? Peter Sinclair souffre-t'il d'hallucinations, tombe-t'il dans la schizophrénie ? On peut se le demander légitimement !

Quand j'ai lu ce roman fin 2005, j'ai été assez dérouté - car c'est déroutant ! Et inattendu ! Mais un peu déçu aussi car on n'a pas de vrai réponse, de solution sur le pourquoi du comment ? Plus on progresse dans les pages et plus tout devient un flou orchestré ! Néanmoins, en terme de technique narrative, c'est étonnant et intéressant ! Où est le réel et où est l'imaginaire dans ce(s) récit(s) ?

Un roman de Science-Fiction sur l'art d'écrire de la Science-Fiction avec un personnage névrosé à la psychologie fouillée ! La S-F va-t'elle le sauver ou va-t'il se noyer, se "pétrifier" dans cette Fontaine ?

Une autre fois, je vous parlerais du roman Le Prestige du même auteur !

A bientôt !

La Fontaine pétrifiante - Christopher Priest
Read more

Voyage au bout de la nuit - Louis-Ferdinand Céline

January 15 2016 Published on #Littérature XXème

On peut penser ce qu'on veut du Louis-Ferdinand Destouches des pamphlets antisémites et condamnables de la Seconde Guerre mondiale, il n'en reste pas moins que Céline est un écrivain qui compte dans la littérature française ! En effet, avec son premier roman, Voyage au bout de la nuit, paru en 1932 - et Prix Renaudot - tranche sur la tradition par son style qui imite l'oralité et reprends l'argot et livre une vision bien pessimiste de la société moderne à partir de la Première Guerre mondiale !

Ce roman s'inspire largement de l'expérience personnelle de son auteur ! Céline s'incarne dans Ferdinand Bardamu, le "héros". Il assiste à la mascarade de la guerre, visite les colonies, se rend à New York où il découvre le machinisme, devient médecin généraliste mais à chaque fois touche à la pourriture du monde !

Le narrateur exprime son mépris à l'égard de l'Humanité entière, braves ou lâches, colonisateurs ou colonisés, pauvres ou riches sont tous traités de la même manière dévalorisée ! Bardamu est un personnage qui est en perpétuelle errance tout au long du récit !

C'est au final une œuvre à la fois antinationaliste, anticolonialiste, anticapitaliste et anarchiste ! Céline condamne de même l'idéalisme dans un roman très désespéré !

Le style "oralisant" de Céline a fait date ! Il influença d'autres auteurs par la suite dont Louis Aragon dans Le Monde réel. L'auteur de ce Voyage au bout de la nuit réfute ainsi tout académisme, ce qui fit polémique, sinon scandale à l'époque !

Un livre devenu un classique qu'il faut avoir lu !

A bientôt !

Voyage au bout de la nuit - Louis-Ferdinand Céline
Read more

Les caves du Vatican - André Gide

May 11 2015 Published on #Littérature XXème

Je vous propose maintenant une fiche de lecture, rédigée en 2006, consistant essentiellement en un résumé du roman d'André Gide, Les caves du Vatican - comme j'en avais produit une pour Le Père Goriot d'Honoré de Balzac !

Cette fiche pourra servir de repère aux lycéens qui auraient à travailler sur cette œuvre mais ne les dispense évidemment pas de lire le livre !

Pour ma part, j'ai découvert Gide en 1988, en classe de Première S, avec la lecture au programme de L'Immoraliste, lecture que je n'avais pas su apprécier à l'époque !

Trêve de bavardages, voici le hors-d’œuvre !

Les caves du Vatican; Date de publication : 1914; Édition Poche : Folio 34

Résumé :

Véronique Armand Dubois, Marguerite de Baraglioul et Arnica Fleurissoire sont trois sœurs.

Le mari de Véronique, Anthime, franc-maçon, se rend avec sa femme à Rome pour soigner ses rhumatismes. Après avoir détruit la main droite d'une statuette de la Vierge suite à une discussion âpre avec son beau-frère, Julius de Baraglioul, sur le thème de la religion et alors qu'il dort, Anthime a une vision de la Vierge et est guéri de son boitement. il se convertit à la religion catholique suite à cette expérience. Mais sa conversion ne durera que quelques temps, jusqu'à ce que sa paralysie le reprenne.

Julius de Baraglioul est marié à Marguerite Peterat. Il vient d'écrire un livre sur son père, le comte Juste-Agénor de Baraglioul, qui se nomme L'Air des Cimes. Julius espère entrer à l'Académie mais son livre est jugé fade. Le comte de Baraglioul est à l'agonie et demande à son fils de rendre une visite à un dénommé Lafcadio Wluiki, qui est en réalité un bâtard du comte. Lafcadio découvre que le comte est son père, lui rend visite et hérite de lui. Julius ne sait pas que Lafcadio est son frère. Néanmoins, ils sympathisent. Lafcadio croise la route de Geneviève, la fille de Julius qui s'éprendra de lui.

Protos, un ami d'enfance perdu de vue de Lafcadio, est un brigand à la tête du Mille-Pattes qui a monté une escroquerie au sujet du Pape. Il soutire de l'argent à des catholiques crédules en se faisant passer pour le chanoine de Vimontal et en affirmant que Léon XIII est emprisonné par les francs-maçons et remplacé par un imposteur. Il faut verser une caution pour sa libération. La comtesse Guy de Saint-Prix, soeur de Julius puis Arnica Fleurissoire sont bernées par Protos. Arnica demande à son mari, Amédée Fleurissoire, de se rendre à Rome pour constater les faits.

A Rome, Amédée est trompé par Protos sous diverses apparences et ses complices. Le séjour n'est qu'une suite de mésaventures pour lui. Il commet le pêché de chair avec Carola, une ancienne maitresse de Lafcadio qui est retournée vers Protos. Julius de Baraglioul se rend dans le même temps auprès du Pape pour que l'on offre des compensations financière à Anthime Armand Dubois qui a été ruiné par sa conversion. En vain. Amédée rencontre Julius après l'entrevue papale de ce dernier et l'informe du complot ce qui amuse Julius qui n'y croit guère. Amédée va toucher un chèque pour Protos accompagné par Julius. Puis Amédée reprend le train.

Lafcadio est dans le même compartiment qu'Amédée durant le voyage par le plus grand des hasards. Lafcadio commet un "acte gratuit" et pousse Amédée hors du train. Amédée se tue dans sa chute.Protos qui suivait Amédée a tout vu et prend sur lui d'effacer les indices qui pourraient compromettre Lafcadio. A Rome, Lafcadio rencontre à nouveau Julius et découvre que son demi-frère et le vieillard du train étaient apparentés. Julius a de nouvelles idées pour ses futurs romans. Julius apprend qu'Amédée a été tué et se met à croire à la théorie du complot de Fleurissoire. Il va prévenir la police.

Dans le train, Lafcadio rencontre Protos qui lui apprend qu'il le couvre et lui demande de choisir entre le Mille-Pattes et la police. Lafcadio refuse de se joindre à Protos. Peu après, Protos, qui a été dénoncé par Carola, est arrêté par la police mais avant il a le temps d'étrangler sa maitresse. Lafcadio retourne voir Julius et lui apprend qu'on n'a pas arrêté le bon meurtrier. Lafcadio dit à Julius qu'il est lui-même le criminel. Au matin suivant, il est sur le point d'aller se livrer. Geneviève arrivera-t-elle, grâce à son amour naissant, à le convaincre de ne pas le faire ?

Un roman touffu avec beaucoup de péripéties, louchant vers le genre policier mais n'en faisant pas partie - et menant son récit avec une certaine cocasserie et désinvolture !

Voilà, pour cette lecture, qui pour moi remonte à presque dix ans à ce jour !

A bientôt !

Read more
1 2 3 4 5 6 > >>