Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

Posts with #science-fiction tag

Valérian - Tome 2 : L'Empire des mille planètes - Christin & Mézières

August 15 2017 Published on #Bande-dessinée, #Science-fiction

A partir du tome 2 de la série Valérian, alors que la civilisation humaine s'est reconstruite à Galaxity, cette civilisation envoie ses agents spatio-temporels explorer les confins de l'espace, notamment pour prendre la mesure de potentielles menaces ! C'est ainsi que Valérian et Laureline se rendent sur Syrte-la-Magnifique, capitale de l'Empire des mille planètes !

Dans l'album qui nous intéresse aujourd'hui, L'Empire des mille planètes, publié en 1971, la série prends véritablement sa dimension exotique ! Syrte regorge de merveilles depuis son gigantesque palais de style vénitien, ses pierres vivantes d'Arphal, ses rarissimes Spiglics télépathes, animaux de compagnies, ses métaux rares, mets raffinés, bizarreries climatiques !

Mais la société de Syrte cache des secrets et nos deux héros ne sont pas loin de frôler l'"incident diplomatique" en se baladant avec une montre ! Cette société est sous l'influence d'une religion pas si ancienne et sa caste de "prêtres", les Connaisseurs !  Ceux-ci vont devenir des ennemis de nos deux explorateurs !

Valérian et Laureline vont connaître différente aventures sur la capitale de l'Empire, voyageant dans les marais, sous des pluies de grêle, dans les bas-fond de la ville, au coeur du palais impérial ou dans l'espace ! Ils peuvent compter sur l'aide de la Guilde des Marchands qui veut faire reculer l'obscurantisme prôné par les Connaisseurs !

Finalement, sur un satellite de l'Empire, nos héros découvrent une épave de vaisseau spatial, se confrontent une nouvelle et dernière fois aux Connaisseurs et apprennent l'origine de l'aversion de ces derniers pour la planète Terre ! En réalité, les "prêtres" sont liés au passé de la planète bleue ravagée jadis par un cataclysme nucléaire comme on a pu le voir dans le premier album !

Au bout du compte, la menace potentielle est écartée et nos deux agents spatio-temporels, ayant soutenu une petite révolution sur Syrte au passage, peuvent rentrer à Galaxity, nous ayant offert un bon dépaysement au passage !

L'Empire des mille planètes fut mon point d'entrée dans la série Valérian, il y a plus de 30 ans lorsque mon Tonton Dédé me rapporta cet album offert lors d'une promotion des stations essence Shell ! C'était avant les parutions Hachette-Collection !

A bientôt !

Valérian - Tome 2 : L'Empire des mille planètes - Christin & Mézières
Read more

Alien 3 - David Fincher

June 10 2017 Published on #Cinéma, #Science-fiction, #Horeur

Tandis qu'en 2017, avec Alien : Covenant et ses futures suites, Ridley Scott se réapproprie sa saga Alien, en 1992, c'est un petit génie venu du monde du vidéoclip qui nous donne Alien 3, qui continue les aventures d'Ellen Ripley - toujours jouée par Sigourney Weaver - contre les Xénomorphes ! Au passage, une figure de la femme forte, dont Rey dans Le Réveil de la Force et Wonder Woman dans le film avec Gal Gadot sont d'autres incarnations - ou encore Margaret Thatcher dans le monde réel à l'époque !

A la fin du deuxième opus, Ripley s'enfuyait dans un vaisseau avec le Caporal Hicks, la jeune Newt et les restes de l'androïde Bishop ! Ce qu'elle ignorait, c'est qu'un facehugger s'est glissé à bord et a pondu un œuf ! L'intrusion de la créature déclenche un court-circuit à bord du Sulaco qui évacue ses capsules de sauvetage qui se crashent sur Fiorina 16, une planète abritant un pénitencier plein de durs-à-cuir !

Ce film détruit les acquis de la fin de Aliens, le retour de James Cameron puisque seule Ripley échappe à la mort lors du crash ! Consciente qu'il y a un xénomorphe en incubation, elle fait autopsier les corps de Newt et Hicks par Clemens, le médecin de la prison - et doit se rendre à l'évidence, ne trouvant rien de suspect dans leurs cadavres, de qui a été contaminé par le facehugger : elle-même en réalité !

Les films Alien sont d'une certaine façon des slashers-movies ! Dans la prison, nous avons des brutes, mais totalement désarmées, n'ayant même pas un couteau - pour se défendre contre l'Alien - on se retrouve un peu dans la situation du premier film loin des capacités militaires des Space Marines  - ou Marines coloniaux ! - du deuxième opus ! Nos bagnards vont alors tenter de piéger l'Alien en sacrifiant certains des leurs !

Mais en fait, il y a deux Aliens, celui qui décime le pénitencier, issu d'un rotweiller - et possédant donc des capacités différentes de ceux incubés dans des humains -  comme la vélocité !  - et celui qui incube dans Ripley ! Celle-ci va se sacrifier pour que la compagnie Weyland-Yutani ne mette pas la main sur la créature et n'en fasse une arme biologique que ces cadres ne pourraient contrôler !

Il faudra attendre Jean-Pierre Jeunet pour "ressusciter" la baroudeuse de l'espace Ripley !

Officiellement, avec les récents développements de cette franchise les films numéros 3 et 4 ne sont plus considérés comme canoniques ! Il y avait déjà des contradictions en 1992 avec des comics publiés deux ans plus tôt par Dark Horse - l'éditeur de Star Wars et Buffy ! - où Newt et Hicks survivaient et où se menait une "guerre pour la Terre" sur la Terre !

Le premier visionnage de cet Alien 3 fut assez éprouvant pour moi à l'époque, en plein été caniculaire ! Dégoûté à l'idée de regarder la scène d'autopsie d'une enfant de 10 ans, je détournais le regard de l'écran et entendre les bruits - hautement suggestifs ! -  de l'opération - couplés à la chaleur dans la salle de cinéma firent que j'eus un léger malaise et du abandonner la séance! Je vis finalement cet Alien 3 quelques années plus tard grâce aux VHS que me prêtait mon oncle Dédé abonné à Canal + ! Et n'en ressentit alors aucune gène car cette scène d'autopsie est moins impressionnante que je l'avais imaginée en réalité !

j'avais aussi lu le roman qui accompagnait ce film - la novélisation ! - quelques années plus tard - par Alan Dean Foster !

La mise en scène de Fincher (Seven, Panic Room, Fight Club... - chroniqués ailleurs sur ce blog !) est très dynamique et colorée - dans les teintes de jaune et de rouge avec beaucoup de noir ! - esthétique de vidéoclip donc ! L'ambiance crasseuse est prégnante aussi ! Nos bagnards deviennent des héros involontaires et se gagnent une forme de rédemption même si très peu -  sur la vingtaine au début ! - survivent à la fin ! David Fincher, ce réalisateur s'approprie véritablement la franchise pour en faire une œuvre personnelle et très différentes des autres opus - assez sombre dans le fond (bien que "colorée" !).

Pourtant, et bien que cela constitue son premier long-métrage, suite à des désaccords avec la production, David Fincher renia son Alien 3 ! Il existe aussi une version longue avec des différences notables !

A bientôt !

Alien 3 - David Fincher
Read more

Wild Wild West - Barry Sonnenfeld

June 3 2017 Published on #Cinéma, #Western, #Science-fiction

Avec Wild Wild West, mélange de Western et de SF, et film de 1999, Barry Sonnenfeld tente de récidiver avec la formule à succès de Men In Black en travaillant à nouveau avec Will Smith qui interprête également la chanson phare du film !

Pari raté ! En effet, le film récoltera des Razzie Awards, les Oscars de la médiocrité décernés par les Geeks ! Pourtant le film est amusant, particulièrement pour qui, comme moi, aime le steampunk !

Evidemment, le film souffre la comparaison avec l'original, la série télé Les Mystères de l'Ouest, diffusée de 1965 à 1969, série passablement décalée, culte, et dont je vous parlerais en d'autres temps, avec Ross Martin et Robert Conrad ! De plus, tous les puristes - mais aussi les racistes ! - ont crié au scandale en voyant un James West noir !

Car oui, James West est noir -incarné par Will Smith  - qui joue un agent secret de la Maison Blanche dans une Amérique post-Guerre de Secession ! Il est assisté par l'U.S. Marshal Artemus "Artie" Gordon - joué par Kevin Kline et doivent contrer le savant fou/ génie du crime  docteur Arliss Loveless - joué par Kenneth Branagh et entouré d'un bataillon de beautés de saloon vénéneuses ! Il s'agit de protéger le Président Ulysse S. Grant !

Les inventions de Gordon et la témérité de West ne seront pas de trop pour contrer Loveless et son homme de main, un certain général McGrath, surnommé le "Boucher" qui utilise des "armes de destruction massive" !

On a droit à des poncifs du steampunk et du roman populaire d'aventure et c'est plaisant à défaut de jouissif ! Exercice de style obligé, le méchant piège nos deux héros dans un  mécanisme infernal et leur détaille ses plans machiavéliques par le menu avant des les abandonner à "une morte certaine" ! Le film déborde alors d'effets spéciaux, de scènes d'actions, de moment de comédies. Mais cela reste très formel et sans grande surprise !

Loveless planifie de construire  - et construit ! - une araignée mécanique avec l'aide de savants et d'experts en armement qu'il a enlevés ! Nos héros vont d'ailleurs croiser l'élément charme principal du film, la belle Rita Escobar, fille d'un des savants et jouée par Salma Hayek qui fit dans ces années là le fond de commerce des magazines pour hommes tel FHM (dont je possède d'ailleurs toute la collection de l'édition française !) ! Un peu un rôle de potiche en fait malgré quelques scènes d'action si j'ai bonne mémoire !

Un film oubliable, à la limite pour un samedi après-midi pop-corn ! Il s'agit d'un blockbuster qui n'a pas trop marché  et qui n'ose pas assez - ou alors qui ose trop et mal par rapport à la série de la fin des années 1960 ! Mais on peut innover tout en respectant, Rogue One l'a prouvé !

De manière générale, les films tirés de série-télé sont des exercices casse-gueule ! Oublions vite Chapeau melon et bottes de cuir au cinéma ou les films X-Files ! Pensons aussi à Charlie's Angels ! Seul Mission Impossible, prise en mains par Tom Cruise semble tirer son épingle du jeu !

Pour Wild Wild West, je retiens l'aspect Steampunk pas si fréquent que cela au cinéma (Lea Ligue des Gentlemen extraordinaires...), aspect/ genre dont vous savez que je raffole depuis mon billet sur Château Falkenstein  !

A bientôt !

Wild Wild West - Barry Sonnenfeld
Read more

Les Thanatonautes - Bernard Werber

May 8 2017 Published on #Science-fiction, #Fantastique, #Littérature XXème

Bernard Werber est un auteur populaire, une sorte de "Jules Verne contemporain", connu pour ses romans à succès ancrés dans la vulgarisation scientifique. Il est connu pour ses cycles de récits, principalement la Trilogie des Fourmis où beaucoup n'ont vu, à tort, qu'un simple récit entomologique alors qu'il s'agit d'un récit plus philosophique !

Les Thanatonautes fait partie d'une duologie - avec L'Empire des Anges - suivie plus tard par la Trilogie des Dieux. Un Thanatonautes est étymologiquement un "navigateur de la mort" - un explorateur d'un continent inconnu et terrifiant ! Ce roman est sorti en 1994, partiellement rédigé en "écriture automatique", confesse Werber - et s'inscrit dans une tradition ouverte 4 ans plus tôt, en 1990, par le film L'Expérience Interdite - avec une Julia Robert débutante - et qui nous montrait des étudiants en médecine se plongeant en état de mort simulée pour découvrir ce qu'il y a au-delà !

Evidemment, ce genre de protocole n'est pas sans risque ! Dans le roman de Werber, on va avoir trois temps ! Le temps des bricoleurs, le temps des pionniers et le temps des professionnels  - d'où Werber à tiré les titres des trois adaptations en BD de son roman, parues entre 2011 et 2013 !

On va voir une foule de personnages se presser dans Les Thanatonautes qui vont petit à petit repousser les limites et découvrir de nouveaux territoires ! Il y a Michael Pinson, le protagoniste central, Raoul Razorbak, Amandine Ballus, Felix Kerboz, Rose Solal, Freddy Meyer, le vieux de la montagne (si cher à Assassin's Creed) et d'autres !

Michael Pinson découvre la mort très tôt et elle l'intrigue. Il va faire des études de médecine et va étudier l'hibernation des marmottes avec Raoul Razorbak. Un événement survient lorsque le président français Lucinder vit une EMI (Expérience de Mort Imminente) et décide alors ensuite de financer la recherche sur les NDE (Near-Death Experience - vous savez la lumière au bout du tunnel !). Le roman traite donc d'un sujet on ne peut plus sérieux, "vitale", et plutôt déconsidéré !

La thanatonautique va exiger son tribut de vivants et un scandale éclate. Néanmoins une cartographie sommaire du  "continent des morts" est établie ! Je vous renvoie au jeu de rôle Wraith : Le Néant - et aux grandes religions, au Phédon de Platon aussi éventuellement !

Après le territoire bleu, s'étend le territoire noir, celui des ténèbres et de l'angoisse ! Ces territoires ont pour but de vous retenir dans l'au-delà ! Les thanatonautes, le franchir en ayant recours aux pratiques bouddhistes - d'où la spiritualité à "bon marché" des romans de Werber !

Quoi de plus puissant que l'angoisse, sinon que le plaisir sexuel et charnel ? Derrière le deuxième mur comatique, s'étend en effet le territoire rouge, l'ensemble se trouverait dans Sagittarius A, un trou noir !

L'opposition va alors apparaître sous le forme d'armées d'ectoplasmes et une guerre des religions va avoir lieu ! Freddy Meyer va constituer une armée ectoplasmique, l'"armée de l'alliance" ! En découleront des règles régissant le paradis.

Après la zone d'attente des ectoplasmes, s'étend la zone jaune ou la connaissance absolue ("délier son âme de son corps pour contempler la vérité ultime" clame la philosophie antique !). Puis, c'est la zone verte, celle de la Beauté idéale, par delà les Idées - Werber a bien retenu ses cours de philosophie de Terminale !

Toutefois, ce genre de voyage ne va pas plaire à certaines Autorités supérieures et transcendantes et l'équipe de thanatonautes, comble de l'ironie, meurt, façon Destination finale, dans un crash d'avion et les mémoires des gens concernant cette expérience de thanatonautique sont effacées ! L'Humanité n'est pas encore prête !

C'est globalement un bon roman d'un auteur qui est tombé ensuite dans la facilité ! A partir du Mystères des dieux et sa conclusion bancale - pas originale en tout cas et où la montagne accouche d'une souris ! - j'ai trouvé moins d'intérêt à le lire ! Y reviendrais peut-être un jour cependant ! De plus Werber a des idées, mais au niveau du style, on voit bien qu'il n'est pas de formation littéraire ! Journalistique à la rigueur !

A bientôt !

Les Thanatonautes - Bernard Werber
Read more

Cataclysme - Episode 2

March 5 2017 Published on #Nouvelles, #Fantastique, #Science-fiction

Voilà, je continue à publier sur mes blogs mes anciennes nouvelles - surtout orientées SF et Fantastique ! Mais à vrai dire, il y a eut un "changement de plan" car dans les mois à venir, je mettrais ici moins de textes de ces productions qu'initialement prévu !

En effet, je suis sur le point de signer un "contrat de publication" avec l'éditeur en ligne EdiLivres et donc un recueil Territoires de l'Imaginaire (Volume 1) va paraitre prochainement et sera disponible sur leur site et sur Amazon et qui contiendra une douzaine de nouvelles ! Ils ont donc l'exclusivité de mes nouvelles - que je retire du coup au fur et à mesure d'Inlibroveritas ! Cependant, comme "Cataclysme" ne fait pas partie du contrat...

Cataclysme - Episode 2

Résumé de l'Episode précédent : Dans les cieux de Sol III, l'armada de vaisseaux de l'Imperium Draconis se mets en place pour le combat. Les Greys s'apprêtent à répliquer. L'amiral Tss'enk ne cache pas sa nervosité... Pendant ce temps, l'érudit Tiss'harl scrute l'avenir !

Le vieil érudit avait travaillé toute la nuit précédente à l’élaboration d’une théorie magique de transmutation des métaux. Son scribe attitré, épuisé par le labeur s’était endormi sur son pupitre, renversant la bouteille d’encre, dans la salle d’étude. Tiss’harl lui commençait à s’impatienter de ne pas être mis en liaison instantanément avec le responsable de la flotte. Son temps était précieux et il aurait souhaité ne pas avoir a traité avec la guerre. Les érudits de Sol III n’approuvaient pas toujours la politique de l’Empereur. D’un certain point de vue, selon ne dérangerait pas l’Empire si ils venaient à disparaître. Cependant, l’Empereur Rex tenait à profiter le plus longtemps des savoirs magiques.

Sur le pont du Seshenna, le navire amiral de commandement de l’amiral Tss’enk, les opérateurs s’agitaient. Il en était toujours ainsi particulièrement en période de conflit. Une opératrice massive à la crête d’os et aux trois cornes frontale pianotait sur son terminal informatique. Des diagrammes de données stratégiques et tactiques, des rapports d’avaries et de pertes – des escadrons avancés avaient engagé le combat contre des éclaireurs Gris près de Mars et au voisinage de Pluton- s’affichaient en continue sous forme d’hologrammes dans la langue des Sauriens. Une corvette des Gris avait même été abattue au dessus de Pluton et s’était crashé à sa surface. L’amiral Tss’enk jeta un coup d’œil furtif sur les diagrammes et les rapports, tandis que des commis raptors échangeaient des consignes sous ses pieds. Tss’enk se dit que la flotte des Gris semblait s’être dispersée, peut-être le commandant Gris tentait-il une manœuvre de tenaille- ça ne présageait rien de bon- mais peut-être était-ce un leurre. L’amiral détestait la logique pointue des Gris.

Enfin, la communication s’établit. Tss’enk appuya sur un bouton de son gros doigt massif sur l’accoudoir de son trône de commandement qui dominait le pont en hauteur. Aussitôt un hologramme de son interlocuteur apparut.

 

« Consul Tiss’harl, je me réjoui de vous voir en bonne santé. » dit l’amiral « L’empereur s’inquiète vivement du sort des vôtres. »

« Epargnez-moi vos condoléances ! » répondit Tiss’harl qui n’aimait pas les militaires et les politiciens et à qui on ne la faisait pas. « Quelle est la situation ? Avons-nous des raisons de nous inquiéter ? »

« La menace est réel, j’en ai peur » émit Tss’enk d’une voix tendue. « Autrement nous nous ne permettrions pas de gêner votre étude ! »

Cette remarque fit se plisser les lèvres au coins du bec de Tiss’harl, faciès qui exprimait l’ironie que ressentait le Consul. Toutefois, l’amiral ne le remarqua pas car cette expression fut furtive et déformée par la mauvaise liaison holographique.

Tss’enk poursuivit. « Nos sondes ont repéré 37 vaisseaux lourds des Gris, des destroyers semble t’il, ainsi que des vaisseaux d’escorte plus léger plus un grand nombre de navettes rapide- sans doute des éclaireurs. »

« Il n’ y a pas de barges de débarquements ? » demanda Tiss’harl.

« Il semble que non, hormis celles qui pourraient se trouver dans les soutes des destroyers. Il en faudrait toutefois plus pour lancer une invasion. J’en déduis que ce n’est pas dans leurs intentions. » Répondit Tss’enk, confiant ainsi son analyse sur la question.

« Si il ne veulent pas débarquer, quel est leur plan d’action alors ? » questionna à nouveau le consul.

« A mon avis, ils veulent monter un blocus et obtenir un moyen de pression comme ils ont fait sur Gorell IV » dit Tss’enk qui se remémora que l’action sur Gorell IV s’était terminé par un génocide.

« … Ou peut-être veulent-il nous détruire ! » Songea Tiss’harl.

Comme si il pouvait lire les pensées de son interlocuteur, l’amiral proclama « La flotte de l’Empereur ne permettra pas que l’on détruise une autre de ses colonies. Je peux vous l’assurer »

 

                                                                         ***

 

Quelques révolutions de Sol III plus tard, un message diplomatique parvint sur les persocoms du vaisseau amiral de Tss’enk.

La délégation des Gris réclamait un sommet pour discuter d’une trêve. Ceci déclencha une vague de transmissions et de pourparler entre les dirigeants et les responsables militaires Sauriens. Comme la situation dégénérait sur de nombreux autres fronts, l’empereur apposa son accord sur un document officiel.

On allait engager une conférence sur Sol III. Elle devait avoir lieu dans trois cycles.

 

La conférence qui devait avoir lieu fut bientôt baptisée le Sommet. On espérait y régler bien des problèmes. Du moins les Gris l’espéraient, mais les Sauriens également. Toutefois ces derniers souhaitaient gagner du temps pour sortir de nouveaux vaisseaux et armements de leurs usines.

 

Les Ptéridraconis allaient être aux premières loges. Il fallait prendre des mesures pour le bon déroulement des négociations. On organisa les dates des réunions, le lieu, quels seraient les intervenants, avec quelle force militaire seraient-ils autorisés à venir.

 

En parallèle au Sommet, des agitateurs Sauriens ne cessaient de provoquer des troubles. Ils prophétisaient la fin du monde prochaine, clamant partout que le dieu Yig ferait bientôt payer un lourd tribut à l’Imperium qui des millions d’années de cela avait exterminé ses rejetons, le jadis puissant Peuple-Serpent.

Les services de sécurité draconides avaient pris toutes les mesures. Non pas que l’on craignisse un coup fourré de la part des Gris. Mais on redoutait plutôt que les semeurs de troubles et autres prophètes ne soient instrumentés par les Enfants de Yig.

On n’avait plus eu de nouvelles du Peuple-Serpent depuis environs 20000 ans. Ceux-ci avaient fui il y a des éons de cela quand Valusia était tombée sous les effets des bombardements orbitaux et du débarquement des troupes de choc Rex. Les ruines de la Grande Cité de l’Empire Valusia avaient été rasée et les Serpents s’étaient réfugiés sous très profondément sous Terre. Il y avait bien eut au cours des millions d’années qui suivirent des tentatives de leur part de reprendre la planète et de reconstruire Valusia mais ses initiatives avaient toutes échouées. C’était généralement des conflits très localisés et qui duraient sur des millénaires. Les combattants des deux camps, d’une part les Serpents, d’autres part les Sauriens, étant des individus à sang froid, ceci expliquait la durée des conflits car leur métabolisme se ralentissait chaque fois que revenait l’hiver.

Le Peuple-Serpent bâti des cités souterraines quasi inaccessible depuis la surface et se situant très profondément enfouis près de sources chaudes.

Ils changèrent alors de tactique.

Une nouvelle espèce venait de faire son apparition au sein des Sauriens et ce fut cette espèce qui se fit confier la gestion de la troisième planète du système de Sol III. Les Pteridraconis devinrent de bons administrateurs.

Puis, alors que 30 millions d’années se furent écoulées, que des espèces de dinosaures avaient disparus, d’autres évolués sur Sol III, une nouvelle variété de végétale fit son apparition : la Fleur à Nectar. Les Pteridraconis ne tardèrent pas – au bout de 15000 ans – à en découvrir les propriétés analgésiques et planantes. Ce qu’ils ignoraient alors, c’est que cette plante fut crée dans les profondeurs de leurs cavernes par le Peuple-Serpent qui espérait bien que leur ennemis Saurien en deviendrait dépendants.

Ce fut ce qui se produisit, la production de Fleur à Nectar fut organisé dans de vastes champs de récolte. Elle connu un bond phénoménale et sa consommation également. Des navettes vinrent même en exporter vers d’autres planètes de l’Imperium, d’abord légalement puis en contrebande quand on s’aperçut que la Fleur à Nectar avait des effets plus pernicieux sur les autres espèces de Sauriens notamment les Rex qu’elle n’en avait sur les Pteridraconis, chez qui elle stimulait la créativité. Après une longue ivresse, les Rex qui en avaient absorbés, connaissaient des crises de violences. C’est ainsi qu’un cousin de l’empereur de l’époque, massacra toute sa famille et ses héritiers et qu’un neveu du même empereur déclencha un conflit local contre les Essaims Tl’ikannis dans la Nébuleuse de Korok.

Certains murmurent même que la lignée des empereurs fut corrompue par la Fleur de Nectar de Sol III et ceci eut pour conséquence, des millions d’années plus tard, de déclencher le conflit à grande échelle contre les Nations des Gris et leurs alliés.

 

A bientôt pour la suite et fin de ce triptyque !

Cataclysme - Episode 2
Read more

Cataclysme - Episode 1

February 18 2017 Published on #Nouvelles, #Science-fiction

Bonsoir à mes fidèles lecteurs ! Et lectrices !

Entre 2005 et 2010, je me lançais de manière assidue dans la rédaction de nouvelles - presque une centaine à ce jour ! - qui sont pour la quasi-totalité publiées sur le site Inlibroveritas - et bientôt j'espère dans deux ou trois recueils EdiLivres !

Mais afin d'en faire profiter tout mon public - et ceux qui me suivent de façon suivie, j'ai décidé de les publier une par une en étalant cette entreprise de "visibilité" - et en découpant le texte à chaque fois en entre 3 et 6 billets en moyenne !

On commence aujourd'hui avec une nouvelle de SF qui raconte le conflit entre une race de Sauriens et les traditionnels Petits Gris lors de la Préhistoire de la Terre ! A l'époque, ce texte fut aussi publié sur le site Anice-Fiction !

Commençons donc avec :

Cataclysme - Episode 1

Les colonnes de vaisseaux de l’Imperium Draconis s’étendaient au dela de Saturne. Les retardataires venaient à peine de sortir de l’hyperespace et de s’aligner dans le système. Les aléas étaient des événements inévitables. Malgré les rigueurs qu’impliquait la discipline militaire, les personnels de bord ne pouvaient s’affranchir de certains paramètres inhérents aux protocoles de navigation et qu’on ne pouvait jamais complètement maîtriser. Pour le cycle présent, les navires spatiaux s’alignaient comme à la parade et sur les diverses passerelles de commandement, on procédait aux routines de check-up. Les longues silhouettes effilées, bardées d’antennes de communication et de batteries de lasers, les structures argentées reflétaient les rayons lumineux de l’astre Sol.

 

Sur le pont de son destroyer, l’amiral Tss’enk méditait sur les turpitudes du passé, l’agitation du présent et les incertitudes de l’avenir. Il se frottait de sa main griffue la peau cornée qu’il arborait au menton.

 

Aucun militaire ne pouvait ignorer les faits : la civilisation des Sauriens traversait une grave crise. L’empereur Rex désireux d’étendre ses domaines par delà les lointaines colonies, notamment dans l’Amas d’Andromède, dans le Bras d’Hercule et dans des galaxies voisines.

 

Tss’enk se rappelait encore avec frémissement et excitation le discours du suzerain devant l’Assemblée des Grandes Familles. A la suite de ce discours, les usines tournèrent à plein rendement pour produire des armes. Les chantiers orbitaux ne désemplissaient pas : de nouvelles frégates venaient régulièrement agrandir la flotte et il n’y avait même plus de place en rade pour les navires marchands. Il était évident que les Sauriens, amalgame de races belliqueuses entraient en guerre.

 

Les hostilités furent une succession de conflits armées localisés et éparpillés avec les peuplades indigènes des territoires tant convoités. . Ces êtres étaient étranges. Ils n’avaient pas la robustesse ou l’agilité des physionomies Sauriennes. Excepté quelques raretés comme les Méduses chromatiques d’Hélicon III où les Arbres Chanteurs de Pacoma, la majorité des espèces rencontrées avait une morphologie humanoïde. L’Imperium avait commencé par accumuler les réussites militaires et annexé des territoires sur des centaines d’années lumières. Puis, un jour, les flottes bombardèrent un monde aux larges steppes herbeuses occupées par de pacifiques rongeurs intelligents et ne possédant d’autre technologie que des chariots à voile. Les bombes à plasma avaient soulevé et retourné le sol dans un maelström de violence, Des colonnes de feu nucléaire avait carbonisé les frêles rongeurs. Purification nécessaire avant la terraformation.

 

Malheureusement, les Rongeurs semblaient disposer de protecteurs. Une race très énigmatique, nommé la race des Anciens, surveillait de près le peuple des Rongeurs intelligents. Cette race très mystérieuse avait ensemencé quantité de planètes avec les germes de la vie des éons auparavant. On prétendait qu’elle était presque aussi vieille que cet univers. Les Anciens ne tardèrent pas à répliquer. Ils étaient par nature non violents mais agissaient via le biais de races vassales qui leur servaient de bras armé. Parmi ces races dévouées à la cause, il y avait les Gris, assemblés en République en plusieurs endroits de l’univers. Les Gris, création des Anciens, étaient eux-mêmes des généticiens et avaient engendré d’autres espèces. Les nefs des Gris fondirent un jour sur les flottes des Sauriens qui étaient éparpillés dans la Voie Lactée, la Galaxie d’Andromède et la Galaxie du Cygne. Les Gris semblaient avoir des intérêts particuliers, des expériences en cours dans ces zones de l’espace. Les Sauriens subirent de cuisantes défaites. Les flottes des deux protagonistes étaient de puissances similaires mais les Gris semblaient plus doués en matière de stratégie. Leur esprit mathématique dominait l’esprit reptilien et impulsif des Sauriens. Un général Gris qui voyait qu’il perdait la bataille avait tendance à ne pas s’entêter et à se retirer avant l’irréparable alors que les chefs de flottes de l’Imperium étaient orgueilleux et jusqu’au boutistes.

 

Aujourd’hui, le monde de Sol III était menacé. Il s’agissait d’une paisible colonie de l’Imperium, un peu à l’écart des voies fréquentées. Jadis, l’Imperium avait conquis ce monde, l’arrachant aux Valusians et forçant le Peuple-Serpent à se replier sous terre. L’empereur y avait établis sa race et maintenant y vivait un peuple de Sauriens ailés tourné vers la méditation. C’étaient des mystiques éclairés qui cherchaient à percer les voies d’un art nommé Magie et dont certaines implications intéressaient l’Empereur. Sur Sol III, on pouvait rencontrer d’autres espèces de Sauriens mais qui étaient elle dénué d’intelligence.

 

L’amiral Tss’enk ouvrit son persocom depuis la passerelle de son navire. Il souhaitait vivement s’entretenir avec le consul de Sol III un personnage éminemment érudit et tourné vers la méditation qui s’appelait Tiss’harl La liaison mettait un peu de temps à s’établir car l’ennemi tentait de brouiller les communications. De plus, il fallait mettre en place un cryptage. L’heure était critique.

 

Tiss’harl se tenait sur un perchoir somptueux d’or massif et de rubis au dernier étage de sa tour d’agrément. Il tenait son communicateur persocom miniaturisé dans son aile droite. Il scrutait l’horizon et les plaines herbeuses des vallées environnantes en attendant d’avoir son correspondant en ligne. Un troupeau d’herbivores broutait la végétation qui se faisait de plus en plus rare dans les plaines en contre bas. Il s’agissait d’un troupeau de diplodocus. Les Sauriens ailés et intelligent de Sol III se servait de ses placides animaux comme bêtes de somme pour cultiver les champs de Fleurs à Nectar onirique dont il était friand. Du nectar, on extrayait des vapeurs volubiles en suivant un procédé artisanal de distillation. Les prêtres Sauriens et les érudits de Sol III s’immergeait dans ces vapeurs pour mieux entrer dans les sphères de la méditation. Souvent, il en sortait une nouvelle théorie mathématique, architecturale, une idée politique ou littéraire mais le plus souvent un bon mal de tête. Depuis quelques années, le peuple saurien de Sol III était entré dans une phase de déclin, trop poussé vers la rêverie, coupé des réalités. Ils n’arrivaient même plus à résoudre le problème des ressources alimentaires que les reptiles primitifs consommaient en grande quantité.

 

Je vous dit à bientôt pour la suite (Episode 2) !

Cataclysme - Episode 1
Read more

Robocop - Paul Verhoeven

February 18 2017 Published on #Cinéma, #Science-fiction

En 1987, naissait une nouvelle franchise autour du concept de cyborg qui allait être déclinée en trois films - de 1987 à 1992, des téléfilms, une série télé, un remake en 2014, des comics, des romans, des jeux vidéo ! Un nouveau héros qui interroge ce que c'est qu'"être un homme" - tant du point de vue biologique mais surtout éthique ! - ce héros c'est le cyber-flic Robocop !

Durant les années 1980, nous sommes en pleine vague "cyberpunk" ! Paul Verhoeven, ce grand critique de la société contemporaine, surfe sur ce courant contestataire SF et livre un film à la fois divertissant et profond ! Robocop sort donc sur les écrans en 1987, sur un scénario d"Edward Neumeier et Michael Miner ! Le film fera les beaux jours du Festival d'Avoriaz dans une de ses dernières occurrences !

A la distribution, nous avons Peter Weller - qui joue Alex Murphy, un jeune officier de police intégre et idéaliste opérant à Détroit dans le Michigan, dans une ville et un monde rongés par la violence et la corruption ! Dans ce monde l'Omni-Cartel des Produit, l'OCP, cherche à maximiser ses bénéfices et profits et propose un modèle d'unité de répression sécuritaire, l'ED-209 ! Mais le "robot" a encore des bugs et ne peux être encore lancé sur le marché !

Pendant ce temps, Murphy et sa collègue Anne Lewis - jouée par Nancy Allen - patrouillent dans les rues ! Murphy est victime d'un "accident" et laissé pour mort ! C'est alors qu'un "savant fou" récupère son corps et son cerveau - ce qui en reste du moins ! - pour l'interfacer avec des composants électroniques et faire naître le premier cyber-flic, concurrent du ED-209 ! Robocop est né !

Robocop a la classe et très vite se montre efficace dans sa mission de faire respecter l'ordre ! Mais les souvenirs de la conscience de Murphy affleurent par intermittence à la surface de son esprit ! Alors Homme ou Machine ? Nul n'imagine !

Et pendant ce temps, le programme ED-209 se remets sur les rails ! La compétition pour les crédits de recherche est déclarée !

Un bon film qui nous fait nous poser des questions ! Violent par moments ! La société corrompue qui est décrite est assez désespérante !

La question principale est donc "qu'est-ce qui fait de nous des hommes ?". Et c'est quand il semble perdre son humanité que Murphy se montre le plus humain ! Aujourd'hui, Robocop peut être aussi considéré en regard des projets - fous ? - du transhumanisme qui n'était pas d'actualité dans les années 1980 !

On retrouve avec plaisir au casting un certain Ray Wise - qu'on connaît mieux en papa de Laura Palmer dans la série Twin Peaks de David Lynch par la suite !

Autres anecdotes: Robocop a fait l'objet d'un comic crossover avec la série Terminator où il affronte Skynet ! Et pour ma part, au début des années 1990, ai longuement joué au jeu vidéo Robocop sur ma Game Boy, lequel était assez bien réalisé !

Enfin, le film de 1987 a remporté l'Oscar du Meilleur Montage sonore ! Et personnellement, j'ai toujours la BO de ce film en tête - le thème principal du moins !

Je vous dis à bientôt dans les rues crasseuses de Détroit !

Robocop - Paul Verhoeven
Read more

Gravity - Alfonso Cuaron

December 4 2016 Published on #Cinéma, #Science-fiction

Gravity est sans conteste un des films phénomène de l'année 2013, réalisé par Alfonso Cuaron - qui est aussi à l'écriture et à la production. Cette oeuvre atypique s'est vue récompensée de 7 Oscars dont celui du Meilleur Réalisateur ! Mais de quoi s'agit-il ?

Nous avons là en réalité un film d'aventures spatiales - mais dépourvu des poncifs de la SF car nulle présence d'aliens ici ! Par contre, la conquête de l'espace est au coeur de l'histoire puisque l'on suit deux astronautes, le Dr Ryan Stone et le vétéran dans ce domaine, Matt Kowalski. Ces deux là sont joués respectivement par Sandra Bullock - qui effectue ici une très belle deuxième carrière - et George Clooney - qui délaisse ici Nespresso ! Ces deux là enfin vont faire face aux coups du sort ! En effet, alors qu'ils font une sortie dans le vide spatial depuis la navette Explorer pour réparer le télescope Hubble, une pluie de débris les submerge et détruit le véhicule tuant tout l'équipage, faisant d'eux les seuls survivants ! Comment vont-ils s'en sortir ?

Un film très impressionnant du point de vue technique ! Cuaron a bien mérité son Oscar tant son métrage est bluffant ! Pourtant tout a été tourné en studio ! Néanmoins, le récit est un peu ennuyeux par moments et il y a des longueurs ! Sandra Bullock va de péril en péril et même la Station Spatiale Internationale - ISS - et la Station Chinoise vont prendre de plein fouet la pluie de débris !

Au niveau des thèmes du film, se pose la question du "milieu naturel" de l'Homme ! Celui-ci n'est pas fait pour l'Espace - et le vide spatial est assimilé à un milieu liquide qui pourrait pourtant faire penser au liquide amniotique - pour une seconde naissance ? Une scène un peu trop appuyée à mon avis, au moment ou Bullock reprends ses esprits dans l'ISS appuie ce propos !

Stephen Hawking, le grand astrophysicien, a déclaré, fin 2016, que la conquête de l'Espace était une priorité car il estimait que l'Homme n'avait plus que 1000 ans supportables sur Terre ! On voit ici que ce n'est pas gagné d'avance ! Il faudra sans doute transformer l'Humain - par le transhumanisme ? La Terre - et la Gravité comme le montre les dernières images du film - sont le berceau et le "milieu naturel" de l'Homme ! Ici une femme opiniâtre en l'occurrence !

Un film aussi certainement à voir en 3D et pas sur TF1 un dimanche soir comme je l'ai fait ! La musique de Steven Price vaut aussi le détour ! Seulement deux acteurs au casting donc - et qui pour le coup enregistre avec ce film le plus gros succès de leur carrière  - mais on a aussi droit à la voix de Ed Harris -  au contrôle de Houston - dans la V.O.

Le film fit un carton, devenant un des plus gros succès de SF de tous les temps ! Ca virevolte dans tous les sens ! Bien foutu, des thèmes intéressants, de splendides vues de la Terre mais des longueurs !

A bientôt !

Gravity - Alfonso Cuaron
Read more

Aliens, le retour - James Cameron

October 31 2016 Published on #Cinéma, #Coups de coeur, #Science-fiction, #Horreur

Le Alien de Ridley Scott a fait date dans l'Histoire de la Science-Fiction sur grand écran au même titre que Star Wars, en ouvrant de nouveaux horizons ! Donc, à priori, il n'était pas facile de succéder à Scott et parvenir à apporter quelque chose de nouveau !

Et pourtant, pari réussi pour James Cameron - lui-même une "pointure" - avec son Aliens, le retour qui prends une direction différente et est aussi devenu, à ce jour, un classique !

Le film est sorti en 1986 et s'inscrit aussi dans le genre horrifique ! Pour ma part, étant gamin, les xenomorphes m'ont toujours terrifié ! Ce sont véritablement des créatures de cauchemar ! Des machines à tuer sans pitié !

On retrouve Ellen Ripley, seule survivante du précédent film qui cette fois accompagne un détachement de marines coloniaux sur la petite planète LV-426 où une infestation par les aliens est suspectée ! En réalité, c'est la Compagnie qui orchestre tout !

Donc, ce film a aussi un côté action ! Les marines ne font pas dans la dentelle et sortent les gros flingues ! Et pourtant, c'est un carnage et ils se font tous massacrés ! A la fin, il ne reste que Ripley, la petite colon Newt, le caporal Hicks et l'androïde Bishop ! Au casting donc, Sigourney Weaver qui obtiendra un Saturn Awards cette année là pour sa prestation récompensant ainsi pour la première fois une actrice dans un film de genre ! On retrouve aussi l'acteur Lance Henriksen qui joue Bishop !

James Cameron confirmait ici tout son talent après son premier succès de Terminator ! Il reste dans une tonalité très guerrière avec une imagerie concernant les soldats clairement inspirée du Viet-Nam !

Le film a reçu un accueil critique extrêmement positif et fut un succès commercial et obtint deux Oscars - pour le Meilleur Montage Son et les Meilleurs Effets Visuels ! La scène du nid où la Reine Alien ponds ses oeufs fut particulièrement difficile à réaliser ! A cette époque, on n'utilisait pas encore les effets numériques pas développés comme maintenant mais encore des maquettes et diverses astuces ! Un peu de l'artisanat !

Aliens, le retour ajoute un côté émotionnel au personnage de Ripley - sa relation avec l'orpheline Newt - ainsi que de nouveaux éléments sur les xenomorphes concernant leur cycle biologique ! Ces sales bestioles sont, vous l'aurez compris, légions dans ce film !

A voir séance tenante !  Ou à revoir ! Le film existe en version "salles" et en version "longue" !

A bientôt !

Aliens, le retour - James Cameron
Read more

Elysium - Neill Blomkamp

September 18 2016 Published on #Cinéma, #Science-fiction

Elysium est un film de science-fiction de 2013 réalisé par Neill Blomkamp. En 2152, la Terre est devenu un enfer, rongé par la maladie, la surpopulation et la pollution. Tandis que la majorité meurt sur cette terre perdue, les nantis et les riches ont bâti Elysium, en orbite autour de la planète, et vivent dans ce nouveau paradis, bénéficiant de tous le confort et d'une médecine à la pointe !

Sur Terre, Max est un ouvrier en période de probation. Le héros, joué par Matt Damon, rêve de meilleurs lendemains, lui à qui une religieuse a promis un destin hors du commun ! Alors qu'il retrouve son amie d'enfance, Frey, interprétée par Alice Braga, une infirmière qui élève seul sa fille malade, Max a un accident dans son usine qui fabrique des droïdes et est exposé à une dose létale de radiations ! Sa seule chance est de se rendre sur Elysium pour bénéficier de la technologie d'une medbox !

Mais se rendre sur ce paradis orbital n'est pas chose aisée ! En effet, le rebelle Spider vole des navettes et des identifiants pour envoyer les miséreux sur ce satellite mais ces transports sont systématiquement abattus par les missiles dont l'envoi a été ordonné par la froide et calculatrice secrétaire de la défense Delacourt - jouée par la très convaincante Jodie Foster ! La station d'Elysium est une sorte de toupie qui n'est pas sans rappelé l'Anneau-Monde de Larry Niven !

Spider place Max sur un gros coup ! Dérober des données dans le cerveau de Carlyle, le concepteur du système d'exploitation d'Elysium afin de changer le destin de l'humanité ! Max est "augmenté" avec un exosquelette et une interface neuro-cérébrale ! Le "braquage" a lieu sur la navette du président d'Armadyne mais les choses tournent mal avec l'arrivée de Kruger, un militaire et tueur psychopathe joué par Sharlto Copley !

Max finit par se rendre sur Elysium avec Frey et Spider ! Mais Kruger est là aussi qui tente de faire un coup d'état en prenant son parti des événements ! Pour accéder au paradis, il convient de faire des sacrifices, c'est ce que Max va découvrir à ses dépends !

Un film efficace qui n'est pas, espérons-le ! - une anticipation de ce que sera vraiment le XXIIème siècle dans la prolongement de notre situation actuelle du début du XXIème siècle avec réchauffement climatique et consort !

Le genre science-fiction n'est pas que du divertissement et a toujours prétendu œuvrer à, l'éveil des consciences ! Il transpose fréquemment dans le futur des problématiques actuelles ! Ici la secrétaire Delacourt qui est prête à tout pour "protéger les libertés d'une minorité de nantis" rappelle un peu - voire beaucoup - les situations des réfugiés de Syrie qui se heurtent à une opposition importante dans nos "démocratie" européenne ou encore le cas de Donald Trump promettant d'édifier des murs contres les Mexicains du Tiers-Monde ! L’égoïsme règne à notre époque !

Enfin, signalons les paris technologiques du film ! On y voit des technologies qui n'en sont actuellement qu'à leurs balbutiements : drones, exosquelettes, droïdes... Mais soyez sûr que les labos de l'armée travaillent déjà dessus !

Enfin, Elysium, c'est le contraste entre le monde des pauvres, tout sale et crasseux et la technologie aseptisée des riches du satellite !

Bref, un film intelligent qui fait réfléchir ! Et ne soyons pas sûr que nous citoyens européens auront accès à Elysium dans le futur, nous risquons au contraire d'être rejetés parmi les exclus au profit du monde de la finance qui nous dirige !

A bientôt !

Elysium - Neill Blomkamp
Read more
1 2 3 4 5 6 > >>