Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #nature tag

Les Vélorails de la Vallée de l'Orne

July 17 2016 Published on #Nature, #Sortie

Ce soir, je ne vais pas faire de longue dissertation sur le sujet du jour - seulement vous donner les infos essentielles pour réaliser une sympathique petite balade si vous êtes en Normandie - en précisant que cette expérience des Vélorails, qui se vit plus qu'elle ne se discute, peut aussi être accessible partout ailleurs en France ! En effet, il y a tout un "réseau" de Vélorails sur tout le territoire de l'Hexagone !

Autrefois, avant Guerre et même dans les années 1950, il y avait davantage de lignes de chemin de fer en France ! Depuis beaucoup ont été désaffectées mais appartiennent toujours à la SNCF ! C'est sur ce réseau "secondaire" que les Vélorails se sont installés et vous proposent une expérience immersive unique au sein de la Nature !

Il y a un Vélorail dans l'Orne qui longe une Voie Verte qu'on peut aussi parcourir à vélo ou à pieds, longe aussi la rivière Orne et la Forêt de Grimbosq, bref la Suisse Normande ! Il est aussi situé près du Pont du Coudray !

C'est une "aventure" amusante à tenter en couple, en famille ou entre amis ! J'ai fait tout le parcours avec des camarades justement ! Ce "périple" - guère dangereux ! - fait 14 kilomètres et vous prendra à peu près deux heures ! Vous l'avez compris un Vélorail est une sorte de chariot sur rails avec deux jeux de pédales qui fournissent la puissance motrice au prix de quelques effort de votre part ! Surtout n'oubliez pas d’enlever le frein à main, sinon le dispositif montrera quelques résistances ! Le Vélorail dispose de 4 à 5 places dont deux qui pédalent à l'avant !

A Coudray, il y a quatre départs par jour ! A 10 heures 30, 12 heures 40, 14 heures 50 et 17 heures - ouvert de mars à octobre en 2016 ! Le tarif de base est de 16 à 20 euros. La dame qui vous accueille est très gentille et donne toutes les consignes au départ !

voilà, c'est l'été et c'est un loisir original dont il serait stupide de ne pas profiter ! Et pas besoin d'être de grands sportifs !

A bientôt en Suisse Normande !

Les Vélorails de la Vallée de l'Orne
Read more

Le Haras national du Pin

May 22 2016 Published on #Nature, #Musées

On dit que le cheval est la plus belle conquête de l'homme ! C'est en effet un animal magnifique, racé, dont la relation avec homo sapiens remonte au néolithique. Si vous êtes amoureux de chevaux, une visite au Haras national du Pin, le plus ancien haras français, dans l'Orne, s'impose !

Les Haras nationaux furent crées en 1665, sous Colbert, pour remédier à la pénurie de chevaux du royaume et promouvoir les races françaises. Le Haras national du Pin vit le jour en 1714 sur un site idéal avec des pâturages et un bon approvisionnement en eau. Les premières écuries sont construites en 1715 et les premiers étalons arrivent en 1717. Les plans sont de Robert de Cotte et le Haras du Pin est surnommé le "Versailles des chevaux" ! Le tout est réalisé dans la tradition des Jardins à la Française !

Le Haras du Pin s'étend sur plus de 1000 hectares. Aujourd’hui, la mission de reproduction est transférée au secteur privé mais maintenue au Haras du Pin grâce à une coopérative d'éleveurs privés, la SCIC.

Le Domaine est géré par l'EPA (Établissement Public Administratif) Haras national du Pin, l'IFCE, l'ONF (office national des forêts) et l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) avec une ferme expérimentale avec plus de 1000 bovins.

Le Haras du Pin accueille plusieurs dizaines de milliers de touristes tous les ans ! Il propose des visites guidées, un Musée dans l’Écurie N°1 et un spectacle équestre - et aussi les célèbres jeudi du Pin. Certes le prix de l'entrée - 16 euros pour un adulte - commence à être conséquent mais cela les vaut largement !

Un mot sur le spectacle équestre dans le Manège de l'Aure ! Il est des plus réjouissants ! Présenté par le débonnaire Loïc, il se compose de numéros de dressage, de défilé, de numéros comiques, de voltige cosaque ! En ce moment, les artistes à résidence sont Laure Têtard (dressage de poney) et Morgan (voltige). A voir car cela vaut le détour ! Il dure 45 minutes environs !

A côté de cela, le Haras du Pin organise bien évidemment des compétitions - notamment en 2015 dans le cadre des Jeux Équestres mondiaux - propose des formations - en sellerie, maréchalerie, cavalier jeunes chevaux et attelages - et de la recherche génétique !

Un dernier mot sur ce qu'il y a à voir au Haras du Pin ! Les terrasses du château tout d'abord ! Puis la sellerie d'honneur et les voitures hippomobiles ! Enfin, les chevaux bien évidemment ! On trouvera de nombreuses races : le percheron - jadis utilisé dans les fermes comme animal de trait avant les tracteurs -, le pur sang arabe, l'anglo arabe, le selle français, le lipizzan, l'hanovrien, le trotteur français, le pur-sang anglais, le pure race espagnol... Au Haras du Pin se trouve également la tombe de Furioso, chef de race, pur sang anglais né en 1939, présent au Haras du Pin de 1946 à 1967, date de sa mort.

Pour la petite anecdote amusante, on trouve au Haras du Pin, Kheir le barbe arabe gris de huit ans, offert par le Président algérien Abdelaziz Bouteflika en 2007 au Président français,Nicolas Sarkozy, né au haras national de Chaouchaoua, à Tiret, en Algérie.

Bref, vous l'aurez compris la visite au Haras du Pin constitue un excellent moment. Je ne peux que vous la recommander !

A bientôt !

Le Haras national du Pin
Le Haras national du Pin
Read more

Le parfum d'Adam - Jean-Christophe Rufin

June 13 2015 Published on #Littérature XXIème, #Nature

Jean-Christophe Rufin a fait une carrière de médecin dans l'humanitaire et a occupé plusieurs postes de responsabilités à l'étranger. Il a aussi publié de nombreux essais sur des questions internationales ainsi que pas mal de romans. Enfin, il est entré à l'Académie Française en juin 2008.

Le parfum d'Adam est un roman qui emprunte au genre espionnage à la Tom Clancy ou à la Ken Follett. Étonnant de la part d'un Académicien ?! Pas du tout car ce récit véhicule un message !

On y suit les "aventures" de Paul Matisse - et sa collègue Kerry - qui sont recrutés par un de leurs amis, Archie, qui dirige une agence de renseignements privée, l'Agence Providence.

Une souche de choléra modifiée à été volée en Pologne. Une jeune étudiante bipolaire, Juliette, se retrouve embarquée dans une machination qui la dépasse ! Et on découvre l'inquiétant Ted Harrow et son groupe des Nouveaux Prédateurs qui ne prévoient ni plus ni moins que d'exterminer les pauvres !

Le sujet du livre est donc l'écoterrorisme. L'écologie est un sujet pacifié - mais néanmoins animé - en France où les actes les plus "extrémistes" sont des fauchages de champs d'OGM ! Mais en Angleterre et aux USA, il existe de véritables "Guerriers de la cause animale" pris très au sérieux par les services de renseignements. Que l'on pense à Peter Singer - qui estime qu'un gorille a plus le droit de vivre qu'un autiste ! - ou Edward Abbey et son Gang de la clé à molette !

Dans le roman, Harrow et ses commanditaires estiment que le Tiers-Monde et sa natalité mal-maitrisée constituent le danger contre la planète. Ils conçoivent donc un projet monstrueux !

C'est à cette problématique de Rufin - qui a travaillé dans l'Humanitaire - veut nous sensibiliser. Il s'agit de faire la guerre à la pauvreté et non aux pauvres !

Le titre s'explique par le fait que le parfum d'Adam lui permettait de vivre en harmonie avec les bêtes et la Nature !

Il reste un roman foisonnant, bien écrit et documenté, qui s'étale sur plus de 700 pages - et qui nous transporte en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique ! On a hâte de retrouver "Les Enquêtes de Providence" !

A bientôt !

Le parfum d'Adam -  Jean-Christophe Rufin
Read more

Parc zoologique de Jurques

June 7 2015 Published on #Nature, #Coups de coeur

Pour ce 1178ème billet, nous allons parler de Nature et de nos amies les Bêtes ! Je vous avais déjà présenté sommairement le Parc de Cerza - près de Lisieux ! Cette fois, il va être question du Parc zoologique de Jurques. C'est un peu plus petit que Cerza mais il y a peut-être un peu plus d'animations ! L'entrée est à 16 euros pour les adultes mais cela vaut vraiment le coup !

Le Parc vous propose de suivre un trajet - mais vous êtes libres de le parcourir comme bon vous semble ! - ainsi que de petits jeux sous forme de panneaux quizz et d'énigmes pour les enfants. Il y a en outre de nombreuses notices d'information sur la vie sauvage des cinq continents !

Le Parc de Jurques propose de découvrir de nombreuses espèces animales - dont beaucoup sont hélas menacées du fait de la pollution, de la chasse sauvage, des préjugés, du commerce, bref de l'action délétère de l'homme ! Certaines de ces espèces ne peuvent survivre que grâce au système mondial des zoos. Ainsi le tigre de Sibérie - qui est une belle bête de 180 à 300 kg - n'est plus représenté que par 400 animaux en liberté selon les meilleures estimations.

Les zoos ne choisissent en effet pas les animaux qu'ils accueillent mais il y a une sorte de "superviseur" qui les répartis en fonction des programmes de reproduction - pour éviter la consanguinité. Jurques a ainsi un programme d'élevage en captivité pour les manchots de Humboldt entre autre. Les échanges entre zoos sont courants !

Il est possible, dans le parc, d'assister aux repas des animaux ! En fait, il y a ces "animations" toutes les demi-heure selon la saison - c'est le cas en été ! Il y a donc toujours quelque chose à voir, à faire ! Et c'est un plus ! Repas des manchots, des makis, des loups ou des girafes !

Je vous propose un voyage par les cinq continents en nommant pour chacun quelques espèces vues au zoo !

Il y a l'Afrique, cette terre sauvage mais de moins en moins ! Il y a les girafes du Niger, le serval d'Afrique de l'Est, du Nord et du Sahara, la roussette d’Égypte (de la famille des chiroptères avec son système d’écholocalisation), le fennec d'Afrique du Nord, le guépard d'Afrique de l'Est (avec ses pointes de vitesse sur des temps courts à 120 km/h), le suricate (une sorte de mangouste qui vit en groupe et se dresse sur ses pattes arrières pour faire le guet) et enfin, le lion blanc (qui n'est pas un albinos ! De 150 à 200kg) ! Madagascar a aussi des représentants au zoo avec le lemur macaco.

Passons ensuite à l'Amérique avec le capucin d'Amérique du Sud, le ouistiti à toupets blanc du Brésil, le flamant rose du Chili, le nandou (plus grand oiseau du continent américain), le tapir terrestre, le capylara (le plus gros rongeur du monde, excellent nageur), le saki a face blanche du Brésil, le conure sakil, le tamarin empereur, le toni cathene, le tatou à six bandes ou l'agouti ponctué d'Argentine ! Il y a aussi le lynx et le puma pour l'Amérique du Nord !

Allons maintenant en Océanie, plus précisément en Australie avec évidemment les marsupiaux dont la reproduction est expliqué sur les panneaux. On trouve ainsi l'oie céréopse (avec son bec à la forme particulière si caractéristique). Sur le "territoire des kangourous", vous pourrez observer le kangourou roux, le wallaby de Bennett, l'émeu, le cygne noir et le tadorne radjah !

C'est ensuite au tour de l'Asie où l'Asie du sud-Est est bien représentée avec notamment le panda roux. Il y a aussi le gibbon, le macaque japonais, le muntjac de Reeves, la loutre cendrée, la grue du Japon !

Enfin l'Europe est aussi là avec le loup gris, la bernache à cou roux ou le hibou Grand Duc.

Passons maintenant aux pavillons spécifiques tous continents mélangés ! Il y a le "Pavillon des Reptiles" où vous trouverez python molure de Birmanie, serpent ratier noir, boa constrictor, iguane vert, teju noir et blanc, tortue grecque (la Caroline de Boule et Bill) et tortue d'Hermann. Les reptiles ont souffert de la mode des NAC - "Nouveaux animaux de compagnie" et le zoo en a recueilli certains abandonnés par leurs propriétaires inconscients ! Il y a aussi une animation "contact avec les serpents" où vous pourrez les toucher voire en mettre un autour du cou !

Ensuite, parlons du "pavillon des petites bêtes" ! De toutes petites bêtes souvent à l'origine de phobies ou d'aversions ! Mygale, python royal, escargot géant africain, grenouille de Cranwell, anole verte, grillon des steppes, blatte géante de Madagascar, scorpion empereur, serpent des blés ou gecko ! De l'exotisme en perspective !

En fait, le parc par les informations qu'il donne détruit un certain nombre d'idées reçues comme celles sur les loups, sur les chauves-souris "vampires" etc...

Il y a aussi la volière avec des ara, la chouette harfang des neiges (voir Harry Potter)...La volière australienne avec ses races de perruches (ondelée, calopsitte...), cacatoès à huppe orange, colombes, bernaches. Il y a aussi des sarcelles du Cap (Afrique) et des cygnes à cou noir, oies à tête barrée, cygnes muets, etc !

J'allais oublier de mentionner le repas des maki - des lémuriens et il y a encore bien d'autres espèces diverses et variées : spréo superbe, touraco vert, tisserin gendarme, calao terrestre de Leadbeater, paon bleu, panthère des neiges, raton laveur... Il y a vraiment de la variété !

Les animaux semblent bien traités et le personnel est courtois ! Il y a aussi la "Cuisine des animaux" où on peut voir les soigneurs préparer les repas pour les "résidents" ! La preuve de leur bien être: il y a régulièrement des naissances - par exemple chez les loutres ou les lémuriens !

Si vous avez des enfants, emmenez-les voir cet endroit fort plaisant - et utile en attendant de pouvoir réintroduire des espèces dans leur milieu naturel quand l'homme aura pris conscience que son intérêt n'est pas de détruire la Nature !

A bientôt pour le 1179ème billet !

Parc zoologique de Jurques
Read more

Le jardin botanique de Caen

October 30 2013 Published on #Nature

Toute ville, au milieu de ses bruits et de son agitation, possède des aires de calme. C'est le cas du Jardin botanique de Caen, près du centre-ville, derrière et en bas de l'Université, par lequel on accède par trois entrées : rue du XXème siècle, place Blot et rue Marescot.

L'entrée est gratuite, dès 8 heures du matin et l'horaire de fermeture est variable en général aux alentours de 18 heures. Des visites peuvent être organisées à la demande pour les groupes.

Quelle est l'histoire de cet espace ? Je vais ma laisser guider par la petite brochure éditée en 2013 par la municipalité de Caen. En voici les points essentiels :

En 1689, Jean-Baptiste Callard de la Ducquerie, professeur à la faculté de médecine rassemble quelques dizaines de plantes rares dans son jardin personnel à destination des étudiants. On connait l'impact des plantes et de l'herboristerie dans la confection de remèdes - comme de poisons - depuis la nuit des temps !

Le successeur du savant, François Marescot, loue un terrain près du jardin actuel et réunit près de 600 plantes ! La collection prend de l'ampleur ! Ensuite, Noel-Sébastien Blot, son chef de culture qui prend la main augmente encore les collections qui comptent alors 3500 espèces de plantes différentes !

En 1803, dans les temps qui succèdent à la Révolution, le jardin botanique devient municipal. En 1829, il s'étend sur 3,5 hectares sur une dénivellation de 18 mètres en raison de la présence d'une carrière de pierre - la fameuse pierre de Normandie !

En 1863, on modernise avec une orangerie et deux serres attenantes. Au dessus de l'orangerie, se trouve un étage avec la galerie scientifique qui abrite des collections botaniques, zoologiques et minéralogiques. En 1880, naissent les spet premières "serres-chapelles " avec des collections exotiques.

En 1891, en pleine période d'exaltation de la science et du progrès, l'institut botanique et la serre expérimentale sont édifiés. Là, le savant botaniste, Noël Bernard va rendre possible la culture et la commercialisation des orchidées dès le XXème siècle en découvrant le phénomène d'association de la plante - l’orchidée - avec un champignon.

En 1944, Caen est durement touchée par les bombardements. L'université a pris feu et le jardin est touché ! L'orangerie est détruite et les "serres-chapelles" durement touchées. Une totale restauration s'impose.

En 1947, Louis Boulet, directeur du service des jardin, entreprend, avec l'aide de la ville, la restauration du jardin, la reconstruction partielle des bâtiments et la réintroduction de plantes.

En 1988, une grande serre remplace les serres-chapelles et présente des scènes végétales en reconstituant leurs milieux d'origine.

Aujourd'hui, le jardin est le lieu de rendez-vous des étudiants, des scolaires, des amoureux, des cinéastes amateurs et des promeneurs solitaires. En été prenez donc un livre et allez vous asseoir à l'ombre de ses bancs !

Le jardin botanique de Caen
Read more

Le Parc de Cerza

May 20 2011 Published on #Sciences, #Nature

De nos jours, on compte de plus en plus d'espèces menacées, par la pollution, par la chasse et la pêche ou par la déforestation. C'est pourquoi les parcs zoologiques jouent un rôle de première importance dans la préservation de ces espèces.

Le Parc de Cerza, en Normandie, dans le Pays d'Auge, près de Lisieux, se consacre à la reproduction et à l'élevage d'espèces menacées et organise des visites qui permettent d'observer quelques spécimens d'Asie ou d'Afrique, des lions, des tigres,des girafes, des rhinocéros, des ours, des bisons, des singes, des kangourous, des alligators, différentes espèces d'oiseaux ou de poissons.

Le parc s'organise suivant deux parcours : le Rouge et le Jaune qui requièrent respectivement une heure et une heure trente de marche en moyenne. Parallèlement, il est possible d'effectuer une ballade en petit train, laquelle dure 25 minutes et permet de faire le tour du parc. Il y a également une mini-ferme avec des chèvres et des chevreaux pour sensibiliser les enfants et des projections d'un film en 3D. Il est possible de se restaurer sur place dans les deux établissements : la Pagode et le Baobab.

A côté de l'aspect "visite", le parc a crée une association "Cerza conservation" qui invite le public à faire des dons qui seront investis dans différents programmes : protection des rhinos, des lions, des léopards, des gibbons...

J'ai eu l'occasion en avril 2011 de visiter ce parc. Il faisait beau et la journée s'est avérée agréable. Il y a plusieurs centaines d'animaux dans le parc et la diversité est une chose fort plaisante. Il est seulement regrettable que ces espèces ne puissent plus vivre dans leurs espaces naturels.

Le Parc de Cerza
Read more

Et au milieu coule une rivière - Robert Redford

December 5 2008 Published on #Cinéma, #Nature

Et au milieu coule une rivière, apparu sur les écrans en 1992, est le troisième film d'un Robert Redford passé à la réalisation ! C'est une adaptation de La Rivière du Sixième Jour, roman de Norman Maclean.

Il se dégage de ce film une intense sensation de sérénité ! L'histoire nous emmène au coeur de la nature, propice à la méditation... La nature, celle des forêts et des rivières mais aussi la nature humaine à travers la relation de deux frères, dans le Montana, au début du XXème siècle, réunis par leur père, un pasteur rigoriste qui leur transmet son amour de la pêche à la mouche !

Les deux frères sont Norman Maclean, l'auteur du roman adapté donc autobiographique, joué par Graig Sheffer, et Paul Maclean, incarné par Brad Pitt - ici dans un rôle beaucoup plus serein que par la suite dans Seven par exemple ! Le pasteur rigoriste écossais, John Maclean, est interprété par Tom Skerritt. A vrai dire, dans ce film, Brad Pitt vole quasiment la vedette à Graig Sheffer !

Robert Redford le reconnaît lui-même, il est un amoureux de la nature et des grands espaces, passion qui transparaît aussi dans son autre film, L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux qui date de 1998. Mais dans le récit dont il est question ici, sur la pêche à la mouche, école de patience en fort contraste avec ce que sera le XXIème siècle individualiste, technocratique et hyper-speedé, on aborde une certaine philosophie anglo-saxonne du XVIIème siècle, celle de Walton qui allie aussi religiosité et écologie ! De fait, on a aussi de très beaux décors naturels dans ce film, propice à l'apaisement, magnifiés par une très belle photographie !

Cependant, il est certain que si votre truc, ce sont plutôt les films à la Michael Bay avec explosions à la chaîne, alors vous vous ennuyer durant ce film de Redford !

Un film toutefois - c'est son autre défaut ! - assez prévisible une fois l'intrigue et les bases posés ! Sur la relation entre frères et aussi l'amour paternel, ce deuxième sujet m'intéressant particulièrement !

L'intrigue est simple ! On suit les longues parties de pêche, la pêche à la mouche étant une pêche en rivière, qui se pratique au lancer apparemment, tandis qu'on explore aussi ces relations entre les membres d'une famille !

Enfin, pour l'anecdote, aucun des acteurs du film n'avait pratiqué la pêche à la mouche avant le tournage !

A bientôt !

Et au milieu coule une rivière - Robert Redford
Read more