Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #litterature xxieme tag

Il est avantageux d'avoir où aller - Emmanuel Carrère

September 6 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Emmanuel Carrère est un auteur que j'apprécie énormément ! Il y en a quelques uns comme ça avec Michel Houellebecq et Sylvain Tesson ! Carrère fait paraître son premier roman en 1983, L'Amie du Jaguar mais moi, je le connais et le lis surtout depuis L'Adversaire  et ses récits plus récents !

Je dis "récits" et pas "romans" car peut-on parler de romans pour Carrère ! En effet, il écrit principalement de la non-fiction, c'est à dire de la mise en récits de faits-divers, qu'il s'agisse de Jean-Claude Romand, du Tsunami de fin 2004 en Asie ou de Limonov !

Il est avantageux d'avoir où aller  est un recueil de textes de notre écrivain, s'étalant entre 1990 et 2015, essentiellement des articles pour la presse : L’événement du Jeudi, XXI, Première, Les Inrockuptibles, etc, ... L'auteur d'Un roman russe y croque le réel comme il sait si bien le faire et essaie de coller au plus près de la vérité des êtres ! Ces textes sont d'une grande variété !

Le recueil s'ouvre par trois chroniques judiciaires de procès mettant en scène des homicides assez dramatiques. L'écrivain-journaliste y montre sa grande empathie même s'il dit beaucoup plus loin dans le livre que faire de la non-fiction, c'est toujours "trahir" la personne sur laquelle on écrit !

Carrère, de par sa mère, de par sa famille, a des liens très fort avec la Russie ! Il nous rappelle son expérience du Voyage à Kotelnich puis, à un autre moment, son enquête sur Édouard Limonov ! Il nous parle aussi de romans d'auteurs russes comme Nikolaï Maslov, , d'un projet de film avorté qui aurait raconté l'ascension d'une escort-girl de l'Est, évoque Marina Litvinovitch, une opposante à Poutine dans un pays régi par la mafia où on assassine les journalistes ! Brève, notre écrivain entretient un rapport très passionné à ses racines russes, depuis l'époque soviétique à l'ère poutinienne !

Les récits de Carrère posent la question de la "ressemblance" et il mentionne aussi son projet de longue haleine sur Jean-Claude Romand, ce mythomane qui assassina sa famille et ses beaux-parents piégé par ses mensonges ! L'auteur mets forcément un peu de sa subjectivité lorsqu'il évoque le réel, telle est la conclusion de Carrère !

L'auteur de D'autres vies que la mienne passe aussi en revue ses coups de cœur littéraires, pour Balzac, pour Philip K. Dick, pour Truman Capote, pour Lovecraft, pour Leo Perutz ainsi que ses amitiés pour Michel Deon, pour Renaud Camus - si polémique ! Il y a aussi des rencontres avec des artistes: une interview "ratée" de Catherine Deneuve, le décès de Claude Miller,le travail photographique de Darcy Padilla autour de Julie, une mère toxicomane et séropositive - qui s'approche en un sens du travail naturaliste de Carrère, ou encore le "TdM" ("Tour du Monde") d'Emmelene Landon, une artiste-peintre ! Enfin, la curieuse expérience de vie de l'homme-dé !

Notre écrivain se plie donc à l'exercice de l'article de magazine même lorsque cela ne lui plaît pas comme pour ce magazine féminin italien où il est amené à parler de sexualité - exhibant sa vie privée - ce qui choque sa rédactrice en chef !

Bref, comme toujours, c'est du très bon Carrère ! Certes, c'est un peu "morcellaire" mais cela permets de varier les plaisirs et nous fait une piqûre de rappel sur tous les "romans" de notre auteur : L'Adversaire, Un roman russe, D'autres vies que la mienne, Limonov  ou Le Royaume ! Retrouvez tous ces récits chroniqués quelque part sur mon blog !

A bientôt !

Il est avantageux d'avoir où aller - Emmanuel Carrère
Read more

Territoires de l'imaginaire - Volume 1 - Sylvain Richard

September 2 2017 Published on #Littérature XXIème

Pour une fois, je vais me faire un peu d'autopromotion en vous parlant de mon premier recueil publié - en juillet 2017 - à savoir Territoires de l'imaginaire - Volume 1 - chez l'éditeur EdiLivre ! Un solution a mi-chemin entre l'édition traditionnelle et l'autoédition  - l'édition numérique !

Si vous me suivez ici depuis longtemps, vous connaissez ma passion pour la lecture qui va de paire avec un engouement pour l'écriture ! Ce volume 1 regroupe une quinzaine de nouvelles incluses dans le domaine de la SF, du fantastique, de la nouvelle historique mais aussi de la "littérature blanche" et du panorama sociologique !

Ces textes ont été écrits entre 2005 et 2010, période extrêmement prolifique pour moi ! Depuis, j'ai entrepris des études de lettres en 2007 et le fait de théoriser l'écriture a paradoxalement un peu amenuisé la fibre créatrice chez moi, je m'en rends compte maintenant - de même qu'un "job alimentaire" bien peu passionnant !

J'avais déjà été publié auparavant, dans Le Calepin Jaune de ma très chère Estelle Valls de Gomis, la première qui a cru en moi, dans Univers d'Outremonde et aussi dans un catalogue de texte et de photos, Encrage à Ouistreham, dans le cadre d'un atelier d'écriture dans ma commune ! J'ai publié aussi longtemps sur inlibroveritas, un site en ligne !

Le recueil s'ouvre par "Mort d'une légende" qui m'avait été inspiré d'un comic-strip dans un magazine de jeux de rôles et raconte les décisions éditoriales parfois controversées d'un éditeur de comics ! "La Plume et l'Ecritoire" verse dans une certaine poésie, à propos de littérature !

"Vermines" est une sorte de farce qui raconte la revanche des opprimés et "Au fil de l'eau" est un point d'entrée vers d'autres de mes nouvelles ! On revient dans le monde des illustrateurs de BD avec "Comic-strip".

"Partir loin" vous fera la sociologie des clients d'une superette et "Les Chants de l'Atlantide", texte qui m'a valut des éloges raconte les derniers moments de la relation privilégié entre un père navigateur et sa petite fille condamnée par une maladie mortelle !

"Procédures" a trait au monde animal si souvent victime des hommes et ici enjeu d'une escroquerie tandis que "Nouvelle Pédagogie" est un texte de SF concernant une dystopie du futur ultra connectée !

"Luna Park" vous emmènera au cœur d'un parc d'attraction emprunt de magie et "Isa" est une plongée dans des mondes oniriques !

L'Histoire n'est pas oublié puisque "Ciel dégagé" se passe durant la Première Guerre mondiale et "L'Amulette d'Isis" dans l'Egypte des Pharaons !

"L'Homme à la porte" touche aux sujets sensibles de l'euthanasie et de la peine de mort et "La Symphonie des Etoiles" est une virée dans l'espace, avec accompagnement musical !

Le recueil se clôt par "Réminiscences forestières", périple au cœur de la Faérie !

Voilà, j'espère que vous prendrez autant de plaisir à lire ces récits que j'ai eu à les écrire ! Un Volume 2 est déjà prêt mais ne sera proposé à l'éditeur par mes soins qu'à l'été 2018 !J'ai par ailleurs commencé à écrire de nouveaux textes il y a peu ! Les projets, ce n'est pas ce qui me manque, le temps oui !

Pour commander mon recueil, c'est ici :

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/839791/s/territoires-de-l-imaginaire-volume-1-sylvain-richard/#.WYjfm9ali1E

Merci par avance de votre soutien !

A bientôt !

Territoires de l'imaginaire - Volume 1 - Sylvain Richard
Read more

Un roman russe - Emmanuel Carrère

September 1 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Vous savez déjà, si vous avez lu mes précédentes chroniques sur Emmanuel Carrère tout le bien que je pense de cet écrivain ! Il y a chez cet auteur un certain talent à croquer le réel, avec empathie et précision, de la chronique judiciaire à l'expérience personnelle !

Dans Un roman russe, Carrère revient dans le pays de sa mère, l'Académicienne Hélène Carrère-D'Encausse, voyage tout emprunt de nostalgie et de retour aux racines ! Ce récit relève donc à la fois de l'autobiographie et du romanesque : la matière est le réel, mis en forme selon les techniques romanesques !

Tout commence alors qu'Emmanuel Carrère déprime suite à son exploration du mal dans son précédent récit, L'Adversaire ! C'est alors que l'émission Envoyé Spécial  l'envoie sur les traces d'un soldat hongrois, capturé par les Russes en 1944 et détenu pendant cinquante-trois ans dans un hôpital psychiatrique soviétique !

L'écrivain va donc prendre sa caméra et effectue un reportage en Russie qui va pas mal l'éprouver - a-t'elle point qu'il décidera de retourner peu de temps après dans le pays de sa mère, pays qu'il n'a jamais connu, au climat froid et aux mœurs rudes ! Tout ceci donnera un long-métrage, le premier de Carrère, Retour à Kotelnitch. Un roman russe est le pendant de ce film de l'écrivain-cinéaste !

En Russie donc, Carrère se confronte à des gens marqués par les épreuves, des hommes prénommés Sacha et une certaine Ania qui finira victime de violences de la part d'un homme ! Il mène son enquête sur le prisonnier hongrois et apprends le Russe, prends des notes dans un carnet, même des recettes de cuisine locales !

De retour à Paris, Carrère apprends le décès de son amour d'adolescence, Martine, d'un cancer ! Il participe aussi au projet éditorial du journal Le Monde d'écrire une nouvelle érotique qu'il dédie à sa compagne de l'époque Sophie et qui provoquera un malaise et une gène dans son couple ! L'action de la nouvelle se déroule ans un train où il enjoint sa lectrice à se caresser !

Les récits de Carrère s’enchaînent les uns aux autres, de roman en essai, et il est possible de reconstituer la biographie de l'auteur à partir d'eux ! Dans ce récit russe, l'auteur parle une nouvelle fois et explore le matériau humain ! C'est ce qui rends ses livres si intéressants !

A bientôt !

Un roman russe - Emmanuel Carrère
Read more

Vernon Subutex - Tome 2 - Virginie Despentes

July 21 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Je vous ai dit il y a peu tout le bien que j'avais pensé du roman Vernon Subutex - Tome 1 de Virginie Despentes ! Et bien, ai fini la lecture des 400 pages du tome 2 en une journée - ce qui est un signe qui ne trompe pas  ! - et en pense tout autant du bien !

On retrouve Vernon, devenu SDF, là où nous l'avons laissé à la fin du Tome 1. Notre "héros" squatte aux Buttes-Chaumont, avec Olga, la colosse au coeur tendre, Laurent le rebelle et Charles, le vieux qui a gagné au Loto.

Ce Vernon est vraiment un personnage atypique. On a confirmation dans ce Tome 2 qu'il est touché par la grâce, arrive à apaiser les gens et à les faire fraterniser. Ancien disquaire et DJ, il a un goût certain pour la musique qu'il veut fédératrice. Les anciens amis et clients de la boutique de Vernon le retrouvent au Rosa Bonheur, en bas des Buttes-Chaumont, un bar où travaille la jeune Céleste.

Là, Vernon sert de point de ralliement à Emilie, une ancienne bassiste, à Xavier Fardin, le "scénariste frustré" tout juste sorti du coma, à Lydia Bazooka, la critique de rock, Pamela Kant et Daniel, les ex-stars du porno, Patrice, le mari violent. Même Sylvie, la "virago" est apaisée ! Un petit index au début du Tome 2 nous réintroduit tous ces personnages ! La Hyène rejoint ce petit groupe et tout le monde visionne finalement les cassettes VHS testaments du chanteur Alexandre Bleach.

Et ces cassettes dévoile un secret que Laurent Dopalet, le producteur,  ne voulait pas voir révéler et qui concerne Vodka Satana, également ex-star du porno, morte d'une overdose comme Bleach ! Mais quelle est la part de vérité et de manipulation dans ces révélations ? Ceci va conduire la jeune Aïcha - qui s'est réfugiée dans la religion - fille de Vodka Satana, à des extrémités regrettables ! Au désespoir de son père Sélim ! Un acte politique ? La lutte des classes ?

Le livre reprends la formule du tome 1 - à savoir des "tranches de vie" et des "récits croisés". Virginie Despentes sait amener ses effets et construire son suspens ! Ses personnages désabusés, qui vivent dans une société désespéré et aliénante - la nôtre ! - sont très attachants ! Il y a un peu du style de Houellebecq chez Despentes mais en plus "lumineux" ! Est-ce parce que l'auteure est une femme qu'elle est plus "indulgente" ?

Je me saurais donc que vous conseiller la lecture de cette trilogie ! Vais pour ma part me rendre chez mon libraire acheter le Tome 3 ! 

A bientôt !

PS : Le Tome 1 de Vernon Subutex a obtenu de nombreux prix : Prix Anaïs Nin 2015, Prix Landerneau 2015, Meilleur roman français du magazine Lire 2015, Prix de la Coupole 2015, Prix Roman du Palmarès du Point 2015 ! Amplement mérités tout ça !

Vernon Subutex - Tome 2 - Virginie Despentes
Read more

Vernon Subutex - Tome 1 - Virginie Despentes

July 20 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Virginie Despentes traîne derrière elle une réputation sulfureuse !

Dès son premier roman, Baise-moi, en 1993 au titre particulier et qui a donné lieu à un film dérangeant éponyme en 2000 avec l'actrice porno Coralie Trinh Thi à la réalisation et l'autre actrice porno Karen Lancaume et qui s'est suicidée depuis, en 2005, on constate que son écriture à une patte particulière et cette première oeuvre porte déjà sa "marque de fabrique".

Par la suite, il y eut Les jolies choses, en 1998, adapté là encore au cinéma avec Marion Cotillard et Stomy Bugsy dans les rôles principaux ou encore Apocalypse Bébé en 2010.

Les univers de Virginie Despentes sont déjantés, comme des trips à l'acide et rock'n'roll underground, où on croise punks, porn-stars, SDF et toute une foule hétéroclite.

Vernon Subutex est une trilogie, débutée en 2015 - dont le tome 3 vient de sortir en 2017. Il est question ici du tome 1 que je classe en "coups de coeur". Vernon Subutex est un ancien disquaire à Révolver, sa boutique, fermée depuis, un "passeur", cinquantenaire et toujours "beau gosse", qui tombe dans la galère, "crèche" à droite à gauche et finit SDF à la fin du tome 1.

Ce livre, ce sont des "tranches de vies". Par un "jeu de dominos", on passe d'un personnage à l'autre. La construction de ce roman est remarquable, faite de chassés-croisés et le ton est incisif !

L'intrigue tourne autour d'une star du TOP 50, Alex Bleach, séducteur black, qui décède d'une overdose. Vernon va acquérir des enregistrements vidéos de ce chanteur, qu'il connaissait bien, et qui font office de testament ! Vernon s'en "vante", un producteur en a vent, Laurent Dopalet, et charge une vieille lesbienne, la Hyène, de mettre la main sur Vernon et sur les cassettes vidéos !

On croise de nombreux personnages dans ce roman : Vernon, Alex, Sylvie, une bourgeoise "trahie" et en colère, Xavier, un scénariste dépité, Pamela Kant, une star du porno, Daniel, une transsexuelle, Marion, un autre transsexuel, brésilien, Olga, une SDF bourru, Laurent, un SDF militant, Sophie, la mère en deuil de Xavier, Gaelle et Emilie, des bonnes copines, Céleste, la fille d'un ancien client du disquaire, Patrice, un mari violent, Loïc, Julien et Noel, trois petites frappes racistes, ou encore Aicha, une jeune fille voilée et quantités d'autres.

Il vaut mieux lire ce roman d'une traite pour ne pas s'y perdre !

Le roman, enfin, aborde avec une crudité de légiste des thèmes cruciaux de notre temps, des tendances de la société. On a aussi une sorte de satire du monde du porno un poil cynique, la lutte des classes, les bobos, une analyse fine du pourquoi des hommes violents et des femmes battues, la vie des SDF au quotidien, une critique subtile du racisme ordinaire (distinguez propos des personnages et opinion de l'auteur !).

Pour prendre le cas du voile islamique dont on a tant parlé, la jeune fille voilée du roman porte ce vêtement en réaction à l'attitude outrée sexuellement de sa génitrice, ex-star du porno et aussi parce que son père n'a jamais été accepté par la société française ! Ne nous leurrons pas le voile n'est pas qu'une simple mode vestimentaire et ici, il est une revendication politique ! Une analyse inédite et profonde ?

Je ne vais pas m'attarder davantage sur ce livre car vous parlerais bientôt des tomes 2 et 3 et donc aurait l'occasion d'y revenir et de développer/compléter mon propos.

Mais c'est du tout bon ! Un roman de qualité à lire d'urgence, toutes affaire cessante ! Mon amie Ophélie, prof de lettres, partage mon avis !

Je dédicace ce billet à mon oncle René qui vivait en quelque sorte une "vie de bohème" et qui est décédé cette semaine et dont les obsèques ont eut lieu ce matin !

A bientôt !

Vernon Subutex - Tome 1 - Virginie Despentes
Read more

Un an après - Anne Wiazemsky

May 22 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Lors de la présente édition 2017 du Festival de Cannes, Anne Wiazemsky fait l'actualité avec le film de Michel Hazanavicius, Le Redoutable, adaptation du roman de cette écrivaine réputé Un an après, paru en 2015. C'est de ce roman, suite de Une année studieuse dont il va être question ici !

Précédemment, la jeune Anne Wiazemsky rencontre le cinéaste de la "Nouvelle Vague" Jean-Luc Godard sur le tournage de Au hasard Balthazar de Robert Bresson, en 1966. Godard et de dix-sept ans l'aîné de la jeune femme ce qui ne les empêche pas de s'aimer et de se marier assez rapidement !

Anne tourne ensuite dans La Chinoise, film de son mari, d'inspiration maoiste. Un an après  reprends début 1968 alors que La Chinoise a reçu un accueil très mitigé et que Godard doute ! Les événements de Mai 68 vont survenir et le couple du cinéaste et de l'auteure de cette autobiographie, habitant près du Quartier Latin va assister aux émeutes qui commencent dans la nuit du 10 au 11 mai 1968 !

Je ne vais pas refaire le fil des événements d'alors ! Anne Wiazemsky se pose en témoin d'une époque ! Suite à la répression policière violente des étudiants, les lycéens puis les ouvriers et toute une partie de la France vont se mobiliser et ce sera la grève générale qui paralysera le pays et poussera De Gaulle à un référendum ! Suivront les Accords de Grenelle !

Après ces émeutes, Godard va se remettre en question et vouloir passer à une autre forme de cinéma, reniant quasiment tout ce qu'il a fait jusque là, voulant s'engager pour une cause ! Il réalisera des ciné-tracts  avec Chris Marker, courts films à visées politiques pour commencer !

On assiste alors aux projets suivants de Jean-Luc et Anne ! Godard part à Londres réaliser Sympathy for the Devil et One+One. Le premier montrant le processus créatif des Rolling Stones et le roman le processus créatif de Godard, le second parlant des Black Panthers !

Il y eut aussi des séjours à Rome et Anne Wiazemsky tourna pour Carmelo Bene, Pasolini et Marco Ferreri, était aussi en rapport avec Bernardo Bertolucci pour une adaptation du Conformiste d'Alberto Moravia.

Godard cherche enfin à concrétiser son projet de film "collectif" et part pour cela aux USA puis au Québec. Près de Montréal, il travaille sur un film sur des mineurs en grève. Il tourne aussi en Tchécoslovaquie un autre film, Pravda !

Le roman se clôt au début de l'année 1969 alors que Godard fait une crise de jalousie à son épouse et une tentative de suicide médicamenteuse ! Fin amère puisque l'écrivaine annonce que cela allait marquer le début de la fin de leur relation amoureuse tout en nous annonçant que cela , "elle ne l'écrira pas" !

J'aime beaucoup les romans de Anne Wiazemsky ! Outre le monde du cinéma, on a tout un panorama de la fin des années 1960  - et même avant avec Mon Enfant de Berlin qui raconte la vie de sa mère à Berlin juste après la Seconde Guerre mondiale ! Je vous prépare d'ailleurs prochainement un billet sur un autre de ses romans autobiographiques : Jeune Fille !

A bientôt !

Un an après - Anne Wiazemsky
Read more

D'après une histoire vraie - Delphine de Vigan

May 15 2017 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

Delphine de Vigan est une écrivaine que j'apprécie beaucoup ! Son No et moi m'avait ému et plus encore Rien ne s'oppose à la nuit - où elle racontait la vie de sa mère bipolaire ! Avec ce dernier roman, celle qui est la compagne à la ville de Francois Busnel (La Grande Librairie) rencontra un vif succès ! Mais par la suite, elle devait s'interroger sur le pouvoir de l'auto-fiction, en tester les limites et poser la question du rapport au vrai/faux !

D'après une histoire vraie s'inscrit dans cette démarche de l'autofiction, mêle le réel et l'imaginaire, brouille les pistes ! Le roman, qui raconte l'histoire d'une rencontre entre l'auteur et une femme vite envahissante, peut rentrer dans le genre "Thriller psychologique" !

On se demande à la fin si L. - le "cauchemar de tout écrivain" - est bien une personne réelle ou née de l'esprit de la narratrice ! En fait, non elle n'est pas réel en ce sens que c'est un roman mais même dans le récit, prends-t'elle corps ? Il y a là une vertigineuse mise en abyme !

Delphine de Vigan n'a pas peur de nous révéler ici des pans entiers de son existence ! Impudique ? C'est pourtant ce qui fait le succès de ses meilleurs livres ! Outre les faits factuels, sa psychologie nous est également révélée ! N'est-ce pas cela la littérature, confier/ convier un imaginaire ?

Dans une époque marquée par la téléréalité et par le culte du Vrai - et de l'instant vécu ! - De Vigan nous livre des tranches de vie ! Et le personnage de L. - qui au début donne des conseils à la narratrice, se révèle vite bien envahissante, la remets en question, la bouscule ! L., un alter-ego, une partie de la psyché de l'auteur ?

Voilà, pas le meilleur roman de Delphine de Vigan mais un très bon livre au dessus de la production contemporaine !

Ce livre a en tout cas obtenu le Prix Renaudot 2015 et le Prix Goncourt des Lycéens la même année !

A bientôt !

D'après une histoire vraie - Delphine de Vigan
Read more

Ce vain combat que tu livres au monde - Fouad Laroui

March 19 2017 Published on #Littérature XXIème, #Littérature étrangère

Ce vain combat que tu livres au monde est un roman du marocain Fouad Laroui en prise direct avec l'actualité puisque c'est le récit d'une Radicalisation.

Malika et Ali sont deux Français d'origine marocaine qui forment un couple heureux et qui décident un jour de vivre ensemble . Seulement voilà, Ali est informaticien de haut niveau et doit partir pour un contrat avec Dassault sur Toulouse ! Hélas, son nom est biffé de la liste des spécialistes ! Est-ce parce qu'il est d'origine arabe, parce que son cousin Brahim fréquente une mosquée douteuse ? Quoi qu'il en soit, le jeune homme va très mal le vivre, tomber dans la dépression et donc la radicalisation, briser son couple et partir rejoindre DAESH !

La thèse de l'auteur serait que le monde arabo-musulman est dans une sorte de phase dépressive, une perte de repères et donc influençable ! On a par ailleurs droit à de longs exposés sur la situation des Arabes depuis la Grande Guerre, spoliés par les Accords Sykes-Picot qui bafouèrent la promesse de Lawrence d'Arabie de fonder une grande nation arabe ! Est aussi évoqué la fin du panarabisme avec la mort de Nasser et le démantèlement du parti Baath et de l'administration sunnite au début des années 2000 par Bush Jr. et ses hommes de terrain, sunnites qui allaient donner les cadres de DAESH ! Et évidemment, le problème qui dure depuis 1948 entre Israël et Palestiniens !

L'avantage de ce livre est de confronter les discours et il apparaît clairement que la religion n'a rien à voir avec les visées de DAESH, ce n'est qu'un prétexte ! La rancoeur domine et les recrues de cette secte sont davantage des individus en "perte de repère" - comme le monde musulman mentionné plus haut, des jeunes de banlieues rejetés par la société occidentale qui se rêve un destin et que des gourous manipulateurs, les imams salafistes, recrutent  ! On voit enfin qu'il est important de ne pas pratiquer l'amalgame - comme Ali évincé parce qu'Arabe - sous peine de précipiter ces gens dans les bras des intégristes !

Au final un roman qui fait réfléchir, qui est une longue descente aux enfers, absurde et barbare, et qui ne peut que mal se terminer !

J'en recommande vivement la lecture !

A bientôt !

Ce vain combat que tu livres au monde - Fouad Laroui
Read more

La septième fonction du langage - Laurent Binet

January 8 2017 Published on #Littérature XXIème

Voici un roman de Laurent Binet, La septième fonction du langage, sur lequel je suis assez dubitatif ! En effet, les premières pages sont assez prenantes et c'est amusant de retrouver Roland Barthes, Michel Foucault et Jacques Derrida dans des situations incongrues et improbables ! Mais passés les 100 premières pages, on se rends vite compte qu'on est dans un roman "commercial" et peut-être racoleur en un certain sens, façon Da Vinci Code ou encore Le Palimpseste d'Archimède ! Puis l'intérêt remonte ensuite sur la fin malgré certaines incohérences et facilités !

Fauché par une camionnette de blanchissage alors qu'il se rends au Collège de France, le 25 février 1980, le roman pose l'hypothèse que cet accident est en fait un complot visant à récupérer la "Septième fonction du langage" ! En effet, Roman Jakobson, formaliste russe, a établit qu'il y avait 6 fonctions du langage ! Mais voilà qu'il y en aurait une autre, une septième, la fonction performative décrite par Austin et Searle, qui permettrait de mettre le monde à ses pieds !

Le roman joue avec la mode du drop name qui consiste à utiliser des personnes réelles dans une fiction - et nos philosophes du post-structuralisme en prennent pour leur grade car ils sont en effet présentés au mieux comme des carriéristes au pire comme des imposteurs ou des assassins ! Julia Kristeva passe pour une criminelle tandis qu'Hélène Cixous se fait peloter la poitrine et entremettre par un des héros principaux ! Une comédie des bouffons !

Et puis qu'est-ce que c'est que cette volonté des romanciers contemporains d'inclure automatiquement des "scènes de baise" qui tombent comme un cheveux sur la soupe dans leurs oeuvres ? Je ne sais pas c'est le nouvel exercice de style ou quoi - le passage obligé ? On s'en fout de savoir que le héros "Simon pénètre la vulve de Bianca avec sa grosse queue" ! Il existe une littérature pornographique dont c'est le métier alors pitié laissez-lui son domaine d'attribution ! De plus vous savez que je suis plutôt friant d'érotisme et de X donc à la base cela ne me choque pas !

La septième fonction qui est présentée ici et sera finalement utilisée par Mitterrand - car vous l'avez compris le cadre temporel de l'action sont les années 1980 et 1981 - est ce qu'à Hollywood on appelle un Mac Guffin, c'est à dire un objet autour duquel toute l'action est organisée, un objet de convoitise !

Le commissaire Bayard et le sémiologue de Vincennes Simon Hertzog vont donc se trimballer de Paris à l'Etat de New York en passant pas Bologne et Venise, croiser notamment Umberto Eco auquel ils vont donner l'idée du Roman de la Rose. On croisera des Bulgares aux parapluies empoisonnés, et des Japonais. On aura une explication pour le meurtre d'Althusser sur sa femme  mais on comprendra qu'il s'agit d'une fiction quand un autre philosophe y meurt 20 ans avant son décès véritable dans notre monde réel !

D'ailleurs, il y a une belle mise en abymes, lorsque le héros Simon se demande si il est un héros de roman !

De plus, c'est un roman assez érudit ce qui n'est pas pour me déplaire ! On découvre une société secrète, le Logos Club, avec ses grades, où se livrent des duels de rhétorique à l'ancienne !

Le livre a obtenu le Prix Interalliés !

Voilà, je vous dis bonne lecture et vous souhaite une bonne année 2017 !

A bientôt !

La septième fonction du langage - Laurent Binet
Read more

Journal d'un looser - Stéphane Lavarenne

August 27 2016 Published on #Littérature XXIème, #Coups de coeur

"Les héros - contemporains - sont fatigués !". C'est le constat qu'on pourrait faire après avoir lu le Journal d'un looser de Stéphane Lavarenne ! Déjà, avec Le liseur du 6 h 27, chroniqué il y a quelques jours, on suivait un individu engoncé dans une vie monotone que semblaient fuir la réussite et l'amour !

Ce roman se présente sous la forme d'un journal intime rédigé par le protagoniste principal de l'histoire, une confession ! Le pauvre Cyril vient de se faire larguer par sa compagne, Anne ! Sa femme l'a en effet jugé trop mollasson, trop timoré, incapable de lui procurer l'épanouissement dans son couple ! Dès lors, il va s'autodéprécier, s'enfoncer dans l’auto-apitoiement, à l'image de ces dimanches soirs cafardeux ! De même, au boulot, une place tranquille dans administration, Cyril est soumis à son supérieur !

Pourtant, Cyril aimerait bien s'affirmer et le journal est pour lui une tentative dans cette fois autant qu'un moyen de se forcer à une discipline pour ne pas s'enfoncer davantage ! Et aussi, un outil pour s'analyser ! Mais la lâcheté l'emporte dans son caractère !

Lâcheté et hésitations lorsqu'il s'agit pour lui d'aborder une autre jeune fille, Mona, pour qui il a eut le coup de foudre dans le bus ! Là encore, ce sera une impasse ! Cyril rêve de s'évader, de fuir cette société de consommation qui sépare les gens ! Il y a en effet un début de critique sociale dans ce roman !

Parlons de l'entourage de Cyril maintenant ! Il y a Hubert, beau gosse culotté auquel aucune femme ne résiste ! Il est l'ami et l'opposé du "héros"! Et puis, il y a la mère dominatrice, écrasante, castratrice dont Cyril finira par s'émanciper le jour de ses 30 ans !

Voilà un roman qui se lit facilement et avec délectation ! C'est ironique, sarcastique point trop n'en faut, bref jubilatoire en un sens ! Pour vous donner une idée, une journée m'a suffit pour lire la totalité de ses 267 pages !

A bientôt !

PS : La rentrée littéraire 2016 approche et j'aurais bientôt l'occasion de vous en parler longuement j'espère !

PPS : je "dédicace" ce billet à "Belle-Île" que je surnomme personnellement "Mamie Dingo", une femme de 60 ans qui semble atteinte de démence sénile précoce car elle agresse, insulte, harcèle verbalement et gratuitement plusieurs personnes sur les Skyblog et se permet de mettre des commentaires injurieux qui n'ont ni queue ni tête pas plus qu'ils ne sont fondés - et cela courageusement en signant "Visiteur" ! Prends tes cachetons "Mamie Dingo" et arrête de pourrir la vie des gens ! Tu sers à rien, sale bonne femme !

Journal d'un looser - Stéphane Lavarenne
Read more
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>